mercredi 27 août 2014

François Roux - Le bonheur national brut

Éditeur : Albin Michel - Date de parution : Août 2014 - 679 pages qui ne se lâchent pas ! 

Mai 1981 :  l'élection de François Mitterrand est pour certains une douche froide et pour d'autres synonyme de renouveau et d'espoir. Pour Paul, Rodolphe, Tanguy et Benoît, il ne reste que quelques jours avant le bac. Contrairement à ses amis, Benoît ne veut pas quitter sa petite ville de Bretagne et poursuivre des études. Seule la photographie compte à ses yeux. Rodolphe est déjà attiré par la politique et prend un malin plaisir à défendre ses convictions contraires à celles de son père ouvrier. Tanguy, aussi brillant que Rodolphe, a du s'impliquer dans la conserverie familiale très tôt et rêve d'intégrer une prestigieuse école. Enfin Paul, issu d'une famille bourgeoise, se cherche alors qu'il aimerait assumer son homosexualité.

Le bonheur national brut déroule la vie de ces quatre amis au lycée sur presque trente ans. Après le bac chacun suit sa voie. Paul se retrouve à Paris dans une prépa pour intégrer la fac de médecine selon les volontés de son père. Enfin loin de ses parents, il passe son temps dans les fêtes et au cinéma. Ambitieux de briller sur la scène nationale, Rodolphe s'investit dans la politique tandis que Tanguy travaille d'arrache-pied à ses études. Benoît lui est plongé dans le monde du travail. Parviendront-ils à réaliser leurs rêves tout en gardant intact leurs idéaux et leurs valeurs ?

Le bonheur national brut est un roman captivant et sans temps mort ! A travers ces quatre personnages, il s'agit de toute une génération qui est brossée. Une génération confrontée à  l'envolée de la crise et du chômage, aux désillusions.
François Roux ne s'en tient pas aux destins de Paul, Rodolphe, Tanguy et Benoît, il ponctue son livre de faits politiques, économiques qui ont marqué nos esprits et qui  par leurs répercussions, façonnent des vies directement ou non.
Une fresque sociale dont on tourne les pages avec plaisir  avec des personnages attachants en quête de bonheur personnel, familial et professionnel. Un roman rythmé avec de l'humour, de la tendresse et surtout cette justesse incroyable ! Rien à redire !

Nous sommes bien sur les fossoyeurs des Trente Glorieuses, les enfants de la crise, du chômage, de la surconsommation, de la mondialisation, de la croissance molle, de l'argent roi soudain devenu argent fou, mais nous sommes, avons tout les enfants du doute et de l'incertitude. Depuis trente ans, nous naviguons à vue, perplexes, indécis, vers un but que ce monde, lui-même déboussolé, nous a clairement désigné en le survendant : être heureux malgré tout et -son corollaire- réussir sa vie. C'est en tout cas ce que l'on n'a cessé de nous refourguer, partout et en tout lieu : le concept du bonheur. Le bonheur comme un indice de notre succès ou un curseur établissant la limite de notre prospérité, le bonheur comme une marchandise, un vulgaire bien matériel que l'on pourrait se procurer à force de volonté, d'argent ou d'efforts, la jouissance des biens apparaissant comme très largement supérieure à la patience à l'ardeur pour les obtenir, et même à la sagesse suprême de ne rien vouloir obtenir du tout. N'avons-nous pas tous pensé que nous serions heureux le jour où nos rêves d'enfants seraient enfin accomplis?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...