lundi 10 novembre 2014

Elena Ferrante - L'amie prodigieuse

Éditeur : Gallimard - Traduit de l'italien par Elsa Damien - Date de parution : Octobre 2014 - 389 pages à lire !

Fin des années cinquante. Dans un quartier éloigné et pauvre du centre ville de Naples, Elena et Lila deviennent amies à l'école. Toutes deux sont des enfants dont les parents vivotent comme le reste des habitants de ces rues. Elena voue de l'admiration à Lilaqui est billante et  vive. Et pourtant ses parents ne veulent pas qu'elle aille au collège, elle va désormais travailler dans la cordonnerie familiale. Si seule Elena franchit les classes supérieures, Lila emprunte des livres à la bibliothèque pour continuer d'apprendre. Les nouvelles matières semblent un jeu pour l'adolescente qui devient une charmante jeune fille. Dans ce quartier qui subit des métamorphoses certaines familles s'enrichissent tandis qu'Elena cherche sa place.

Depuis l'enfance, Elena s'est toujours sentie en compétition avec Lila. Cette dernière aurait dû continuer les études et Elena se sent comme un imposteur. Et si ce sentiment laisse place à celui d'une forme de supériorité, Lila a toujours un temps d'avance. Alors qu'Elena passe son temps à étudier, Lila attire bon nombre de garçons.
Dans ce récit raconté par Elena, les chemins des deux adolescentes se retrouvent, divergent.  Les vies d'Elena et de Lila sont liées à celle du quartier où tout le monde se connaît et où les rivalités entre certaines familles font régner une ambiance de jalousie. Lila se fiance à un jeune homme et son destin semble tracé vers le bonheur.
On est immergé dans cette partie de Naples, et on suit ces deux filles de l'enfance à la porte de l'âge de l'adulte. Si Lila est belle, intelligente et qu'Elena semble son opposée,  à travers les réflexions de cette dernière on s'aperçoit combien ses pensées évoluent.

Il s'agit d'un  roman sur l'amitié, les tourments liés à l'adolescence et les bouleversements de tout un quartier et d'une époque.
Les deux héroïnes sont aussi attachantes l'une que l'autre et la toute dernière page révèle un retournement de situation complètement inattendu et assez glaçant...

Cet argent donne encore plus de force à mon impression qu'elle avait ce qui me manquait et vice versa, dans un perpétuel jeu d'échanges et de renversements qui, parfois dans la joie, parfois dans la souffrance nous rendent indispensables l'une à l'autre. (…) Je me répondis que j'avais l'école, un privilège qu'elle avait perdu pour toujours. C'est ma richesse, tentai-je de me convaincre.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...