vendredi 19 août 2016

Imbolo Mbue - Voici venir les rêveurs

Editeur : Belfond - Traduit de l'anglais ( Cameroun) par Sarah Tardy - Date de parution : Août 2016 - 419 pages et un très bon premier roman.

Jende Jonga a quitté le Cameroun et son village de Limbé pour New York avec le rêve américain en tête. Après qu'il ait suffisamment épargné en cumulant différents emplois,  sa femme Neni et leur petit garçon Liomi l'ont rejoint. Son visa de trois mois a expiré depuis bien longtemps lorsque Jende est embauché en tant que chauffeur par Clark Edwards banquier chez Lehman Brothers.Il n'espère qu’une seule chose : obtenir sa Green Card le sésame légal pour pouvoir rester dans ce pays. Neni a repris ses études de pharmacopée à la Fac et travaille en plus.Chaque jour, Jende remercie le ciel pour cet emploi de chauffeur. Discret, respectueux, il vénère son patron qui passe énormément de temps à son travail. L'épouse de Clark Edwards et ses deux garçons ne le voient guère.Les Edward et les Jonga s’entendent bien et l’on pourrait imaginer une belle histoire avec une happy end. Mais la crise économique secoue l’Amérique. Dans son sillage Lehman Brothers coule alors que Jende est toujours sans nouvelle de sa demande d’asile.

Contrairement à Americanah où Chimamanda Ngozi Adichie s’intéressait principalement à la question identitaire, ici le rêve et le désenchantement sont deux points très importants. En suivant les deux familles, l’auteur nous rend compte des impacts de la crise des subprimes. En alternant les ressentis de Jende et de Neni, on perçoit très clairement que leurs attentes du rêve américain peuvent être différentes sur certains points. Quel est le prix du bonheur ? Faut-il se détourner de ses rêves et affronter la réalité quitte à y renoncer ?

Avec des personnages attachants (sans jamais tomber dans la caricature), un style limpide où des expressions camerounaises s’insèrent sans gêner le récit, ce premier roman sur le rêve américain, l'exil, le définition du bonheur et des attentes de chacun dans la vie est une réussite !

Le lendemain, tandis qu'il allait et venait chez les Edwards, Jende pensa à Leah et eux ex-employés de Lehman. Il pensa à l'état dans lequel se trouvait la ville et l'état dans lequel se trouvait le pays. Il pensa qu'il était terriblement étrange, triste effrayant que les Américains, ce peuple-là, parle de crise économique, une expression que les Camerounais avaient entendu à la télé et à la radio presque quotidiennement à la fin des années 80, à l'époque où le pays avait plongé dans la récession. (…)La même chose se produisait maintenant en Amérique. L'affaire était grave. Très grave. Personne ne pouvait dire combien de temps le pays mettrait pour émerger de ce chaos que l'effondrement de Lehman avait causé.

Les billets d'Antigone, Kathel
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...