jeudi 18 juin 2015

Sarah Vaughan - La meilleure d'entre nous

Éditeur : Préludes - Traduit de l'anglais par Alice Delarbre - Date de parution : Avril 2015 - 473 pages bien tramées et agréables ! 

2011, Angleterre. La chaîne de magasins Eaden organise un concours de pâtisserie afin d'élire la future madame Eaden celle qui dans les années 60 publia un livre de pâtisserie devenu une référence. Un livre composé bien entendu de recettes mais également de conseils afin que la lectrice s'élève au rang de l'épouse parfaite. Les cinq participants retenus devront se départager au cours d'épreuves pratiques.  Claire la mère célibataire qui travaille comme caissière, la gourmande cinquantenaire Jennifer mariée et dont les filles ont pris leur indépendance, Vicki l'institutrice qui a mis son boulot entre parenthèses pour élever son petit garçon, Karen hautaine et distinguée et un homme, Mike, veuf et père de jeunes enfants. Tous s'affronteront sous l'oeil d'un jury.

L'auteure nous immisce dans le concours mais surtout dans l'intimité de chacun des participants. Et tous n'ont pas une vie si parfaite. En parallèle, on découvre l’histoire de Kathleen Eaden. Celle dont tout le monde croyait qu'elle était heureuse montre elle-aussi des fêlures, des blessures non cicatrisées. Au fil des épreuves, les participants vont apprendre à se connaître mais aussi à faire un point sur eux-mêmes. Car participer à ce concours c'est bien entendu être reconnu pour ses talents mais pas que. Et gagner peut signifier plus que le prix mis en jeu.

Les personnages sont très intéressants et la place de le femme au sein de la famille sous toutes des facettes  est très bien décrite. Par contre, quand on sait que je n'aime pas cuisiner, on comprend facilement que les épreuves et les recettes ne m'ont pas spécialement emballée ( et même plutôt ennuyée). Mais il n'empêche que ce premier roman a de nombreuses qualités, il est assez addictif et l'auteure évite les écueils de la guimauve. Entre l'évolution des personnages et les tournants personnels opérés, j'ai apprécié cette lecture (avec une préférence pour le personnage Vicki). 

Je n'ai pas de filles adultes, et je ne suis pas une cuisinière aussi aguerrie, mais mon petit garçon vient d'entrer à la maternelle et je fais une pause dans ma "carrière". Si je veux être honnête, je ne sais pas très bien ce que j'attends de la vie. J'étais enseignante, à l'école primaire. En CP et CE1. J'adorais ça et j'étais douée, je me suis donc dit que ce serait merveilleux de consacrer toute mon énergie à mon fils. Je ne m'attendais pas à ce que ça soit aussi difficile. Je n'ai guère d'autorité sur lui et ça ne m'apporte pas la même satisfaction que l'enseignement : il est trop jeune pour s'intéresser à la lecture ou même au dessin. Et on ne peut pas entretenir avec lui une conversation comme avec un enfant de cinq ou six ans. Je suppose que ce concours me permet en un sens de reprendre le contrôle. Je vois le résultat de ce que je fais… ce qui me rappelle mes années d'enseignement. Et c'est le moyen d'avoir une occupation à moi.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...