mardi 12 avril 2011

Marie-Sabine Roger - Et tu te soumettras à la loi de ton père

Éditeur : Thierry magnier - Date de parution : Mars 2008 - 143 pages saisissantes...

Avertissement : J’ai lu ce livre en apnée totale. Scotchée.

La narratrice âgée de 10 ans parle de son père avec des  mots qui claquent et qui résonnent. Des termes où la peur et la religion se côtoient. Quand  la religion, ici le catholicisme (n’en déplaise à certaines bonnes âmes trop bien pensantes…) rime avec fanatisme et intégrisme.
Tu es mon père et je te crains.
« Il faut ». « On doit ». « On ne peut pas »...
Ta religion ne sait se décliner qu'en interdits. Tu ne nous éduques pas, tu nous dresses. Tu ne nous élèves pas. Tu nous rabaisses.
Je suis petite et Dieu est grand. Maman parle de moins en moins. Elle a des silences de douleur, qui nouent le ventre à peine on la regarde.
Mais moi je grandis, et mes questions grandissent avec moi.
Quel est ce Dieu de foudre et de colère, qui aime aussi peu ses enfants ?
Il me fait peur. Je n'en veux pas.
La foi, entre les mains d'un homme comme toi, c'est une arme de poing.


Une famille comme tant d’autres, on pourrait le croire. Une famille pratiquante qui ne fait pas de bruit et un père extrêmement croyant. Un fanatique qui fait régner un climat de soumission et de peur. Son épouse et ses enfants subissent les dérives de la religion.  Les aînés sont déjà partis de la maison,  il ne reste que la fille et son petit frère Fabien. Enfant handicapé entouré d'amour par sa mère et considéré par son père comme un fardeau imposé par Dieu.   A ses questions, les  réponses sont invariables. Des « preuves » extraites de la bible. Et sous couvert de la religion, il s’agit de lâcheté comme on porte sa croix, de dire courage et soyez forts  à ceux qui demandent de l’aide. Marcher droit, courber l’échine et prier. Un père qui utilise la foi comme un bâton. Dérives extrémistes où l’on ne parle pas, où l’Amour prêché par Dieu n’est que relations distantes, sévères et froides. Cette petite fille  découvre le monde tel qu’il est. Un choc, une  révolte souterraine car elle comprend que son père lui a menti ou occulté bien des choses. Une enfance sans gaieté, sans joie au nom d'un Dieu idolâtré par son père.

Ce livre m’a fait chavirer !! Des phrases justes sans fioriture ou de mot superflu qui sautent à la gorge. KO assuré. Une lecture saisissante dont on ne sort pas indemne… Vous êtes prévenus. 

Le plaisir est un trésor secret, un bien-être qui se resquille. C'est du bonheur de braconnier.

L’enfance, quand rien ne vous permet de rester un enfant, c’est une longue et inutile peine, un cruel emprisonnement.

Le billet de Chiffonnette 
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...