mercredi 14 septembre 2016

Grazyna Jagielska - Amour de pierre

Editeur : J'ai lu - Traduit du polonais par Anna Smolar - Date de parution : Août 2016 - 255 pages à découvrir. 

"Il y a trois mois jour pour jour, j'ai été admise en maison de repos. Mon syndrome : le stress post-traumatique du soldat. En réalité, c’est le stress de mon mari, mais il m’a toujours délégué tous ses soucis. " Mariée à Wotjek grand reporter de guerre, Grazyna est internée pour soigner sa dépression. Wotjek court de conflit en guerre à travers le monde et durant ses absences, elle l’attend chez eux à Varsovie. Mais la peur et les récit de ce que Wotjek a vu, a vécu sont  les plus fortes et elle sombre. A l’hôpital , Grazyna se lie avec un autre patient et raconte comment elle est en arrivée là.

Jeune femme, elle partageait avec son mari l’amour des voyages. Puis la passion de Wotjek s’est lentement insinuée dans leur couple. Reporter de guerre, c’est toujours être sur le qui-vive pour ne pas rater un évènement important de l'Afghanistan à la Tchétchénie. Grazyna a soutenu, encouragé son mari jusqu’à se mentir à elle-même. Trop d’horreurs et de peur accumulées, tout en continuant de  faire semblant et un beau jour ne plus y arriver.
Elle va accompagner son mari en tant que photographe. Etre sur le terrain avec lui pour vivre ce qu’il vit et tout partager. Mais le travail Wotjek en est affecté car il ne veut pas de prendre de risques avec son épouse à ses côtés.

Cette plongée dans l’intimité de Grazyna est saisissante ! D’un coté, on ressent viscéralement ses inquiétudes les plus profondes et de l’autre, ce portait du reporter de guerre est fascinant et terrifiant par ses aspects égoïstes.
La structure du récit pourra déconcerter ou gêner certains lecteurs car il faut apprivoiser le rythme qui oscille entre souvenirs, auscultation du mal-être et la métamorphose de l'amour de Grazyna . Les traumatismes collatéraux des guerres sont mis en exergue par la personne de Grazyna.  J'ignorais que ce roman était autobiographique (Wotjek a arrêté de sillonner le monde mais on ne sait pas si Grazyna s’est relevée et a pu désormais tourner la page), en tout cas il est à découvrir. 

Ce sont les guerres de  la fin des années 1990, me semble-t-il, qui m'ont changée à ce point. Elles ont engendré la dépression nerveuse que mon correspondant de guerre de mari aurait dû subir. Ou peut-être cette maladie a-t-elle pleinement mûri à ce moment-là ; elle est devenue visible, délimitant les contours de notre vie future. Vers la fin des années 1990, je ne pouvais plus me faire d'illusions, ni croire à un retour à la normale. Nous avions expérimenté tous les retours possibles ; nous savions qu'il était inconcevable de revenir sur les lieux du passé, comme aux anciens projets. 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...