mercredi 13 novembre 2019

Valeria Luiselli - Archives des enfants perdus

Éditeur : Editions de l'Olivier - Date de parution : Août 2019 - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard - 540 pages

Ils sont quatre à effectuer un périple en voiture à travers les Etats-Unis pour rejoindre le Sud. Une voiture avec en son bord les deux  parents et leurs deux enfants de dix et cinq ans nés d'unions respectives, et dans le coffre des boîtes d'archives contenant livres, enregistrements et un joyeux fatras. Une famille recomposée  où le père poursuit sa quête professionnelle sur Geronimo et sur les Apaches, et où la mère veut constater par elle-même le sort des enfants sud-américains immigrants,  des  enfants souvent  refoulés près de la frontière mexicaine et séparés des leurs.

Ce roman est absolument étonnant et fascinant de la première à la dernière ligne tant par sa forme que par ses propos. Valeria Luiselli mêle l'histoire intime de cette famille à celle des Etats-Unis et à sa politique migratoire actuelle.  On est sur la trace des indiens, on plonge dans l'Amérique  d'hier et d'aujourd'hui,  on sourit des descriptions si précises sur le comportement des deux enfants, de leurs mimiques et  de leurs discussions.  Et l'auteure nous livre bien plus que des réflexions. A travers la voix de la mère puis celle du garçon, il y a leurs visions, leurs perceptions du monde et de celle de leur famille qui vit sans le savoir son dernier voyage.

Il y a une grâce dans cette écriture où l'imaginaire côtoie le réel, une sincérité qui m'a bouleversée et  une musicalité envoûtante. Une beauté et une fragilité que l'on ressent viscéralement, des sons qui nous enveloppent et qui contrastent avec l'horreur du sort réservé à certains de ces enfants qui ont perdu le droit à l'enfance.
Un livre où des enfants se construisent et d'autres se perdent, un livre où les sons oubliés ou en passe de le devenir sont capturés et archivés,  un livre dont l'écho résonne et vous habite longtemps.

C'est subtil, intelligent et puissant bien loin d'une enquête de type journalistique. Un coup de coeur émaillé de références littéraires, de photos et de notes qui en font une lecture rare.

Une carte est une silhouette, un contour qui regroupe des éléments disparates, quels qu'ils soient. Cartographier c'est aussi un moyen de rendre visible ce qui habituellement n'est pas vu.

Les billets de CunéFanny et de Papillon.

11 commentaires:

cathulu a dit…

Bon, allez, je suis à deux doigts de craquer ! :)

Fanny a dit…

Quel plaisir de voir ce livre ici... un roman dont on n'a trop peu entendu parler et c'est dommage! (J'ai adoré la deuxième partie...)

Jérôme a dit…

Comment ai-je pu passer à côté !!!

keisha a dit…

Il est dans 'mes listes', on attend!

Aifelle a dit…

Déjà repéré, je l'ai noté dans les priorités.

Véronique (alias la Pyrénéenne) a dit…

Je l'ai abandonné en cours de route ! :-(

Alex Mot-à-Mots a dit…

Des avis différents, mais la citation est intéressante.

Papillonh= a dit…

Tout pareil que toi : j'ai adoré ce roman très original.

zazy a dit…

Malheureusement, il ne figure pas à la bib. Si je croise ce livre, je le lirai
Cartographier c'est rendre visible ce qui ne l'est pas ou quelque chose d'approchant dans ta citation, j'aime bien

Géraldine a dit…

Le sujet semble intéressant et joliment traiter. A voir, pourquoi pas ?!

Violette Doucettement a dit…

que d'éloges !! ça met sacrément en appétit et demande à être dévoré au plus vite :)