jeudi 31 mars 2016

T.C. Boyle - Les vrais durs

Éditeur : Grasset- Traduit de l'anglais ( Etats-unis) par Bernard Turle - Date de parution : Mars 2016 - 442 pages percutantes! 

En croisière en Amérique Centrale, Sten Stensen et son épouse Carolee  lors d’une escale sont menacés avec d’autres touristes par trois jeunes hommes armés. Marine durant la guerre du Vietnam, Stan bloque un des voyous par la gorge qui décède. A leur retour chez eux en Californie, Sten est considéré comme un héros. Cet ancien proviseur de lycée vit mal cette notoriété en rapport avec la mort d’un homme.
Lors d’un simple contrôle de police, Sarah membre du mouvement des Citoyens Souverains est verbalisée pour ne pas porter sa ceinture et elle refuse d’obtempérer. Car elle considère illégitime le gouvernement des Etats-Unis tout comme les lois et les règles en vigueur. Peu de temsp après, elle prend en stop Adam trente ans le fils d’Adam et de Carolee. Il dit s’appeler Colter et non Adam. Marginal, il boit et se drogue. Souffrant d’une grave psychose paranoïaque, il squatte dans l’ancienne maison de sa grand-mère autour de laquelle il a érigé un mur très haut (et sans porte) et il passe la majeure partie de son temps dans la forêt.
Sarah s’éprend de lui malgré ou à cause ses « bizarreries ». Peu bavard, Adam vénère John Colter un trappeur du 18ème siècle et refuse de voir ses parents. Il se protège contre les hostiles et porte une arme. Déconnecté de la réalité, Adam s’enfonce de plus en plus dans sa paranoïa et tue deux personnes.

Dans ce nouveau roman, on retrouve un des thèmes chers à l’auteur la nature et l'environnement mais ici T. C. Boyle s’intéresse à la violence. Et en lisant  la préface, la couleur est annoncée avec un extrait de D. H. Lawrence "Etudes sur la littérature classique américaine"  : "L'âme américaine est dure, solitaire, stoïque : c'est une tueuse. Elle n'a pas encore été délayée.".
En se glissant dans la peau de Sten, de Sarah ou d’Adam, il nous dépeint leurs ressentis, leurs obsessions et leurs peurs. On découvre comment Sten en tant que parent vit la maladie de son fils. Ou pourquoi  Sarah non violente cautionne le comportement de Jerry Kane (un Américain membre des Citoyens Souverains qui en 2010 a tué deux policiers ) et la psychose semée par Adam. Ce dernier rêve d’une vie comme John Colter et d’un retour dans le passé impossible.

Ce livre très actuel pose des questions sur les libertés individuelles, sur une société rongée par différences forme de violence. Usant de l’ironie (mais pas de trop), l’écriture de T. C. Boyle ici est plus sèche, plus directe que dans ses précédents romans.
C’est incisif, percutant, creusé et ça secoue !

Quand, pour attraper la bouteille, il se pencha vers elle, et il dut quasiment l'enlacer, il sentit un infime pincement à l'aine, à droite : rappel de son mal au dos intermittent et des exercices que le thérapeute lui avait prescrits afin qu'il ne perde pas sa souplesse, des exercices qu'il avait négligés parce qu'il était en vacances, en croisière, et que tout ce qui semblait compter, sur un bateau de croisière, c'était manger et boire : on n'en avait pas pour son argent si on ne prenait pas de dix kilos et ne saturait pas son foie.

Lu de cet auteur : America - Après le carnage Histoires sans issue - San Miguel 

mardi 29 mars 2016

Tag (le retour)

Taguée  par Nicole et Delphine-Olympe, je renoue au jeu des questions-réponses concernant mes habitudes de lectrice.

Que penses-tu des adaptations cinéma ? 
Quand je vais voir une adaptation adaptée d’un roman que j’ai lu et aimé, il est rare que je trouve le film excellent mais j'ai eu de bonnes surprises.

Quel marque-page utilises-tu ? 
Des tickets de caisses de ma librairie, des marque-pages publicitaires de maison d’édition (chez Dialogues il y en a en permanence), des cartes postales : c’est très varié. Sachant que souvent je laisse les marque-pages dans les livres pour garder la trace de certains passages.

Quel est ton coup de cœur 2015 ? 
Alors là, c’est la question difficile. Someone d’Alice Mcdermott me vient à l’esprit car il m’a beaucoup marquée par sa justesse, par sa beauté. La vie d’une femme racontée avec une finesse extraordinaire.

Comment classes-tu tes livres ? 
J’en suis au rangement par maison d’édition et pour les poches, c’est en désordre total. Et ma bibliothèque "bouge" en permanence pour alimenter celles de mes deux filles. Par exemple, ma seconde fille a récemment découvert Zweig qu’elle aime d’amour donc j’ai sorti tous les livres de cet auteur pour les lui donner. Et ma fille aînée pioche régulièrement dedans ou après ma lecture, je lui mets directement le livre de côté.

Quels sont tes blogs de lecture préférés ? 
je lis régulièrement toujours les mêmes blogs. Certains depuis 8 ans et d’autres depuis moins longtemps mais ce sont des blogs auxquels je suis très attachée.

Des petites habitudes inavouables quand tu lis ? 
J’aime ne pas être dérangée, ma famille sait que quand je lis, je reste sourde souvent aux questions (en fait, je ne les entends pas).

Un auteur contemporain que tu aimerais rencontrer et pourquoi ? 
Grâce aux rencontres organisées par  Dialogues, j’ai pu rencontrer beaucoup d’auteurs et avec certains échanger en tête à tête ( des moments privilégiés).

Où achètes-tu tes livres (neufs et occasion) ? 
Je suis une fidèle de Dialogues et j’y vais très, très souvent. J’ai une équipe de libraires formidables et qui se complètent avec leurs affinités littéraires et ça c’est carrément génial. Au fil du temps, il y a un lien qui s’est créé avec de vraies discussions autour des livres : pourquoi on  a aimé ou le cas contraire. Je leur dois de très belle lectures ! Et avec beaucoup d'entre eux, on a dépassé la relation libraire-lectrice. Sinon, j’achète également d’occasion sur Internet.

En ce moment, quel genre de littérature lis-tu le plus ? 
Tout est lié à l’envie mais en général ce sont des romans contemporains, un peu de polars  (mais sans flic alcoolique névrosé) et quelques récits/documents. Je suis incapable de savoir ce que je vais  lire à l'avance.

Un livre à la fois ou plusieurs ? 
Généralement un à la fois.

Quelle est ta lecture en cours ? 
"Je suis en vie et tu me m’entends pas" de Daniel Arsand.

Sur quel site communautaire en rapport avec la lecture aimes-tu aller ? 
Je suis inscrite sur Babelio et Libly . J’y poste tous mes billets ainsi que sur le site de Dialogues. Mais depuis que Libfly a fait peu neuve, j’ai du mal à m’y retrouver. J’aime aller sur le site de Dialogues car j’ai les avis de libraires et de lecteurs.

Livre papier ou numérique ? 
Les deux. Mais quand j’ai beaucoup aimé un livre lu sur liseuse, je l'achète après en papier pour l’avoir dans ma biblio. Pareil pour les livres que j’emprunte à la médiathèque.

Quel est ton endroit préféré pour lire ? 
Sur ou dans mon lit de préférence, dans le bus, dans les salles d'attente.  Au jardin quand le temps le permet ce n’est même pas la peine d’y penser, au bout de 5 minutes je vais trifouiller la terre.

Invite cinq amis à y répondre :
Comme j'ai eu deux fois ce tag, je multiplie par deux l'invitation ( !)  et je nomme :
Aifelle, Antigone, Cathulu, Cuné, EvaKathel, Keisha, KrolLaureZarline




samedi 26 mars 2016

Doug Marlette - Magic Time

Éditeur : Le Cherche- Midi - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Karine Lalechère - Date de parution : Janvier 2016 - 670 pages à lire !

1965 : alors que se déroule la marche de Selma à Montgomery en Alabama, des jeune gens dont Sarah la fiancée de Carter Ramson militant pour les droits civiques sont tués par le Ku Klux Klan à Troy  dans le Mississippi. Le procès présidé par le père de Carter alors juge condamne deux personnes à la prison à vie.
1990 : un attentat secoue New-York et Carter devenu journaliste tombe en dépression. Il a failli perdre celle qu’il aime et l’événement a fait ressurgir d’anciennes blessures. Sa sœur l’oblige à revenir à Troy. Il y retrouve ses anciens amis alors qu’un procès va se rouvrir concernant les faits survenus vingt-cinq ans plus tôt. En effet, une personne par ses révélations pourrait conduire un autre homme sous les barreaux et sèmerait  le doute sur l'intégrité du père de Carter.

Alternant deux époques, ce roman nous plonge dans une période sombre  du Sud des Etats-Unis. Les personnes de couleur réclament le droit de vote. A Troy, les discriminions existent bel et bien : flagrantes ou plus sournoises. Certains ne cachent pas leur haine envers les personnes de couleur ou ceux qui les soutiennent tandis que d’autres jouent un double-jeu et la suspicion règne.
Bien avant la marche de Selma, on (re)découvre la fracture qui a scindé les mouvements activistes entre une action pacifiste et une autre prête à en venir aux mains.
Très bien construit, les personnages principaux sont creusés et on suit leur évolution entre les deux périodes. De plus, certaines situations apparaissent sous un jour nouveau.

Prenant, hyper intéressant, il ne faut pas se laisser décourager par le nombre important de personnages secondaires. Si j'ai un bémol  pour la fin vraiment trop happy-end, il n'empêche qu'il faut lire ce roman.

Les billets de Dominique Jérôme, KathelKeisha

vendredi 25 mars 2016

Alexandra David-Néel - Voyage d'une Parisienne à Lhassa

Editeur : Pocket - Date de première parution : 1927 - 368 pages et un avis en demi-teinte.

En 1923, Alexandra David-Néel âgée de 55 ans entreprend à partir de la Chine un voyage  pour se rendre au Tibet et plus précisément à Lhassa. Accompagnée de son fils adoptif Yongden, elle choisit de se déguiser en mendiante (visage et mains barbouillés de suie, des confectionnées en poil de yak, cheveux noircis à l’encre de Chine) pour ne pas attirer l’attention car ses deux tentatives précédentes ont échoué.
Ils voyagent de nuit sur des chemins peu empruntés, évitent les lieux trop fréquentés et les pèlerins curieux en questions. Ils vivent de l’hospitalité ce qui donne lieu à de très nombreuses anecdotes. La neige, le froid, la faim : rien se semble les arrêter. Car Alexandra David-Néel, femme de caractère  et déterminée, veut réussir à tout prix.

Au bout d’un périple de huit mois soit plus de 3 000 km parcourus, ils arriveront en 1924 à la cité interdite Lhassa où ils séjourneront deux mois. Si ce récit comporte quelques belles réflexions très liées à la spiritualité bouddhiste et permet de se faire une idée du Tibet au début au XXe siècle, je dois dire que je suis restée sur ma faim.
Car il y a une certaine monotonie et Alexandra David-Néel ne détaille pas la fascination qu’exerce le Tibet sur elle par l'ensemble de ses facettes (spirituelle, culturelle).
Malgré des conditions plus que difficiles, Alexandra David-Néel est une aventurière, une pionnière qui a atteint son objectif.

Il n'est pas nécessaire de rouler sur l'or pour voyager et vive heureux sur la bien heureuse terre d'Asie. 

Malgré le froid qui me faisait frissonner, je demeurai longtemps dehors, errant à travers cette sauvage station estivale merveilleusement éclairée par une énorme et brillante pleine lune. Combien je me sentais heureuse d'être là, en route vers le mystère de ces cimes inexplorées, seule, enveloppée de silence, "savourant les délices de la solitude et du calme", comme dit un passage des Ecritures bouddhiques.

mercredi 23 mars 2016

Eric Laurrent - Un beau début

Editeur : Les Editions de Minuit - Date de parution : Mars 2016 - 205 pages truffées de marque-pages et un régal !

Sous un titre malicieux, on comprendra à la suite pourquoi, ce roman débute avec Robert Molosse surnommé Bob. Dans sa cellule de prison, cet homme de trente-six ans contemple une photo prise dans une revue d’une jeune fille dénudée. Il ignore qu’il s'agit de sa fille (et ne le saura d’ailleurs jamais). Nicole Sauxilange née en juillet 1966 à Clermont-Ferrand est la fille de Bob et de Suzy. Une mère adolescente abusée par son beau-père, déjà mère, qui prend la poudre d’escampette car Bob, petit voyou, à l’annonce de sa grossesse a filé. Suzy laisse Nicole à sa mère et à son beau-père devenus bigots sur le tard. Il faut dire qu’avant l’alcool et d’autres les vices comptaient plus pour eux. "Dès lors que Max Turpin s'installa chez sa femme, plus rien ne serait comme avant. À l'instar de tous les repentis, l'homme déployait en effet la même ardeur à respecter, et surtout à faire respecter, les principes religieux qu'il avait mise pendant vingt à fouler aux pied". Baignée dans une éducation religieuse, la petite Nicole rêve d’être une sainte. Mais son pépé Max tant aimé décède et sa mère Suzy revient pour s’occuper de sa fille et l’embarque.

Dans leur appartement, Suzy s’abandonne volontiers dans les bras de multiples amants. Et elle supporte très mal les chansons des Petits chanteurs à la croix de bois et les différentes bondieuseries de sa fille. A l’adolescence, la foi de Nicole se tourne vers le culte de l’image de soi. « À la vérité, pour n'avoir de disposition ni d'inclination bien marquées pour aucune discipline, Nicole Sauxilange ne se sentait nulle vocation particulière : la célébrité seule l'intéressait– c'était un but en soi. Par conséquent, le domaine dans lequel le sort lui accorderait toute latitude de s'illustrer lui importait bien peu ; ses exigences étaient mêmes fort modestes en la matière : qu'un simple fait divers la révéla au monde la comblerait pleinement. » Etre célèbre voilà à quoi rêve Nicole. Son petit ami la photographiera sous tous les angles et une fois la rupture amoureuse digérée, Nicole rejoint Paris en 1981 et envoie ses photos à des magazines. Elle devient alors Nicky Soxy.
On apprendra un peu par hasard au cours du récit sa mort après avoir vécu pendant quelques années de son physique (plateaux télé et magazines).

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce roman mais il ne faudrait pas oublier le style d’Eric Laurrent. De longues phrases  amples où parfois s’enchâssent des parenthèses, un vocabulaire érudit alliant le sens des détails,  les petites notes de l’auteur qui s’amuse à inventer un mot et à le référencer. L’ensemble est un mélange de sensualité et d’élégance. L'auteur ne tombe jamais dans les clichés même s’il n’est pas tendre avec ses personnages.
Avec des pointes d’ironie et de la sensibilité, c’est un roman diablement réussi que l’on a terriblement envie de relire une fois terminé ! 

lundi 21 mars 2016

Eric Fottorino - Trois jours avec Norman Jail

Editeur : Gallimard - Date de parution : Février 2016 - 202 pages brillantes ! 

Pour la rédaction de son mémoire, Clara étudiante désire s’entretenir avec Norman Jail afin de lui poser des questions. Auteur d’un seul roman publié à l’âge de vingt ans avant la Seconde Guerre mondiale, le vieil homme vit depuis à la façon d’un ermite au bord de la mer. Il accepte de la recevoir et Clara découvre qu'il n’a jamais cessé d’écrire mais sans jamais soumettre ses manuscrits à un éditeur. Peu à peu, l’écrivain dévoile quelques pans de sa vie privée. C’est un homme également marqué et meurtri par une femme prénommée également Clara à laquelle il était marié. Cette dernière lui aurait subtilisé son deuxième manuscrit (qui selon lui était son grand roman). L'écrivain se montre très loquace au jeu des questions et décrit avec de nombreux détails sa relation à l’écriture. Mais il se contredit également. Où est la réalité dans ses propos ?
Obsédé par l’écriture, ses propos sur la création littéraire sont un régal, comme :
 « Quand ce que j'écris me dérange et me touche, j’appréhende le moment où je vais poursuivre ma besogne. Je suis alors seul à savoir que je manipule un matériau dangereux, et il n’y aura personne pour venir à mon secours si les choses tournent mal. 
- Qu’entendez-nous par « tournent mal »? 
-Si je vais tellement loin dans les mots que ma vie en sera à jamais changée. Chaque écrivain devrait se poser cette question quand il a terminé : pourrai-je continuer à être la même personne quand j’aurai publié « ça » ?"

« Écrire est une perpétuelle naissance. Plus j'écris, plus je m'invente à mes propres yeux. Je m’écris en main propre. Je nais de mon encre et je glisse entre les lignes ma part de nuit. C'est important, la nuit, dans un livre. C'est ce qui échappe, ce qui résiste. Ce que les mots détournent et refusent. En écrivant, vous comprenez ce que la lumière doit aux ombres. Et le passé au mensonge. »

Le récit est narré par Clara et l’auteur lui confie un manuscrit à lire, Or, ce dernier n’est constitué que de premiers chapitres avec trois personnages dont Norman Jail.
Je n’en dirai pas plus sur cet écrit ni sur sa fin qui prend le lecteur au piège.
On pourrait croire que ce roman s’arrête là mais non. Eric Fottorino poursuit l’histoire de Norman Jail et nous offre d'autres belles surprises.

Passionnant,  ce roman aux nombreux tiroirs nous offre de belles réflexions sur l’écriture, le roman, le rapport au réel et c'est brillant !

Le vrai n’est jamais aussi vrai qu’enrobé d’imagination.

Les billet de Le marque-page,  Papillon

Lu de cet auteur : Caresse de rouge - Chevrotine - L'homme qui m'aimait tout bas - Suite à un accident  grave de voyageur 

samedi 19 mars 2016

Celeste Ng- Tout ce qu'on ne s'est jamais dit

Editeur : Sonatine - Traduit de l'anglais par Fabrice Pointeau - Date de parution : Mars 2016 - 278 pages subtiles et douloureusement belles. 

Bien que publié chez Sonatine, ce livre n’est pas ni polar ni un thriller. Il s’agit plus à mon sens d’un roman psychologique où la famille est au centre.
« Lydia est morte. Mais ils ne le savent pas encore ». Nous sommes en 1977 dans une petite ville des Etats-Unis. Lydia Lee âgée de seize ans sera retrouvée noyée au fond du lac près de la maison familiale alors qu’elle ne savait pas nager.
Le père James est professeur dans une petite université, sa mère Marilyn est femme au foyer pas vraiment par choix. Ancienne étudiante douée qui rêvait de devenir médecin, sa vie a bifurqué. James est d’origine asiatique et a souffert de sa différence. Et  c’est au tour de ses enfants métissées de subir la même chose. James fait ( et a toujours fait) comme s’il ne voyait rien mais Nath (le frère aîné de Lydia) et Lydia ont accumulé depuis l’enfance des petites remarques, des regards en bais. Un frère et une sœur soudés, unis sans avoir besoin d’en parler.
Lydia donnait à son père l’image d’une adolescente ayant des amis et intégrée (un mot qui compte beaucoup pour James). Sauf qu’il n’en est rien et sur laquelle sa mère a reporté son rêve avorté professionnel.
Autant de  pressions pour Lydia. Elle faisait comme si : simulait des conversation téléphonique avec des prétendues amies pour faire plaisir à son père,  acceptait sans broncher les livres de sciences (toujours les mêmes cadeaux de sa mère).

Celeste Ng analyse admirablement avec subtilité les relations entre les membres de la famille, le poids des non-dits. Elle creuse chaque personnage et nous révèle ses pensées avec des incartades dans le passé ou le futur qui trouvent naturellement leur place. Chaque membre de la famille de Lydia cherche à comprendre encore faudrait-il qu’ils enlèvent leurs œillères.
Un premier roman douloureusement beau sur la non-communication et sur les pressions sociales et familiales,  et si juste sur la différence. Superbe!

Plus tard, lorsqu'ils repenseront à ce dernier soir, les membres de la famille ne se rappelleront presque rien. Tant de choses seront rognées par la tristesse à venir. Nath, rouge d'excitation, parla pendant tout le repas, mais aucun d'entre eux – pas même lui–même se rappellera cette volubilité inhabituelle, ni même un seul mot de ce qu'il aura dit.

Plein d'avis sur Babelio

jeudi 17 mars 2016

Liliana Lazar - Enfants du diable

Éditeur: Seuil - Date de parution : Mars 2016 - 269 pages à lire. 

Bucarest. Fin des années 70. La politique démographique menée par Ceausescu interdit l’avortement et la contraception pour les femmes ayant moins de quatre enfants. Elena Cosma célibataire est sage-femme de métier. En consultation certaines femmes enceintes lui font comprendre que l’enfant n’est pas désiré ou qu’elles ne peuvent pas nourrir une bouche supplémentaire. A l’aube de la quarantaine, Elena aimerait être mère. Aussi quand une femme enceinte récemment veuve lui demande de pratiquer un avortement, elle a une idée. Elle s’occupera de l’enfant comme si c’était le sien. Les rumeurs circulent quand Elena devient « mère » d’un petit Damian. De plus, la mère biologique veut souvent voir son fils. Pour se protéger, Elena demande une mutation dans la campagne à Prigor.

Damian est un enfant de toute beauté à la chevelure rousse. Agé de 6 ans, sa mère le couve et multiplie les interdictions. A Prigor, Elena est non seulement sage-femme mais aussi infirmière avec peu de moyens. Afin de bénéficier de certains avantages du Parti, elle propose qu’un orphelinat soit créé à Prigor. Les orphelins arrivent de la ville. Malingres, souvent malades et à l’orphelinat, ils subissent la faim, le froid,  des mauvais traitements ou des abus sexuels. Elena est révoltée par ces conditions mais elle est pieds et poings liés. Et puis, elle pense également à elle, à Damian et à son secret.

A travers l’histoire d’Elena et de Damian, Liliana Lazar nous dépeint l’Histoire de la Roumanie sous Ceausescu : l’accident de Tchernobyl, la mort du dictateur.
A la lecture de ce livre, ces images terribles de ces orphelinats que le monde entier découvrait me sont revenues à l’esprit. L'auteure s'attache à nous rappeler cette période de la Roumanie et les traitements réservés aux orphelins.
Un roman bien mené, servi par une écriture qui s’attache aux personnages et aux faits sans aucun pathos. Et une fin percutante. 

Le billet de Jostein.

mardi 15 mars 2016

Lawrence Osborne - Terminus oasis

Éditeur : Calmann-Lévy - Traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Eric Moreau - Date de parution : Mars 2016 - Date de publication : 347 pages et un avis mitigé. 

David et son épouse Jo un couple londonien sont invités pour un week-end au Maroc. Leur hôte Richard et son compagnon possèdent une luxueuse villa aux abords du désert. David est médecin et a connu Richard à l’adolescence, Jo écrit des livres des livres pour enfants mais est en panne sèche depuis plusieurs années. Celle-ci ne n’était pas partante pour ce petit séjour où ils vont se retrouver avec des invités mondains. Alors que la nuit tombe et que David a bu, il insiste pour continuer la route afin d’arriver au plus tôt chez Richard. Perdus au milieu de nulle part, David heurte un jeune homme marocain qui décède. Il ne possède aucun papier sur lui.
Pris par la panique, ils mettent son corps dans le coffre et arrivent très en retard chez Richard où la fête bat bat son plein avec alcool, drogue, fruits et nourritures diverses envoyés par avion depuis l’autre bout du monde. Si Richard ne veut pas que l’accident s’ébruite et gâche la fête, c’est raté. Jo à bout de nerfs explique la raison de leur retard. De plus, un des domestiques marocains a dû parler au village car le lendemain, le père du jeune homme un Berbère accompagné frappe aux portes de la villa. Richard pense qu’il va demander une compensation financière mais à la place il veut que David l’accompagne dans son village.

David est un homme méprisable, abject. Il est contraint de suivre l’homme Berbère sans savoir qui va se passer. David en compagnie des Berbères permet la description de ces hommes et de ces femmes, de leurs modes de vie si différents des nôtres. Et sa façon de penser, de voir l’autre se modifiera un peu. A travers la voix du jeune marocain parti en France puis revenu, l’auteur nous offre un autre regard.
Si le thème du départ est intéressant, la vision de deux mondes que tout oppose, ce roman n’évite malheureusement pas certains clichés et reste dans l’ensemble assez superficiel. Et je n'ai pas compris pourquoi l’auteur nous inflige des scènes inutiles où les invités sous l’emprise de la drogue et de l’alcool confient leurs pensées et leurs visions.

Le vieil homme s’attela à sa tâcha avec une concentration remarquable. Il obtint une longue épluchure d’un seul tenant, qu’il déposa à côté de lui. Puis il coupa la pomme en quatre et tendit un quartier à David. Il essuya contre son genou la lame où s’accrochait une goutte de jus. Un fossé mental séparait les deux hommes - des siècles d’antagonisme et d’ignorance mutuelle. Mais un tel fossé, estimait David, aurait été relativement facile à combler. Il ne s’agissait pas que de cela. Il existait entre eux une incompréhension plus profonde, dont les racines s’enfonçaient si loin qu'on ne pouvait en concevoir le commencement. Des milliers d'années sans arbres, sans pelouses, sans aisance. Rien que ce vent.

lundi 14 mars 2016

Arnaldur Indridason - Le lagon noir

Editeur : Métailié - Traduit de l'islandais par Eric Boury - Date de parution : Mars 2016 - 320 pages  comme je les aime !

1979. Après son enquête sur le décès d’un clochard dans Les nuits de Reykjavik, nous retrouvons Erlendur à la brigade Criminelle sous les ordres de Marion Breim. Le cadavre d’un homme est découvert dans un lagon pas très loin de la base américaine. D’origine islandaise, ce dernier y travaillait mais poser des questions aux militaires nécessite des autorisations qu’Erlendur et son supérieur n’obtiennent pas. L’enquête s’annonce difficile et  la présence américaine n’est pas forcément bien ressentie par les habitants. D’ailleurs Erlendur ne cache pas  son hostilité. En parallèle, la disparition non résolue vingt-cinq ans plus tôt d’une jeune fille âgée dix-huit ans le hante. Marion aimerait savoir pourquoi mais Erlendur n’est pas quelqu’un qui étale sa vie (il n’a rien dit à personne à son travail concernant son récent divorce). Têtu, il va se plonger dans cette autre affaire où le temps a malheureusement fait son œuvre. Les parents de la jeune fille sont tous les deux décédés, seule une tante est encore vivante.

Il y a dans ce nouveau livre tout ce que j’aime chez Indridason. Il ne bouscule pas son lecteur et dépeint tous les facettes du contexte où évolue Erlendur. Ici, L’Islande et ses habitants se sentant souvent oubliés sur l’échelle internationale alors que la guerre froide bat son plein. Et toujours des personnages terriblement humains.
A chaque fois, j’apprécie énormément de retrouver Erlendur avec l’impression de le connaître un peu plus à chaque nouvelle lecture. 

Un jour, Marion l'avait trouvé plongé dans un livre qui racontait ce genre d'histoires. Ce jeune policier piquait constamment sa curiosité. Il faisait tout à sa manière, personnelle, il avait quelque chose de vieillot et d’anachronique, ne parlait de lui, n'appréciait pas vraiment la ville et ne s'intéressait pas au présent sauf pour exprimer son agacement face à l'époque actuelle. Buté, il faisait preuve d'une indépendance hors norme, n'éprouvait jamais le besoin de faire part de ses sentiments et passait son temps plongé dans son étrange passion, les récits de disparitions.

Lu de cet auteur : La muraille de lave - Le duel - Les nuits de Reykjavik

Les billets d'Aifelle, Keisha (membres du club des Erlendurettes)

dimanche 13 mars 2016

Kate O'Riordan - La fin d'une imposture

Editeur : Joëlle Losfeld - Traduit de l'anglais (Irlande) par Laetitia Devaux - Date de parution : Février 2016 - 377 pages et un très bon roman !

La famille Douglas est sous le choc de après la mort de leur fils en Thaïlande. Les parents Rosalie et Luke vivent séparément suite à l’infidélité récente de ce dernier. Maddie leur fille âgée de 16 ans rejoint un gang de filles et est agressée. En pleine dépression depuis la mort de son frère Rob, ses parents sont désarmés.  Rosalie lui propose de participer à un groupe de paroles. Elle s’y rendent toutes les deux et font la connaissance de Jed. Tout de suite, Rosalie a vu que sa fille semblait différente en sa présence. Ce jeune et beau garçon plaît à Maddie. Bienveillant, il devient comme un membre de la famille. Maddie est transformée grâce à Jed. Mais derrière la figue angélique se cache un jeune homme qui comme le vers ronge le fruit de l’intérieur. Rosalie se rend compte petit à petit que Jed n’est pas celui qu’il prétend. Tiraillée, Rosalie ne sait pas que faire surtout qu'elle se sent responsable de la situation.

Ce roman sur la manipulation et l'emprise psychologique,  sur la fragilité des personnes en deuil, sur la culpabilité et la rédemption est riche avec une tension palpable.
Des rebondissements (mais sans excès) et j’ai lu cette histoire d’une traite !

Le billet tentateur de Cathulu.

Lu de cette auteure : Le garçon dans la lune - Un autre amour

vendredi 11 mars 2016

Rachel Cusk - Disent-ils

Editeur : Editions de l'Olivier - Traduit de l'anglais par Céline Leroy - Date de parution : Mars 2016 - 204 pages denses et d'une lucidité impitoyable. 

Ils disent, elles disent, il raconte, elle raconte et toutes ces paroles, toutes ces histoires sont livrées à une seule et une même personne, une romancière britannique venue à Athènes animer un atelier d’écriture. D’elle on ne sait pratiquement rien, hormis qu’elle a deux fils et qu’elle est déjà venue à Athènes. Avant le vol, un milliardaire lui confiera l’histoire de sa famille puis dans l’avion, son voisin lance la conversation presque à sens unique pour lui détailler ses différents mariages, les séparations et comment sa deuxième épouse ne s’était montrée sous son vrai jour qu’au bout d’un certain temps. Puis, d’autres comme un homme animant l’atelier également, un vieil ami, des personnes rencontrées sur place, tous auront une opinion sur le mariage, les enfants, le rôle de mère, la réussite sociale, le rôle de l’écrivain.
La narratrice semble presque en retrait et se fait écho de tous ces épanchements alors que les émotions sont tenues à distance.

Avec une écriture au scalpel (et remarquablement traduite), Rachel Cusk nous renvoie autant de réflexions sur ce que nous sommes, sur l’image que nous voulons donner. Des portraits et des histoires où l’ironie, la mélancolie, l’humour sont présents. Au fil des pages, on commence juste à entrevoir la narratrice.
Disent-ils premier tome d’un trilogie est d’une lucidité impitoyable et épatante ! Après la lecture, tous ces fragments de vie nous habitent encore. L'auteure nous tend un miroir. Et c'est sans concession.

Il avait toujours eu l'impression d'être un bon père il s'imaginait même avoir été plus apte à aimer ses enfants et à se faire aimer d'eux qui ne l'avait été avec leurs mères respectives. Sa propre mère lui avait dit une fois, juste après sa première séparation et alors qu'il s'inquiéter des effets du divorce sur les enfants, que quoi que l'on fasse, la vie de famille était toujours douce-amère. Si ce n'était le divorce, ce serait autre chose dit-il. Une enfance sans tache, ça n'existait pas, même si l'on s'acharnait à se convaincre du contraire.

Lu et chroniqué de cette auteure : Contrecoup

jeudi 10 mars 2016

Angélique Villeneuve - Nuit de septembre

Editeur : Grasset - Date de parution : Mars 2016 - 155 pages lumineuses et précieuses. 

« Une nuit, ton fils s’est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu l’as trouvé. » J'ai tourné autour de ce livre avec la crainte de recevoir des émotions qui m'auraient alourdie. Comment avais-je pu oublier la générosité et la bienveillance d’Angélique Villeneuve? Avec ce livre, elle donne et elle partage du sincère, du touchant mais aussi du respect, une humilité. La question du pourquoi n’a pas sa place. En employant, le « tu » pour écrire, elle partage avec le lecteur l’après. Le quotidien, les gestes qu’il faut continuer, la vie mais sans son fils.
Assise sur le lit où il a décidé « d’arrêter » ou à son bureau, dans les rues touchant les platanes comme par nécessité, le manque est présent. Les digues cèderont pour laisser place aux pleurs, son corps de mère lui fera sentir sa souffrance « Tu en as pris plein la figure et ta figure, ta couenne, tes os, l’expriment à leur petite manière » alors qu’elle est toujours à la recherche de ce mot qui n’existe pas pour la désigner.
Ecrire, mettre en mots l’absence, l’indicible, le vide mais aussi tout ce que son fils lui a apporté. Ce qui est précieux, ce que ne s’enlève pas.

Ce texte à la portée universelle m’a plus que touchée. Les yeux souvent baignés de poissons d’eau, la beauté, la poésie et la douceur qui s’en dégagent ont fait jaillir d’autres larmes. Parce ce que ce texte est rare, parce qu'il parle avant tout de vie, parce qu'il possède cette luminosité comme celle que l'on voit quand on lève la tête, ces rayons de soleil enrichis par la danse des feuilles des arbres.

Ce livre m’a beaucoup apportée et j'en suis sortie plus forte, je ne peux pas en dire plus.
Une lecture belle et nécessaire. 

À la fin tu as dit, J'ai ce que tu m'as donné. 
Je l'ai. 
Tu as répété ça. Tu as parlé au présent, en ce que parfois le présent ce pique d'annoncer le futur. 
Tu as dit, j'ai un fils.

Les billets d'Antigone, Cathulu, Gwen

Lu de cette auteure : Les Fleurs d'hiver Grand Paradis - Un territoire

Angélique Villeneuve sera ce week-end au salon du livre de Quentin (22) et aux Escales de Binic les 27 et 28 mars.

mercredi 9 mars 2016

Valérie Rodrigue - Rien ne résiste à Romica

Editeur : Plein Jour - Date de parution : Mars 2016 - 172 pages et une lecture nécessaire.  

Alors que  Romica faisait la manche au même endroit depuis quatre ans, Valérie Rodrigue a remarqué sa présence (car quelquefois, il faut un élément déclencheur pour «voir» que ce que l’on voit sans y prêter attention). La poussette avec l’enfant, les sacs en plastique (« C'est bien le signe d'une vie à la rue, les sacs en plastique») et ce besoin pour la journaliste d’aider cette jeune femme Rom enceinte.
Les Roms sont souvent diabolisés (des voleurs) dans les esprits quand ce n’est pas par les politiques eux-mêmes. En 2010, le président de la République lors de son discours de Grenoble parle  à la fois « des gens du voyage, de la délinquance et des Roms, comme si tout cela était indissociable ». Après ce discours, Valérie Rodrigue participe à l’aide aux devoirs des auprès des enfants roms  et s'implique auprès de Romica, jeune femme mariée très jeune contre son gré puis arrivée en France avec son mari. Ils vivent dans un bidonville sur un terrain boueux appelé le platz dans l'Essonne avec comme logement une cabane. La communauté y est rassemblée avec son chef auquel on paie un loyer.
Romica connaît les expulsions : ce n’est pas la première fois qu’il y a un arrêté préfectoral d’expulsion, les CRS puis les bennes. Alors il faut partir, trouver un autre endroit. Romica enceinte doit être suivie médicalement comme sa fille. Mais il faut lever des barrages et les appréhensions de Romica. Lui faire comprendre qu’elle a des droits, qu’elle peut espérer et vouloir plus d’un cabane car Romica rêve de travailler.

Valérie Rodrigue va devoir gagner la confiance de Romica, comprendre les règles des Roms (qui parfois freinent Romica), leur culture et leurs valeurs, tordre le cou aux préjugés que ce soit du côté des Roms ou de ses amies. Elle découvre la complexité, les aberrations de l’administration. Et des barrages, il y en a beaucoup mais ensemble, elles vont les lever : de l'Aide médicale d'état à la scolarisation des enfants, de l'obtention d'une formation à un emploi.

Ce récit d’une amitié et de l’intégration réussie de Romica est tout simplement formidable parce que Valérie Rodrigue peint une réalité sans chercher à l’embellir. L’auteur n’oublie pas de parler du travail des bénévoles, des réussites comme des échecs. Et puis, il y a des phrases qui font froid dans le dos, les Roms sont stigmatisés comme d’autres le furent à d’autres époques pour leurs origines avec les conséquences que l’on connaît. Une lecture plus que nécessaire à mes yeux !

Inutile d'être très perspicace pour deviner que les Roms des Balkans sont posés sur les routes par la nécessité, comme autrefois les Portugais ont fui leur pays, la dictature et la misère. Si les Roumains ou les Bulgares construire des abris sous nos axes autoroutiers, est-ce au non nom d'un mode de vie nomade ou d'une pauvreté extrême ? Qui quitte son pays, qui dort dehors par plaisir ?

Qui s'intéressait à Romica ? A toutes les Romica qui se battent pour s'en sortir, pour tirer leur famille, et leur communauté vers le haut ? La réussite, la volonté, le chemin parcouru, c'est moins sensationnel que le trafic de cuivre, de carburant, la prostitution, les vols à l'arraché ou les cambriolages.

mardi 8 mars 2016

Catherine Lacey - Personne ne disparaît

Editeur : Actes Sud - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Myriam Anderson - Date de parution : Février 2016 - 268 pages inventives, touchantes  et drôlement bien tramées !

Elyria, une trentenaire Américaine, quitte son travail, son mari du jour au lendemain sans prévenir quiconque et s’envole pour la Nouvelle-Zélande. Un peu avant lors d'une soirée, elle a juste échangé quelques mots avec un écrivain un peu bourru lui ayant dit que si un jour elle se rendait dans ce pays, il avait une chambre dans sa ferme pour la loger. C'est sur la base de cette formule polie mais avec l’adresse qu’Elyria a tout quitté. Arrivée sur place alors que tout le monde lui déconseille de faire du stop, elle utilise ce moyen pour traverser le pays. Au gré de ses rencontres, des imprévus, elle ne cesse de s’interroger et de se questionner  sur elle-même : « Ce que je voulais dire c'est que j'avais conscience qu'il faudrait que je fasse quelque chose que je ne savais pas faire, c'est-à-dire partir comme une adulte, comme une grande personne, énoncer le problème, remplir les papiers, faire tous ces trucs d'adultes mais je ne savais aussi que ce n'était pas tout le problème, que je ne voulais pas seulement divorcer de mon mari, mais divorcer de tout, de ma propre histoire ; j'étais poussée par des courants, par des choses invisibles, souvenirs et inventions et peurs tourbillonnant ensemble - c'était le genre de truc que tu ne comprends que des années plus tard, pas le genre de truc que tu peux expliquer à une quasi étrangère dans un placard à balai alors que t'es un peu près saoule, que tu ignores à peu près où tu es et ce que tu fais là, ou pourquoi certaines personnes reconnaissent l'odeur des secrets. »
Sa relation avec sa sœur adoptive, son couple avec son mari professeur universitaire en mathématiques, sa mère fantasque et portée sur la boisson : petit à petit, sa vie se dessine.

Pour un premier roman, Catherine Lacey n’a pas choisi la facilité et elle s’en sort très, très bien. Avec une écriture originale, souvent pétillante, un sens de la formulation qui émoustille l’esprit, ce qui aurait pu vite devenir pathétique ou lassant est souvent drôle ou nous touche. Alors oui, Elyria marche au bord du précipice, regarde au fond mais essaie de se démêler avec elle-même. Plus qu’attachante, elle est fragile, complexe, décalée et si proche de nous finalement.
Même si les dernières pages ne sont pas parfaites, il s'agit d'un premier roman à ne pas manquer  ! 

Et je suis devenue un havre-d’émotions-authentique, une personne au grand cœur, équilibrée et épanouie, une employée fiable, une femme capable d'entrer chez un traiteur, de commander un sandwich, de le manger et de lire le journal comme une femme adulte, sans penser la phrase « Je suis une femme adulte, qui mange dans son assiette, qui lit les nouvelles », parce que je n'étais pas observatrice de moi-même, mais j'étais un être « étant », une personne qui est simplement au lieu d'une personne qui est « presque « . Pendant environ un an, j'ai pensé qu'il en serait toujours ainsi, que j'avais atteint un niveau d'existence plus élevé que le précédent et qu'il n'y aurait pas de marche arrière, mais j'avais tort, il y avait une marche arrière, et j'ai fait marche arrière, j'ai même fait l'aller-retour, et l'aller et le retour encore.

"J'ai menti, j'ai dit, je ne suis pas venu ici avec mon mari. Il ne sait même pas où je suis", et après avoir dit tout ça, je me suis sentie plus légère mais l'atmosphère à  l'intérieur de la camionnette s'est assombrie, parce que c'est déjà assez décevant de savoir que les gens que nous aimons mentent parfois, mais c'est presque pire que de se souvenir que les étrangers aussi, et c'est pour ça qu'il vaut mieux ne pas avouer nos  mensonge à des étrangers, parce que ce n'est pas agréable d'apprendre que quelqu'un peut mentir même quand il n'y a rien en jeu, ou presque rien, et ce n'est pas agréable de se souvenir que nous avons tous cru aux mensonges d'autres étrangers, et même si à peu près tous les êtres vivants le savent, d'une certaine façon, ce n'est quand même pas le meilleur sujet à aborder au cours d'une conversation polie.


Les billets de Cath, Framboise

lundi 7 mars 2016

Pierre Lemaitre - Trois jours et une vie

Editeur : Albin Michel - Date de parution : Mars 2016 - 279 pages dévorées !

Décembre 1999, dans la petite ville de Beauval, Antoine Courtin âgé de douze ans s’est pris d’affection pour le chien Ulysse des voisins, les Desmedt. Celui-ci l’accompagne quand il va jouer dans la forêt toute proche où il a construit une cabane. Le jour où Ulysse est renversé et gravement blessé par un chauffard, son maître M. Desmedt l’abat d’une cartouche.
« Dans le triangle père absent, mère rigide, copains éloignés, le chien Ulysse occupait évidemment une place centrale. Sa mort et la manière dont elle survint furent pour Antoine un événement particulièrement violent. » Antoine assiste à la scène, incrédule, le cœur au bord des yeux. Sauf que la mort d’Ulysse est suivie dans la même journée par un autre drame dont Antoine  est le responsable. Paniqué, il pense à prendre la fuite.Alors que le drame mobilise l’ensemble de la population de Beauval dans un climat de tension où les vieilles rancunes ressurgissent, Antoine va endosser l’habit du menteur.
Les années passent, Antoine à 24 ans, étudiant en médecine, il fait la fierté de sa mère qui lui reproche de ne pas venir souvent à Beauval. Justement, s’éloigner et quitter les lieux de son enfance revient à  tenter d'oublier son passé. Mais ce dernier comme la tourmente vont rattraper Antoine et toute sa vie en sera bouleversée.

Une fois commencé, ce nouveau roman de Pierre Lemaitre est impossible à lâcher! Pourtant, j'ai reçu un uppercut car le drame en question est la disparition d’un enfant âgé de 6 ans et en tant que lecteur, nous savons ce qui s’est déroulé.
Pierre Lemaitre démontre qu’il est fin psychologue et nous ferre car il nous place au plus près d’Antoine (de ce qu’il vit, de ce qu’il pense). On est à ses côtés, c’est si bien décrit que l’on « ressent » physiquement  ses émotions : la peur qui tord le ventre, la sensation d’être perdu, l’angoisse. On le suit sur plusieurs périodes durant lesquelles sa conscience s’est modifiée. Car de 12 ans à l'âge adulte, un évènement se modifie forcément dans les souvenirs. L’auteur ne s’en tient pas à analyser le comportement d’Antoine, un garçon sensible et attachant dès les premières pages. A travers la population de Beauval, il nous dépeint le genre humain et ses différentes réactions face à un drame. Cerise sur le gâteau, Pierre Lemaitre nous offre une belle fin renversante (que je n’ai pas vu venir)
Avec une écriture aiguisée qui fouille et creuse l’âme humaine, ce roman psychologique à l’atmosphère ombrée se lit en apnée totale ! 

La rumeur est une sauce fragile, elle prend ou elle ne prend pas. 

Mme Courtin était née ici, c'est ici qu'elle avait grandi et vécu, dans la ville étriquée où chacun est observé par celui qu'il observe, dans laquelle l'opinion d'autrui est un poids écrasant. Mme Courtin faisait, en toutes choses, ce qui devait se faire, simplement parce que c'était ce que, autour d'elle, tout le monde faisait.Elle tenait à sa réputation comme elle tenait à sa maison et peut-être même comme elle tenait à sa vie car elle serait sans doute morte d'une faillite de sa respectabilité. La messe de minuit n'était, pour Antoine, qu'une obligation parmi toutes celles auxquelles il sacrifiait toute l'année pour que sa mère reste, à ses propres yeux une femme fréquentable. 

L'activité religieuse était assez saisonnière. La plupart des fidèles revenait à la messe lorsque que l'agriculture était en difficulté, quand les prix du bovin entraient en récession ou que les usines de la région préparaient des plans de licenciement. L'église proposait une prestation, on se comportait comme des consommateurs. Même les grands événements cycliques comme Noël, Pâques, ou l'Assomption n'échappaient pas à cette règle utilitaire. C'était la manière, pour les adhérents, d'acquitter l'abonnement leur permettant, dans l'année, de recourir aux services à la demande.

Le billet d'Alex

Lu de cet auteur : Alex - Cadres noirs Robe de marié - Sacrifices Travail soigné Au revoir là-haut

samedi 5 mars 2016

Pablo Casacuberta - Ici et maintenant

Editeur : Métailié - Traduit de l'espagnol ( Uruguay) par François Gaudry - Date de parution : Février 2016 - 162 pages à lire ! 

Âgé de dix-sept ans, Maximo est un adolescent aimant les sciences et assoiffé d'apprendre sur tout en général. Cultivé, dévoué à la cohérence, il a tendance à  se réfugier dans ses connaissances pour échapper à la réalité. Mal à l'aise dans son corps en plein changement, il arbore d'ailleurs depuis peu quelques poils au menton. Lui et son petit frère qu'il surnomme le nain sont comme chien et chat. Sa mère les élève seule depuis  le départ de leur père il y a plusieurs années. Son oncle paternel Marcos est trop présent chez eux selon Maximo, un oncle qui aime donner son avis sur tout. Comme ce sont les vacances, sa mère l'incite fortement à chercher un emploi. Entre faire preuve d'une certaine maturité et s'échapper un peu de la maison, il postule sans y croire à un emploi de groom à l'hôtel International ( qui n'en a que le nom) et décroche le job. En seulement une journée et une nuit, Maximo sans y être préparé va être confronté  à une série d'événements familiaux et professionnels.

Sur la question de quand devient-on adulte,  Pablo Casacuberta nous livre un beau roman d'apprentissage avec humour et tendresse et beaucoup de nuances. Et on y croit vraiment ! Car avec talent et aisance,  l'auteur se glisse dans le peau de Maximo  : un pied dans l'enfance (et ses souvenirs réconfortants)  et l'autre dans la vie avec ses bonnes ou mauvaises surprises inattendues. Comme dans Scipion, la figure paternelle tient une place importante.
Une réussite sur toute la ligne ! 

Je cédai sur la cravate, car je dus bien finir par accepter que la vie professionnelle exigeait, entre autres choses, de démontrer que l'on était capable de se sacrifier, comme disait maman. La cravate était seulement le signe le plus visible de cette disposition à mourir pour l'entreprise. Bien sûr, ma mère ne le formula pas ainsi, se limitant à remuer  ses lèvres pour dire autre chose tandis que j'imprimais cette tournure à ses mots. J'aimais me servir de leur rumeur pour structurer ma pensée. Non que ma mère ne fut pas un être raisonnable et susceptible de faire des associations pertinentes, mais elle dédaignait les lectures de référence, ma petite passion, et par conséquent ses pensées se dépliaient en l'air sans l'appui d'un exemple, d'une donnée permettant d'épingler tant bien que mal ces fragments isolés et insaisissables.

Les billets de Keisha, Virginie

vendredi 4 mars 2016

Adam Langer - Le contrat Salinger

Editeur : éditions Super 8 - Date de parution : Août 2015 - Traduit de l’anglais (Etats-unis) par Emilie Didier - 311 pages addictives.

Journaliste et également écrivain en panne, Adam Langer revoit par hasard un auteur qu'il avait interviewé quelques années auparavant : Conner Joyce auteur de polars à succès.. Les deux hommes ne sont pas que ce qu'on pourrait appeler des amis mais Conner choisit Adam comme confident. Conner a reçu une proposition contre un gros paquet d'argent : écrire un seul et unique livre pour un commanditaire. Ce dernier lui confie que des grand noms ont accepté avant lui : Salinger ou Thomas Pynchon par exemple. Evidemment Conner ne doit en parler à personne et écrire un livre à la hauteur de ce que on lui demande.

Premier coup de canif au contrat : il en parlé à Adam qui ressent une forme de jalousie.
Ce roman à tiroirs nous entraine dans une zone où la frontière entre réalité et fiction sont poreuses. L'appât du gain causera bien des torts en tout genre et les réflexions sur le rôle de l'écrivain et de ses attentes sont l'un des points forts de ce livre.
Très habilement mené, Adam Langer entretient une tension telle qu'on ne lâche pas ce livre. J'ai juste un bémol pour la fin mais je ne boude pas mon plaisir.

jeudi 3 mars 2016

Delphine Roux - Kokoro

Editeur : Philippe Picquier - Date de parution : Août 2015 - 128 pages et une belle découverte ! 

A l'adolescence, Seki et son frère Koichi se sont retrouvée brutalement orphelins. Seki s'est nichée dans le travail et la performance. Mariée et mère de deux fillettes, elle mène une vie ordonnée où l'imprévu n'a pas sa place. Koichi est son opposé. Il se satisfait de peu, se réfugie dans ses souvenirs d'enfance et rend visite régulièrement à sa grand-mère à la maison de retraite. Quelquefois, Seki apparait dans la vie de son frère pour surveiller, faire des remarques qui glissent sur Koichi. Il continue de regarder de loin le monde comme en retrait. Mais Seki qui semblait forte sombre dans une dépression et Koichi va l'aider tout en surmontant ses propres peurs.

Narré par Koichi, ce roman découpé en courts chapitres se lit avec bonheur. La reconstruction, la relation frère-soeur, les faux bonheurs préfabriqués sont quelques uns des thèmes abordés. Un premier roman servi par une écriture où chaque mot est pesé avec un sens de la formulation qui m'a touchée et séduite. Pas de guimauve, un rythme enveloppant, de la finesse et beaucoup de délicatesse. Une belle découverte !

Dernièrement, j’ai été titularisé. La sécurité de l’emploi. Cette sécurité là.

mardi 1 mars 2016

Karine Silla - Autour du soleil

Editeur : Plon - Date de parution : Janvier 2016 - 280 pages qui laissent une trace durable.

Louise n’est pas heureuse dans sa vie. Un homme qu’elle a épousé sans amour, une enfant Marie de trois ans avec qui elle se sent comme une étrangère. Lors d’un trajet en train, elle rencontre un homme qui vit au Vietnam. Pourquoi ne pas se donner la chance de vivre le bonheur ? Ce qui pourrait être irréfléchi, insensé se produit. Elle décide de tout quitter pour suivre cet homme. Si au Vietnam, c’est une seconde naissance pour elle, jamais elle ne parle de sa fille à non nouvel époux. Un mensonge ou un secret. ce silence la ronge lentement.

"Ma vie, avec un mari et deux enfants, est bien rangée dans un monde où les sentiments sont clairs et où les gens qui s'aiment ne se mentent pas."A trente-cinq ans, Marie jeune femme active, mariée à Samuel et mère de deux filles apprend que sa mère l’a abandonnée. Son père lui avait toujours dit qu’elle était morte et le mari de Louise lui apprend cette vérité. Sa mère est désormais décédée et elle a un demi-frère. Elle préfère fuir ce qu’elle entend "Je n'étais plus la fille de sa femme. Il avait perdu des heures à faire suivre la mauvaise personne. Les âmes ne sont pas comme les vases que l'on recolle". Comment son père a pu lui mentir alors qu’il était au courant ? Pourtant, elle ne dit rien à Samuel. Ils partent en vacances dans le sud de la France chez Georges et sa compagne. Georges l’ancien professeur de fac de Samuel dont ce dernier est comme le fils spirituel. Pourtant Georges est père d’un garçon dont il ne parle jamais, plus ou moins brouillé avec lui, et ce dernier  va s’inviter lors de ces vacances. Marie s'interroge bien évidemment sur sa mère mais aussi sur son père et sur son propre couple.

Si j’avais trouvé froid, impersonnel et sans grand intérêt le premier roman de Karine Silla (Monsieur est mot), celui-ci est magnétique malgré quelques défauts et des petites maladresses  dans la construction (la partie consacrée aux vacances traîne un peu en longueur avec trop de personnages).   Mais les émotions sont bien présentes, réelles, troublantes avec des réflexions qui surgissent entre les lignes.

Même s’il n’est pas parfait, ce roman sur la filiation, sur la construction de soi, sur nos rapports aux autres,  sur les non-dits et/ou les mensonges, laisse une trace durable une fois terminé ( je l'ai lu il y a 2 ou 3 semaines).
Et ce point est suffisamment  important à mes yeux pour que je parle de cette lecture. Sans oublier l'écriture de Karine Silla : sensible mais sans excès et solaire.
Quitte à me répéter, vraiment, ce livre possède quelque chose. Une auteure à suivre ! 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...