vendredi 11 juillet 2014

Lola Lafon - Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce

Éditeur : Babel - Date de parution : mai 2014 - 428 pages magnifiques !

Parce que le coeur d'Emilienne dite Emile s'est arrêté de battre quelques minutes, elle est plongée dans un coma artificiel. Un état où les médecins veulent la faire revenir à la vie dans une pièce "pieuvre de machines". Pendant ce temps, sa presque soeur écrit le journal des jours qu'Emile n'a pas vécus et revient sur l'amitié qui les lie. Elle l'ancienne danseuse classique d'origine des pays de l'Est a subi la violences des hommes. Et c'est dans un groupe groupe de paroles où l'on tente d'exorciser la culpabilité sournoise et accusatrice qu'elles se sont connues. Tandis qu'Emile dort, la narratrice au corps et à l'âme endoloris rencontre La Petite Fille au Bout du Chemin. Eprise de liberté et d'un désir de révolte, cette dernière l'entraîne sur les chemins du "non". Une négation face à l'état et à l'immobilisme, à  ce que l'on impose aux femmes, un "non" comme celui de la danseuse Sylvie Guillem ou celui véhiculé par l'anarchiste américaine Voltairine de Cleyre.

Sous ce titre ô combien sublime, Lola Lafon nous offre  un roman tourbillonnant mais exigeant également où elle n'hésite pas à jouer avec la typologie comme pour insuffler au lecteur cette liberté que ses héroïnes revendiquent. Avec une écriture puissante où la danse et la poésie s'invitent pour ne faire qu'une à travers les mots, le corps et l'esprit cherchent à se débarrasser des entraves.
Et au fil des pages, on explore les vies de ces jeunes femmes qui portent en elles des fragments de nombreuses femmes. Portées par le souffle de la liberté, les émotions bien réelles coupent le souffle tant ce livre est envoûtant et porteur de réflexions !
Une lecture magnifique, marquante qu'on ne lâche pas !

Lu également de cette auteure qui décidément me séduit totalement : La petite communiste qui ne souriait jamais.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...