mardi 20 janvier 2015

Kate Atkinson - Une vie après l'autre

Éditeur : Grasset - Traduit de l'anglais (Grande - Bretagne) par Isabelle Carron - Date de parution : Janvier 2015 - 514 pages et un régal ! 

Et si nous avions la chance de recommencer encore et de recommencer encore et encore ?"(...) Ce ne serait pas merveilleux?
Ursula Todd naît le 11 février 1910, seule date immuable dans sa vie. Mais les minutes qui précèdent ou suivent diffèrent. Le médecin arrive trop tard à Fox Corner la maison familiale et elle meurt ou alors sa mère la voyant ne ne pas respirer s'empare d'une petite paire de ciseaux et la libère du cordon ombilical qui lui serre le cou. Et ce sont autant de chemins selon des choix voulus ou non que la vie d'Ursula s'arrête ( "les ténèbres s'abattirent") ou continue. Elle est sauvée lors d'un accident de noyade ou y perd la vie, violée ou non à ses seize ans , elle poursuit des études de littérature anglaise ou apprend la sténo, son destin la conduit à voyager en Allemagne durant lequel elle deviendra amie avec Eva Braun ou encore elle participe à Londres lors du blitz à sauver des vies durant la Seconde Guerre mondiale.
A chaque fois, un simple petit détail par le biais d'un événement ou d'un personnage peut changer le cours de l'histoire et offrir à Ursula un nouvel avenir, modifiant également ceux de sa famille et de son entourage.  Kate Atkinson applique le "et si " à Ursula une jeune fille courageuse dans tous toutes les circonstance.

Un roman puzzle intelligemment éclaté avec des touches d'humour corrosif ou plus tendre, des références à des écrivains et une galerie de personnages attachants ou antipathiques.
On se plonge avec régal dans le vie d'Ursula et de la famille Todd qui nous offrent de multiples histoires. Et pas une seule fois, le procédé peut sembler répétitif ou ennuyeux ! L'auteure nous ouvre une porte supplémentaire sur la notion du temps car Ursula a quelquefois la sensation de déjà vu ou de pressentiments.
Un livre qu'on ne lâche pas ! 

-Est-ce ce que serait une condition si déplorable ? D'être célibataire? dit Ursula en s'attaquant à son gâteau à la crème. Jane Austen s'en est contentée.

Le billet de Cathulu
Lu de cette auteure : A quand les bonnes nouvelles ?  - Parti tôt, pris mon chien

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...