vendredi 21 octobre 2011

Juste ou injuste ?

Pour que tout le monde profite de ce que je poste sur Facebook ( c'est à dire deux phrases toutes les trois semaines) car oui, je me suis ajoutée dans la grand monde virtuel où tout le monde est ami. Non, le monde de Oui-oui n'a pas été (entièrement) reproduit et les amis de mes amis ne sont pas forcément mes amis. Complexe, hein?
Donc hier soir , je disais que la parole du jour revenait  à mon maître-nageur qui pour la seconde fois m'a fait travailler les bras pour le crawl. Ce qui donnait moi, toute guillerette après avoir bu la tasse, cracher (de l'eau) et fait 8 mètres, et qui demande à bout de souffle "alors ?". Sa réponse : "ça ressemblait à de la survie". Pas à dire, j'aime ses encouragements mais il est juste.


Qu'est ce qui est juste et qu'est ce qui ne l'est pas?
Damned, on dirait un devoir de philo. Qu'un élève se fasse insulter, qu'on lui dise sèchement et à plusieurs reprises : "tu as vraiment un pois chiche à la place du cerveau ! ". C'est méchant mais quand il s'agit d'un prof qui le dit , on doit réagir comment ? Surtout quand c'est son enfant (fifille number two en classe de 4ème)


Aïe.. Oui et ce n'est pas la première fois. Certains  professeurs se donnent un droit :  celui d'insulter ou de  ridiculiser, d'humilier les élèves devant la classe entière... 

Et là, on va me dire : il faut prendre rendez-vous avec le prof principal, écrire un mot dans le cahier de correspondance.  Mais là, j'ai une petite anecdote à vous raconter. Quand Fifille number one était en classe de seconde, une prof l'a prise en grippe. Pour faire court, la professeur l'a plus qu'humiliée devant toute la classe dont une partie rigolait et l'autre était mi-figue, mi-raisin. Donc, j'ai écrit à la professeur de façon diplomatique avec tact et respect ( du Cdt en toutes lettres) qu'elle n'avait pas à faire cela. J'ai déclenché une tempête ! Fifille a vu brutalement ses notes descendre et pendant deux trimestres, la prof balançait devant tout la classe "oh mince, je ne suis pas contente, je vais le dire à ma maman". Six mois où à quinze ans, elle est assister aux cours le ventre noué par la peur. 

Malaise dans l'enseignement en effet ... 
Alors, qu'est ce qui est juste et qu'est ce qui ne l'est pas?

16 commentaires:

Amélie a dit…

Ce que tu racontes là m'étonne à peine. Je me suis toujours demandé quelle devait être l'attitude des parents face à ce type de comportement des enseignants. Heureusement, ils ne sont pas tous comme ça, mais je me dis qu'il doit leur manquer quelques notions dans leur formation (pour ceux qui ont eu la chance d'en bénéficier, on ne va pas non plus demander ça aux nouveaux, hein, qui eux se retrouvent directement devant une classe... ce serait peut-être trop demander). La notion de respect de l'autre, par exemple. Je suis intimement convaincu que se faire respecter commence en se respectant soi-même, mais aussi en respectant d'abord les autres. Si les professeurs respectaient tous leurs élèves, ils auraient peut-être un peu moins de problèmes de discipline... non ? J'espère en tout cas...
Et l'addiction à la piscine, je crois qu'elle est particulièrement saine ! :)

Les Livres de George a dit…

le problème c'est qu'on peut être prof et con,ce n'est pas forcément antinomique ! comme disait mon père, "ce sont des cons instruits" ! dans ton cas j'aurais plutôt tendance à demander un entretien avec le prof, parfois ils font moins les fiers quand on les regarde au fond des yeux ! se venger sur des enfants je trouve cela pitoyable ! il y a aussi l'inspection académique qui peut être saisi ! bon courage en tout cas !

herisson08 a dit…

De temps en temps ça peut arriver de rabaisser un élève sans vouloir le faire méchant, quand on est fatigué ou agacé, parce qu'ils ne sont pas tous des anges, il faut bien le dire aussi... Ca m'est arrivé par plus tard que cette semaine, M-A pour ne pas la nommer est particulièrement agacante, chaque jour, sans exeption. Elle est très limitée, regarde sans arrêt en l'air et dit madame toutes les 2minutes environ pendant le cours, d'un air trainant et desespéré... alors au bout d'un moment on perd patience, moi en tout cas, et je lui ai clairement dit qu'elle était fatiguante... après coup je m'en suis un peu voulu, mais je ne l'ai pas fait devant la classe mais juste en présence d'une de ses copines... et depuis elle essaye d'être plus dynamique dans ces questions (qui sont toujours aussi nombreuses cela dit) alors c'est un mal pour un bien parfois...

Après si c'est à répétition, là c'est plus grave, je pense que c'est très difficile dans ces cas là de ne pas empirer la situation. Je conseille à mes élèves dans ce cas là de voir avec délégués / prof principal ou infirmière, selon avec qui ils parlent le mieux... C'est important d'en parler, mais difficile à faire changer. On a le soucis au collège, avec un prof, le principal lui même en est conscient mais difficile de faire quelque chose. on a fait une action Respect pour les profs, mais ce n'est toujours pas parfait.

Valérie a dit…

Qu'appelles-tu se faire insulter? Je suis d'accord avec Herisson, le prof est un être humain, parfois, il est fatigué et regrette un mot un peu trop haut. Mais même à mes enfants, je pourrais parfois dire qu'il ont un pois chiche à la place du cerveau sans que ce soit méchant, juste pour qu'ils réagissent. Et comme les ados sont très susceptibles, difficile parfois de savoir vraiment sur quel ton la phrase a été dite. La seule solution est en effet de rencontrer la prof pour se faire sa propre idée du "personnage".

Voyelle et Consonne a dit…

Je ne peux comparer qu'avec ma propre expérience.

Je pense que je peux parfois dire, quand je suis énervé ou amusé, des choses un peu dures à mes élèves (ou qui pourraient être interprétées de la sorte), mais l'intention n'est jamais de les blesser. Et le plus souvent, j'essaye surtout de les faire réagir, pas de les humilier.
Par contre, si ma réaction blessait vraiment un élève, je pense que je le sentirais tout de suite et on en discuterait illico.

Pour le côté relation parents-prof, je suis d'avis d'aller en discuter directement avec la prof en amenant les choses finement. Pas de reproches mais une demande d'explication et de faire état de comment ta fille se sent quand elle rentre à la maison. Tu peux également préciser que tu ne viens pas régler des comptes mais bien essayer de comprendre. Et si les choses ne s'arrangent pas, tu seras alors tout à fait à l'aise pour aller voir la direction de l'école.

Asphodèle a dit…

tu me rappelles des souvenirs lointains mais pas tant que ça : mon fils en CE2 a été relégué comme âne énervant et mes visites répétées avec cette instit' bornée qui n'avait que des chiffres de résultats de SA classe à la bouche, n'y entendait rien en pédagogie et encore moins en contacts humains n'ont rien arrangé. Même la Directrice s'est liguée, résultat l'année suivante (j'avais les moyens à l'époque), il a intégré une école Montessori et a repris l'année d'après un CM1 brillant jusqu'à la fin de son cursus scolkaire ! Mais il a fallu l'emmener en psy après ce CE2 ! faire tester son QI et tout le tintouin, or il avait 133 de QI, n'avait jamais eu de problème avant. Ce qui est injuste c'est le regard de certains enseignants sur les parents (monoparentaux) qui sont forcément out pour certains ! Heureusement qu'il a eu par la suite des enseignants exceptionnels pour lui redonner confiance en lui et en...moi ! Car on se sent coupable en plus !

Clara a dit…

Dans les 2 cas ( pour les 2 profs), ce n'était pas la première fois qu'elle s'en prennent oralement à des élèves.

Rencontrer un prof et l'élève le "paie "généralement toute l'année ( les fifille ont des copines à qui c'est arrivé.

Je ne vais pas raconter toute l'histoire mais je trouve que la fatigue n'est pas une excuse.
En entreprise, la fatigue existe et le stresse d'objectifs à atteindre. Et pour autant, on n'agit pas de la sorte.

Certains profs abusent de l'autorité qu'ils pensent avoir parce qu'il sont des adultes et que leur parole pèse plus dans la balance que celle de l'élève.

Anjelica a dit…

Depuis que ma fille m'a raconté le comportement de certains profs au lycée, je me dis qu'il y a vraiment un grand malaise avec ces profs là ! Il y a une grande marge entre une petite remise en place de temps en temps car l'élève est agaçant et une remise en cause cynique et régulière. Certains profs sont bêtes et méchants, vraiment ! Comment demander aux étudiants d'être respectueux si l'adulte en face ne l'est pas ? Et comment réagir en tant que parents ? Ma fille n'a jamais voulu que j'intervienne car elle redoutait les représailles ... par contre, je l'ai fait une fois avec l'intendance et cela lui a servi de leçon ! je crois qu'à force de courber le dos, on accepte trop de choses ...

Anonyme a dit…

Je n'ai pas de très bons conseils à vous donner, mais une certitude : cette prof n'est pas bien futée, et vous pouvez dire à votre fille que son attitude est complètement déplacée.
Prof moi-même, je lui trouve peu d'excuses. Ce que l'on peut faire en cours, c'est "remettre en place" un élève qui se comporte mal, sur un point précis de son attitude (lui demander, par exemple, de cesser de se tenir mal, d'être insolent, de bavarder, etc).
Si le problème est plus grave, cela se règle en dehors, dans un bureau, ou en discussion avec tiers. Et n'implique en aucun cas de JUGER la personne qu'on a en face de soi ni d'ouvrir avec elle une guerre de tranchées.
Humilier, et le faire devant les autres, est une pratique lamentable, complètement contre-productive, en plus. Quand bien même l'élève vous aurait provoquée jusqu'à plus soif (ce qui n'a pas l'air d'être le cas), ça ne peut qu'envenimer la situation.

Violaine a dit…

Je ne prendrai certainement pas la défense de cette prof et je rejoins l'avis des "Livres de Georges". Pour ma part, je suis une jeune prof qui s'est pris la réforme dans les dents et qui manque parfois d'autorité et je voulais juste rappeler qu'un prof n'a pas le droit de dire aux élèves le quart de ce qu'il peut entendre de leur part. Ce qui est sûr, c'est que c'est un métier qui met en contact des êtres humains, alors il vaut mieux qu'il y ait du respect de part et d'autre pour que le dialogue puisse aider à l'amélioration des choses. Pour ma part, c'est vraiment ce que je te conseillerais ; et si ça s'envenime, tu demandes un rendez-vous avec le proviseur.

Ce que tu évoques me renvoie aussi à des souvenirs de collège : en 5ème, ma prof de maths ressemblait à une vieille sorcière et avait ses têtes de turc : je me souviens d'un élève corpulent qu'elle appelait Bouboule ; à une période, elle m'appelait Biglouche parce que je portais des lunettes. Il n'est pas normal que des gens comme elle ou la prof de ta fille puissent enseigner en toute impunité sans être remis à leur place. Bon courage en tout cas !

leiloona a dit…

Je crois qu'à l'heure actuelle il existe moins de profs qui cassent les élèves.
Je n'ai pas trop le temps de développer ici ma pensée car cela prendrait un billet entier. Aussi, je dirai juste qu'un tel message, généralisant peut aussi être mal perçu par ces professeurs qui essaient d'être justes et de ne pas humilier les élèves. Cela existe, heureusement, et avec un tel billet (d'humeur bien entendu), tu ne fais que participer à cette descente des profs qui est très à la mode en ce moment.
Je terminerai juste en disant qu'il existe des profs cons, comme dans toutes les catégories professionnelles, je le pense de certains professeurs alors que j'en suis une ...
Mais ce serait sympa aussi de temps en temps de mettre le doigt sur tous ces profs que ta fille a eus et qui n'étaient pas des cons. Tu sais, ces profs qui ont envie de faire progresser les élèves. Je suis certaine qu'elle en a eu, mais dans ce message ils n'ont pas eu le droit d'exister. C'est dommage.

Clara a dit…

@ Leiloona : oui, il s'agit d'un billet d'humeur et ce n'est pas un effet de mode auquel je participe (tu devrais me connaître!).

Et heureusement, il existe des profs qui font leur travail avec une vraie passion et un enthousiasme!Des profs qui encouragent des élèves et non pas les humilient.Et mes filles en ont connues et en ont encore !!!!!

Je crois que le problème des profs qui usent de autorité ne doit pas passer inaperçu...

Laure a dit…

C'est un sujet sensible sur lequel il est délicat de se positionner comme cela, vu de très loin.
J'ai été pendant 6 ans responsable des parents d'élèves du collège de mes enfants, et la chance d'avoir une très bonne communication avec la principale de l'établissement qui était très à l'écoute des parents, mais aussi des professeurs, dans un grand respect mutuel.
C'est le genre de situation que j'ai toujours abordée avec elle, (ou les parents concernés qui la contactaient directement), car cela évite à chacun de se monter la tête. Parfois une parole est tout simplement mal interprétée par un élève qui se sent à tort victime, il y a souvent tout simplement incompréhension de part et d'autre, et chacun se fait son film. d'où la nécessité de ne pas laisser l'émotion l'emporter et d'en parler à la direction. Une direction respectueuse de ses enseignants et des parents règlera vite le pb. Ne rien faire en pensant "ma fille va le payer", elle le paye déjà dans sa tête et va ruminer cela toute l'année, pas sûre que ce soit mieux. En cas d'humiliation avérée (la direction s'entretient induviduellement avec l'élève et avec le professeur), la direction remet les choses en place. Et ça bénéficie ensuite à TOUS les élèves.
(mais ne jamais mettre en cause le professeur en question en public, en conseil de classe par exemple, là tu aurais de toute évidence une réaction corporatiste normale de défense de la part de tous ses collègues !) ça se règle avec l'enseignant en privé, ou avec la direction si chacun campe sur ses positions.

canel a dit…

On a (TRES) souvent connu ça...
Ca me met dans une rage folle, impuissance totale en effet, car ça retombe sur le gamin.....
Ronger son frein, attendre impatiemment la fin de l'année, expliquer à son enfant que le monde est comme ça, hélas, il y a des gros cons, des sadiques, des gens qui n'ont pas d'autres moyens de faire preuve d'autorité... et que ça pourrit la vie, mais ouf, ce n'est qu'un(e) prof parmi d'autres, etc.

argali a dit…

Tout cela dépend beaucoup d'une école et d'un état d'esprit.
Je connais des établissements où ce genre de pratiques anti pédagogiques est courant. Et d'autres où les profs trient et soupèsent chaque mot de peur de se voir appeler dans le bureau de la direction pour s'expliquer.

En Belgique, tu pourrais demander au centre psycho médico social de l'établissement un rendez-vous pour en parler et te plaindre.

Maintenant, un prof n'est pas infaillible. Et un élève n'est pas l'autre. Je manie beaucoup l'humour avec mes grands (jamais avec les petits) mais je sais que certains ne le comprennent pas. Je ne suis jamais méchante ou humiliante mais je ne suis pas lénifiante non plus. Parfois, il faut appeler un chat un chat.
Cela dit, tu as raison, certains profs abusent de leur autorité.
Si vraiment il y a excès, reste la plainte. C'est un droit aussi.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Des imbéciles, il y en a partout. Je serai toi, je court-circuiterai la prof-principale pour aller voir le directeur directement. Si personne ne lui dit, il n'est pas au courant.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...