mardi 25 octobre 2016

Antoine Bello - Ada

Éditeur : Gallimard - Date de parution : Août 2016 - 362 pages qui m'ont ravie ! 

Agé d’un peu plus de cinquante ans, Frank Logan est policier à la Silicon Valley un endroit dont il est originaire. Amateur de haïkus, il prend à cœur les trafics les jeunes filles étrangères mises sur le trottoir. Et quand la compagnie Turing signale disparition d’Ada, il découvre que derrière ce prénom se cache une intelligence artificielle (AI). Et notre policier qui n’y connaît rien en technologie est un peu sceptique. Ada a été conçu pour écrire des romans à l’eau de rose et a d’ailleurs produit un premier jet intitulé Passion d’automne. Si ses créateurs pensent d’abord à un vol, Ada a en fait pris la poudre d’escampette et elle entre en contact avec Logan.

Méfiant, Frank réagit en premier en tant en tant qu’humain face à une machine. Mais Ada a de l’humour, de la répartie et possède des ambitions littéraires. Franck est un policier honnête donc il devrait boucler l’affaire mais il aimerait d’abord savoir si Ada possède une conscience ou non. On apprend comment Ada été conçue, comment elle est programmée pour écrire un livre à succès même si Passion d’automne comporte quelques "bugs". Entre Franck et Ada, une relation s’établit alors que l’enquête prend des tournants inattendus.
De la réflexion sur les AI et de leur place jusqu’aux dérives à des questions sur ce que c’est la littérature, la place du marketing dans les romans actuels ou encore la définition de  l’amour,  ce roman se dévore !

Avec de l’humour (à différents degrés) et des raisonnements philosophiques, j’ai tourné les pages avec un grand plaisir. Et la toute fin de ce roman m’a fait plus que sourire et elle est bien loin mais très loin de tout ce que l’on peut imaginer.

Papillon fan de l’auteur peut être rassurée car cette découverte d’Antoine Bello m’a plus que ravie !

Encore ankylosé de sa gamelle de la veille, il se pencha avec d'infinies précautions pour atteindre d'une brochure posée sur la table basse. Elle pesait son kilo. À l'heure où les éditeurs migraient vers le numérique, il était rassurant de voir que les scieries amazoniennes conservaient quelques mécènes. 

Les billets d'Alex, Cuné, Delphine, Eva, Keisha
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...