mardi 28 janvier 2014

Ian McEwan - Opération Sweet Tooth

Éditeur : Gallimard - Traduit de l'anglais par France Camus-Pichon - Date de parution : Janvier 2014 - 437 pages où l'on ne s'ennuie pas une seule seconde !

"Je m'appelle Serena Frome (prononcée "Frume", comme dans "plume"), et, il y après de quarante ans, on m'a confié une mission pour les services secrets britanniques. Je n'en suis pas sortie indemne. Dix-huit mois plu tard j'étais congédiée, après m'être déshonorée et avoir détruit mon amant, bien qu'il eût certainement contribué à sa propre perte."
On pourrait penser qu'avec cette première phrase du roman que tout est dit : espionnage et amour. Ce serait commettre une erreur.

Début des années 1970 : étudiante à Cambridge en math alors qu'elle est une lectrice boulimique, la belle Serena a une liaison avec un de ses professeurs marié et beaucoup plus âgé qu'elle. Il met fin à leur relation de façon brutale. Ses études terminées, elle est recrutée par le MI5 les services secrets britanniques. Employée à de tâches de secrétariat vu qu'elle est une femme, Serana déchante jusqu'à ce ses supérieurs lui proposent d'intégrer l'opération Sweet Tooth. La guerre froide bat son plein en entre l'est et l'ouest. Sous couverture d'une fausse fondation, l’opération a pour but de subventionner de jeunes écrivains qui croient en l'anticommuniste. Serena doit donc recruter Tom Haley un écrivain peu connu et jeune professeur d'université pour lui proposer une offre. Laisser tomber son boulot mal payé et se consacrer pendant deux ans à l’écriture d’un roman en étant largement rétribué. Mais Serena tombe éperdument amoureuse de Tom.

Tom demande à Serena de lire ce qu’il écrit et de lui donner ses impressions. A travers Serena, on découvre donc des nouvelles imbriqués dans ce roman. Même si elle prend des précautions pour voir Tom, le MI5 ne tarde pas à découvrir sa liaison et Serena apprend des informations concernant son ancien amant. La jeune femme est sur le point à plusieurs reprises de tout avouer à Tom.  Idéaliste et sentimentaliste qui quelquefois peut apparaître un brin naïve, elle va se retrouver face à la question de qui manipule qui.

Cette comédie sociale où l’écriture et l’écriture ont une part belle met en exergue le mensonge et ses fins, la liberté ou non de l’auteur et le pouvoir de la fiction.
Un roman fin, intelligent où l’on ne s’ennuie pas une seule seconde ! 
Des personnages attachants, des surprises,  de l’humour et de la dérision et cerise sur la gâteau Ian McEwan nous réserve un final qui laissera plus d’un lecteur bouchée bée ( comme dans mon cas) !

Je n'étais pas convaincue par ces écrivains( éparpillée à travers les continents sud et nord-américains) (...) bien décidés à rappeler au malheureux lecteur que tous les personnages, eux-mêmes compris, étaient pure invention et qu'il n'existait aucune différence entre la vie et la fiction. Ou à insister, au contraire, sur le fait que la vie était de toute façon une fiction. Selon moi, seuls les romanciers risquaient de confondre les deux. J'étais un empiriste-née.

Lu de cet auteur : Délire d'amour - Expiation -  L'enfant volé Sur la plage de Chesil
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...