jeudi 25 juillet 2013

Claude Ribbe - Eugène Bullard


Éditeur : Cherche-Midi - Date de parution : 2012 - 241 pages et la vie passionnante d'un homme !

Eugène voit le jour en 1895 à Colombus en Géorie en 1895. Très jeune, Eugène sait ce que le Ku Klux Klan est capable de faire contre les gens de couleur comme lui et sa famille. Cette situation est encore plus inacceptable à ses yeux que son père lui a vanté la France où les gens de couleur n'ont rien à craindre. A onze ans, il s'enfuit de chez lui avec l'idée de rejoindre l'Europe. Toujours aux Etats-Unis et en attendant un jour de partir, il doit se nourrir. Multipliant les boulots, il est palfrenier puis jockey et enfin boxeur. Si le destin va intervenir, la pugnacité d'Eugène et ses convictions qu'un homme de couleur est égal à un homme blanc vont y être pour beaucoup dans la suite de sa vie. Il embarque clandestinement à bord d'un bateau allemand, débarque en Angleterre puis rejoint Paris en tant que boxeur. Le Paris festif où l'on s'amuse. Mais 1914 et la guerre abattent une chape de plomb. Eugène veut combattre, défendre la France et s'engage dans la légion étrangère (seule possibilité pour lui). Il connaîtra l'horreur des tranchées, fera la connaissance de l’écrivain Blaise Cendrars et du peintre Moïse Kisling. Blessé  à la jambe, Eugène veut devenir aviateur et il y parviendra. Cet homme débarqué des Etats-Unis des années plus tôt sans aucun papier officiel sera le premier premier pilote de chasse d'origine Afro-américaine.

Je ne vais pas tout vous raconter toute la vie d'Eugène Bullard mais cet homme a toujours défendu une valeur qui lui était chère qui lui était chère : l'égalité. Il subira le racisme en France à certains occasions mais jamais il ne baissera les bras. Un homme qui aimait s'amuser et la musique ( il sera jazzman, directeur d'un cabaret) et qui a su toujours comment s'adapter aux modes. Lors de la seconde guerre mondiale, le contre-espionnage français lui propose de travailler pour eux. Malgré une vie riche en événements et en rencontres, Eugène mourra dans l'anonymat et la pauvreté.

Ce récit est tout simplement passionnant ! J'ai été touchée par Eugène, par son combat pour la lutte contre les inégalités raciales et par sa vie extraordinaire ! 

Or, ce qui paraissait humiliant à Eugène, ce n'était pas d'être comparé à un singe, c'était d'en arriver à confondre son semblable avec un animal privé de raison.

Le billet d'In Cold Blog qui m'a offert ( oui, je suis gâtée) ce livre ! Et si vous le voulez, vous pouvez découvrir Eugène et passer un moment avec lui...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...