mercredi 1 juin 2016

Edouard Launet - Sorbonne plage

Éditeur : Stock - Date de parution : Mai 2015 - 213 pages très intéressantes !

Au début du XXème siècle, de nombreux scientifiques venaient en vacances dans les Côtes d’Armor dans un lieu appelé L’Arcouest pas très loin de Paimpol. C’est le poète Anatole Le Braz qui sans le vouloir fit de cet endroit un lieu de villégiature pour ces scientifiques parisiens. Ils y achetèrent ou construisirent des maisons secondaires avec vue sur la baie de Paimpol. Ils faisaient du bateau, s’amusaient. Marie Curie et ses filles puis  avec son gendre Frédéric Joliot-Curie (physicien  et mari d'Hélène),  Jean Perrin le physicien, Pierre Auger mais aussi des mathématiciens, des chimistes "Ce groupe de l'Arcouest, comme on le désigne communément, comptait aussi dans ses rangs estivaux des historiens, mathématiciens, artistes, hommes politiques. Ces personnes éminentes et leurs familles formaient en Bretagne une compagnie d'humanistes : tous se battaient pour la paix, la justice sociale, le progrès humain, la liberté."
Un phalanstère fermé idéaliste qui ne se mêle pas aux habitants et où il faut montrer patte blanche pour y entrer. Les enfants des uns se marient avec ceux des autres : une véritable tribu.
Le reste de l’année, ils sont à leurs travaux et sont politiquement de gauche.

Après les découvertes des époux Curie  concernant l’uranium , nous en sommes sommes à la fission de l'atome.
Et certains s'en inquiètent comme le physicien hongro-américain Leo Szilard. Mais la bombe atomique voit le jour puis on assiste à Hiroshima et Nagasaki en 1945.
En France, l’opinion publique se félicite (le journal "Le Monde" parle "d’une révolution scientifique") mais des voix s'élèvent  « Nous vous résumerons en une phrase : la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie » écrit Albert Camus dans le quotidien "le Combat" le 8 aout 1945.
"En  Bretagne, le phalanstère accueille la nouvelle dans un mélange de consternation et d’excitation". Car on est un peu jaloux que les Américains aient continué les recherches entreprises initiées en France.
D'ailleurs, Frédéric Joliot écrit : "S'il faut admirer l'effort gigantesque de recherche et de de fabrication réalisé par les Américains, il n'en reste pas moins vrai que les premiers principes de réalisation ont été trouvés en France. Il constitue un appoint de première importance à cette nouvelle conquête de l'homme sur la nature".
Est-ce que la culpabilité surgit chez ces humanistes? On en doute.

A partir de photos, de témoignages, de journaux, Edouard Launet nous raconte cette histoire humaine, scientifique, intellectuelle et politique. Il s’invite dans le récit, pose des questions. Il n’a pas peur d’utiliser l’ironie et quand il parle de travaux sur les atomes, le lecteur n’est jamais noyé ou perdu. Il n’oublie pas les décès des pêcheurs et sait nous rendre toute la beauté de ce lieu des côtes d'Armor et de ces étés insouciants.
Un essai très bien mené et très intéressant ( on apprend plein d'éléments dont certains font froid dans le dos) !

"En 1903, Pierre Curie en recevant à Stockholm le prix Nobel de physique avec sa femme avait ensuite évoqué, hommage de circonstance, les puissants explosifs inventés par Alfred Nobel qui avaient « permis aux hommes de faire des travaux admirables», tout en prenant se souligner une nouvelle fois qu‘une telle invention était aussi « un moyen terrible de destruction entre les mains des peuples vers la guerre ». La conclusion de Pierre Curie fit malgré tout d’un bel optimisme, parce que ce n'était pas le moment d'injurier l'Académie royale des sciences de Suède : « Je suis de ceux qui pensent, avec Nobel, que l'Humanité tirera plus de bien que de mal des découvertes nouvelles ». 

Albert Camus dans le quotidien Le Combat : 
Que, dans un monde livré à tous les déchirements de la violence, incapable d'aucun contrôle, indifférent à la justice et au simple bonheur des hommes, la science se consacre au meurtre organisé, personne sans doute, à moins d'idéalisme impénitent, ne songerait à s'en étonner. 


Merci à Delphine (Dialogues) de m'avoir parlée de ce livre.
Le billet de Miscellanées

11 commentaires:

keisha a dit…

Pas sûr que je le trouve facilement ici, mais on ne sait jamais, le genre de livres qui me plait.

Virginie a dit…

C'est vrai que pour un bouquin qui aborde ce sujet, c'est plaisant à lire et l'auteur a une belle plume, et pourtant je croyais que je n'allais pas beaucoup aimer au tout début...

Aifelle a dit…

Je n'avais pas remarqué ce livre ; le thème m'intéresse beaucoup.

Clara Et les mots a dit…

@Virginie : une de mes libraires m'en avait parlé voilà comment je l'ai découvert. Pour moi, déjà le sujet m'intéressait.


@ Aifelle : on a peu ou pas parlé et c'est dommage !

Alex Mot-à-Mots a dit…

Deux bons avis sur ce roman, me voilà tentée.

celina a dit…

Cela me plaît beaucoup, un épisode de l'Histoire que je voudrais connaître. Merci, je note !

Jérôme a dit…

Pas un sujet qui m'emballe avant le coup. A voir...

Melanie B a dit…

J'ai écouté avec beaucoup d'intérêt l'auteur sur France Inter. Il était reçu par Jean Lebrun ce mardi 31 mai dans "La marche de l'histoire". J'ai bien envie de lire ce livre pour aller plus loin. Je suis plongée dans une biographie de Louis Pasteur en ce moment, j'apprends plein de choses !

zazy a dit…

Pourtant, le titre ne m'inspirait pas, mais ton commentaire, si !

Clara Et les mots a dit…

@ Keisha : j'ai pensé à toi en le lisant. Il est dispo sur NetGalley si tu as une liseuse.

@ Virginie : le thème m'intéressait dès le départ !

@ Aifelle : super ! Il est dispo sur NetGalley si tu as une liseuse.

@ Alex : j'espère que ce livre va faire parler de lui car il le mérite.

@ Celina : c'est impressionnant tout ce qu'on apprend !

@ Jérôme : oui , mais i faut élargir ses horizons:)

@ Mélanie B : je vais écouter l'émission en podcast. Merciiiii!

@ Zazy : yes!!!!

tant qu'il y aura des livres a dit…

Un sujet intéressant et en plus c'est chez moi !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...