mardi 2 février 2016

Isabelle Coudrier - Babybatch

Editeur : Seuil - Date de parution : Janvier 2016 - 395 pages et un coup de cœur (oui!).

A quinze ans, Dominique est une adolescente sage, sérieuse et assez solitaire. Elle n’a pas de loisirs et n’est pas du genre à traîner dans le centre commercial de la petite ville où elle habite. Bonne élève, elle entre au lycée où elle retrouve son amie depuis l’enfance. Mais depuis qu’elle a découvert trois ans plus tôt par la série Sherlock l’acteur anglais Benedict Cumberbatch, elle passe beaucoup de temps sur internet à suivre son actualité, à lire tout ce qui lui est consacré sur les forums alimentés par des fans. Elle fait partie de cette communauté qui voue à l’acteur un amour inconditionnel mais contrairement aux autres, Dominique reste un peu en retrait en ne postant jamais rien. Pourtant Babybatch (c'est ainsi qu’elle a surnommé Benedict Cumberbatch) est au centre de ses pensées. Il s’agit d’une adolescente de son époque mais sans l’être totalement. Très sensible, elle observe ceux qui l’entourent : de son nouveau professeur d’anglais à la voix basse qui n’arrive pas à se faire respecter à un garçon de sa classe tombé malade subitement, de ses parents à son amie d’enfance qui la laisse tomber. Par le biais d’un forum, elle fait la connaissance de deux fans françaises bien plus âgées qu’elle. Et avec l’une des deux Rachel qui a pratiquement l’âge de sa mère, elle garde contact et lui téléphone de temps en temps.

Avec un sens profond de l’observation et du détail,  Isabelle Coudrier nous décrit la vie de Dominique sur un peu plus d'un an avec une justesse remarquable. Ses émotions, ses sentiments sont admirablement dépeints tout comme ses questionnements ou comment elle perçoit le monde extérieur, les agissements de chacun. Et les dernières pages sont d’une beauté douloureuse sans égale.

L’écriture d’Isabelle Coudrier est magnifique car elle analyse finement. Un coup de cœur que j’ai eu du mal à quitter,  il s'agit d'un  livre impeccable, prenant, magnétique !

Partant ce n'était pas tout à fait de l'amour, seulement de l'obsession. Mais Dominique en était arrivée au point où elle se demandait si elle pouvait aimer autrement. 

Il était peu ordinaire d'une jeune fille prît la peine d'anticiper à ce point sur son existence, qu'une adolescente de quinze ans se projetât ainsi, éprouvant déjà la nostalgie d'un présent impossible à vivre. C'était une bizarre façon d'avancer, de ne pas avancer, et Dominique la déplorait secrètement. Ignorant s'il s'agissait du sort commun ou si elle était seule à éprouver ce sentiment, elle préférait prudemment le passer sous silence. Si c'était une faiblesse, comme elle le craignait, mieux valait n'en parler à personne. 


Un grand merci à Babelio.

Le billet de Cuné

Lu de cette auteure : J'étais Quentin Erschen
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...