dimanche 30 juin 2013

Pensées métaphysiques du dimanche matin

Ca faisait longtemps que je n'avais pas posté un billet d'humeur. Encore que d'humeur il n'est pas question mais plus une série de réflexions qui me sont venues suite à des lectures.

On dit qu'un livre est cathartique pour l'auteur mais il peut l'être pour le lecteur. Je vais bientôt vous parler d'un livre digne et sans pathos : vous ne connaîtrez ni le jour ni l'heure de Pierre Béguin. Si dans ce roman (d'ailleurs je ne comprends pas pourquoi il est appelé roman), l'auteur revient sur l’euthanasie voulue et désirée par son père et sa mère,  il effectue également un retour arrière sur son enfance et adolescence. L'auteur et moi ne sommes pas de la même génération et à fortiori nos parents non plus. Mais cette lecture a été une oblitération de mes propres souvenirs. Voyage où rejaillit la différence de classes sociale et les principe inculqués de rester  à sa place, le manque d'amour, l'autorité du père qu'on ne remet pas en question,  les non-dits et le sentiments étouffés par pudeur.
Je me suis prise  en pleine figure des pans de mon enfance et adolescence  Si en premier lieur ça fait mal de lire dans dans des pages ce qu'on a voulu enterrer bien au fond  de sa mémoire, il y un effet cathartique. Libérateur.

On peut se poser la question d'une éducation qui s'est  perpétuée malgré les différences de génération. Dans la place d'Annie Ernaux, j'avais effectué le même constat. J'avais échangé sur ce point avec Annie Ernaux  et elle  m'avait répondu qu'elle rencontrait lors de ses conférences  des femme de tout âge et du mien avec comme point ce même façonnage.  L'enfance est l'endroit le plus dangereux qui soit.  Personne n'en sort indemne.  Cette phrase  extraite  d'Arrive un vagabond de Robert Goolrick sonne encore plus vrai. Je peux reprocher à mes parents certaines choses mais surtout je dois faire avec.

Ce blog me permet d'écrire ces mots que je n'aurai  pas le courage de prononcer  à voix haute. Je suis consciente  qu'en écrivant cela, je pratique des coups de canifs dans l'anonymat que confère le statut de blogueur. Je l'assume car mes ressentis de lecture ne peuvent jamais faire abstraction de mon histoire passée ou présente, de ma personnalité, de ce qui fait que je suis moi.

Et puis cette semaine, j'ai beaucoup marché pour me déplacer. Que notre pied se pose sur le bitume ou sur une chemin de campagne ou sur le sable, aucun pas n'est taxé. Pour moi, l'acte de de marcher est synonyme de liberté  mais aussi un moyen de réfléchir, de déverser mon trop plein d'émotions.  Comme la lecture et la natation, marcher joue un rôle important dans ma vie à plus d'un titre.

Enfin un lecteur m'a conseillé  de lire Paradis noirs de Pierre Jourde. Et ça c'est merveilleux ! Avoir des pistes de lecture par des lecteurs est tout simplement formidable.  J'ai commencé cette lecture. Une écriture sublime, intelligente... Je me régale et je suis épatée !

19 commentaires:

Lucie a dit…

A travers nos avis de blogueuses, on se livre évidemment, on distille des infos personnelles. Oui les livres libèrent. Quant au fait de marcher et aux bénéfices qu'on en retire, je te suis complètement. Bon dimanche ma belle !

Marie a dit…

Quel beau billet ! Merci Clara...
Il est clair que les lives ont une fonction cathartique et offrent une liberté incomparable, un apaisement, parfois une ébullition de la pensée. Je retrouve des sensations identiques aux tiennes dans la marche également et surtout dans la course à pied... Bonne journée Clara !

Clara a dit…

@ Lucie: marcher sans contrainte est un plaisir . Je prends souvent des décisions lors ces marches qui m'apportent du recul, un angle nouveau .

@ Marie : merci Marie ! bon dimanche à toi aussi .. Ja vais marcher pour aller à la piscine , c'est le bonheur du dimanche !

Sandrine a dit…

La lecture est souvent un divertissement, mais si elle ne nous transformait pas parfois, nous amenant à réfléchir sur nous-même, alors à quoi bon tout ce temps passé à lire ?
La lecture, c'est un être humain à un autre sans que les deux se connaissent : c'est anonyme et pourtant chacun y laisse et prend quelque chose. Comme sur les blogs, où ce qu'on donne et ce qu'on trouve va au-delà du divertissement et de l'anonymat parce qu'il y a quelqu'un derrière chaque écran. On se forge plus ou moins consciemment une image, qui nous ressemble ou pas. Tout ça pour ne pas être seul au final...
Ça me fait plaisir de ne pas être seule à me lever tôt le dimanche matin aussi ;-)

keisha a dit…

Tôt? Mais il est déjà horriblement tard, justement je dois aller marcher et profiter du soleil (oui, ce truc dans le ciel qu'on ne voyait plus)
Chic, tu lis Pierre Jourde! Son Maréchal absolu m'avait bluffée, mais si tu me tentes aussi, chouette!
Tu veux aussi des idées lecture sur la marche? ^_^

cathulu a dit…

Un billet magnifique, plein de sobriété et d 'émotion. J'aime beaucoup ce que tu écris et sur l'effet des romans et sur la marche! Bon dimanche, ma belle ! le mien commence bien grâce à ton billet !

saxaoul a dit…

Oui, on se livre à travers un blog de lecture et ça fait du bien. Les blogs qui me plaisent le plus sont d'ailleurs ceux derrière lesquels je sens une personnalité. Les avis trop neutres, trops distants, ce n'est pas forcément ce que je recherche.

Irrégulière a dit…

C'est tout l'intérêt des blogs, ça : les lectures qui nous touchent et résonnent en nous indiquent, aussi, qui nous sommes et quelles sont nos failles à ceux qui savent bien voir. Et écriture et lecture sont deux faces d'une même médaille, et selon moi le blog est le lien entre les deux. C'est à la fois de l'écriture et de la lecture. Donc doublement cathartique...
Très beau billet... bises !

lise a dit…

un très beau billet, sincère, vrai, qui me touche car je pense tout à fait en ce sens : oui, l'enfance est dangereuse, et nous n'en sortons pas indemne. Heureusement : voudrions-nous rester de jeunes animaux sauvages toute notre vie ? Je trouve aussi (je suis mère d'enfants adultes) que le fait d'être parents est un état dangereux. Personne n'en parle jamais.
Il faudrait un livre, j'y songe depuis plusieurs années. Imaginez la levée de bouclier si j'osais, si quelqu'un osait, toucher à l’état de mere, de parent ?
Merci pour votre blog, que je suis, du verbe suivre, fidèlement )

Alex Mot-à-Mots a dit…

Bon dimanche à toi plein de belles découvertes.

Coumarine a dit…

merci chère Clara pour ce beau billet. Il me touche: je me retrouve dans ce que tu dis de l'enfance, et de la marche...

Philisine Cave a dit…

C'est aussi pour cela que je reste un ardent defenseur d'Annie Ernaux, qui dresse une toile littéraire impressionnante. Devine pourquoi j'ai appelé mon blog ainsi ? Bisous

Galéa sous les galets a dit…

Comme toi, j'adore marcher et nager...mais surtout je te rejoins sur le fait qu'un livre fait résonner des choses intimes, et je crois qu'on ne peut (ni doit d'ailleurs) être objectif sur un roman, c'est une rencontre avec soi-même finalement.
J'aime vraiment beaucoup ton billet

Anis a dit…

On dit forcément des choses de soi, mais ce sont celles qu'on trouve dans la lecture, et c'est toujours avec une forme de délicatesse et de pudeur. Il y a dans les expériences humaines quelque chose d'universel.

Clara a dit…

@ Sandrine : à travers un blog, on peut se façonner une image qui n'a rien à avoir avec nous, c'est vrai . Mais je pense que la vérité finit toujours par se dessiner.Une lecture est une rencontre , un échange réciproque...et on change ! Je suis entièrement d'accord avec toi!
Ah oui, le dimanche on met le réveil car piscine à 9h00...

@ Keisha : mais tout le monde ne se lève pas aux aurores, M'dame ! J'ai déjà repéré sur ton blog une tonne de titres sur la marche ! Je suis en admiration totale à la lecture de Pierre Jourde !

@ Cathulu : touchée coulée... merci ma Cath !


@ Saxaoul : d'où une des différences avec des chroniqueurs littéraires qui donnent un avis sans y mettre des particules de soi...je suis bien contente d'être blogueuse et non une chroniqueuse pro !

@ Irrégulière : et quand on est sensible (n'est ce pas miss) , l'effet cathartique est souvent plus fort ! Mes failles, mon histoire font partie de moi et je les assume...

@ Lise: merce Lise ! Oui l'état de parent eet dangereux surtout quand l'enfance n'a pas été un long fleuve tranquille..On veut ne pas reproduire le schéma vécu et quelquefois on se plante en beauté..

@ Alex :merci Miss Alex !

@ Coumarine : tu vois, j'ai franchi le pas. Accepter et parler de mon mon enfance... Merci !

@ Philisine : Je lui avais écrit un ene lettre via sa maison d'édition et ellem 'avait répondu ..Annie Ernaux par ses livres a su montrer tant de choses ! Une grande dame que je respecte et que j'admire.

@ Galea : l'objectivité n'est pas posible à moins de refouler son "soi" à la lecture. A travers un livre,on se rencontre,on se redécouvre et on change aussi..

@ Anis : oui et de lire une partie de son histoire permet beaucoup ! La lecture a un rôle de travail sur soi...

Géraldine a dit…

Chouette billet. Comme toi, j'écris beaucoup plus sur mon blog que je n'ose dire à haute voix. Sauf que via mon blog, de mon côté, je ne bénéficie pas de l'anonymat. Mon prénom est là et nombre de membre de ma famille lisent mon blog... Donc parfois oui, je suis obligée de me réfreinée dans ce que j'écris

Asphodèle a dit…

Très beau billet Clara où parler de soi même à demi-mots et avec pudeur n'est pas quelque chose que l'on doit s'interdire... La marche est aussi une libération après des phases d'immobilité non désirée ! C'est un excellent catalyseur !
(J'ai noté Pierre Jourde depuis longtemps, il va falloir que je passe à l'acte^^)...

keisha a dit…

Et voilà, à la bibli, j'ai emprunté un autre Pierre Jourde. Merci! ^_^

Clara a dit…

@ Géraldine : d'où le choix d'un pseudo et le fait que presque toute ma famille ne connaisse pas ce lieu m'autoriser à parler ce que je veux. Et même si ma famille me lisait, je'en parlerai quand même... il y a eu trop de tabous, de non-dits accumulés. Je ne veux pas continuer cette chaîne..

@ Asphodèle : j'ai terminé Pierre Jourde : une écriture intelligente qui aiguise l'esprit !Et merci, car venant de toi qui manies avec brio les mots, je suis touchée...

@ Keisha : Paradis noirs est sublime ! un électrochoc !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...