dimanche 13 juillet 2014

W. Wilkie Collins - La Dame en blanc

Éditeur : Libretto - Date de parution : 2011 - Traduit admirablement de l'anglais par Lucienne Lenob - 666 pages et un délice de lecture ! 

Angleterre, 1849. Le jeune professeur de dessin Walter Hartright doit se rendre à la propriété de Limmeridge House durant quelques mois et ce afin de donner des cours à deux demoiselles. Sur son chemin près de Londres, il rencontre une femme sortie de nulle part vêtue tout de blanc et qui semble craindre un quelconque danger. Son secret pourrait mettre un baronnet dans une situation bien embarrante. Walter Hartright tombe sous le charme de Laura Fairlie une de ses deux élèves et fait étrange, elle ressemble à cette dame en blanc. Si Laura est déjà fiancée, son futur époux Sir Perceval Glyde semble vouloir que la Dame en blanc disparaisse. Pourquoi ?

Dès le départ de ce roman choral où différents personnages vont intervenir pour raconter un moment précis de l'histoire, le lecteur est prévenu que le dénouement sera connu. Mais avant il y aura de nombreux rebondissements car Wilkie Collins a construit une vraie intrigue autour de laquelle le roman se déploie. Des personnages dont la psychologie est creusée, des personnalités fouillées où les facettes de l'âme humaine sont mises à nues.
Habilement construit pour que le suspense reste entier, desservi par une écriture délicieusement élégante et raffinée ( Dans la vie, certains courent, d'autres flânent : Mrs Vesey, elle, s'asseyait dans la vie), cette lecture malgré quelques longueurs vers la fin a été un ravissement !
Alors oui, il y a une histoire d'amour qui se termine bien, des "méchants" qui seront punis mais ces thème s'intègrent parfaitement dans ce livre sans l'alourdir ou lui nuire.

Et hop, une lecture  qui s'inscrit dans le challenge de Brize

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...