vendredi 17 avril 2015

Valérie Clò - La tyrannie des apparences

Éditeur : Buchet-Chastel - Date de parution : Avril 2015 - 158 pages et un livre hérisson !

Thalia reçoit en cadeau pour des dix-huit ses premières injections pour vieillir. Dans ce monde futuriste, la jeunesse est une croix à porter car on ne peut espérer commencer sa vie qu'après cinquante ans. La vieillesse est sublimée et le pouvoir appartient aux personnes marquées par l'âge du temps. Un monde où l'espérance de vie est si élevées que les jeunes attendent de vieillir avec impatience.

Thalia se teint les cheveux en gris et travaille ses toutes petites rides et applique toutes les consignes de ses parents pour vieillir. Mais elle découvre une archive. Un reportage de notre époque où une femme d'une quarantaine d'années veut avoir recours à la chirurgie esthétique pour rajeunir . Déconsidérée à son travail à cause de son âge (elle ne colle plus à l'image de la jeune cadre dynamique), on la pousse vers la porte de la sortie. Contrairement à Thalia, certains jeunes se rebellent contre le système.

Si ce roman débute sur un ton léger, très vite, les réflexions et les questionnements résonnent étrangement avec ceux de notre époque même si les buts recherchés sont inversés. On découvre un monde où les personnes âgées ont peur de la jeunesse et d'être renversés par ces derniers. Très habilement, cette dystopie pointe du doigt les dérives de notre société, la souffrance (et ce qu'elle entraîne dans son sillon) d'être rejeté quand on ne correspond pas à l'image de l'air du temps.
Bien mené avec des pointes incisives, voilà de quoi donner à réfléchir,  et au final un livre hérisson !  

Loïs en est certain maintenant, depuis que les vieux ont pris le pouvoir, ils veulent cacher leur histoire, ils préfèrent oublier cette époque où les jeunes dirigeaient et faisaient les lois. Ils ont tellement peur que ça recommence qu'ils ont organisé la société pour nous maintenir dans l'ignorance. Nous n'avons aucune échappatoire et sommes obligés de suivre le chemin tracé. Les jeunes sont tellement conditionnés qu'ils ne cherchent même plus à comprendre. Ils avancent, aveuglés, et concentrés sur la prochaine ascension, ne sachant pas qu'ils font ainsi le lit du pouvoir en place. Loïs a décidé de ne pas accepter cette pensée unique et de tout faire pour informer les jeunes. Beaucoup trop sont en souffrance, meurent d'ennui, ou de pauvreté. Ils errent ainsi des décennies, pensant qu'il n'y a pas d'autre solution que de suivre le chemin imposé. 

Le billet de Séverine

Lu de cette auteure : Les gosses
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...