dimanche 5 mai 2013

Graham Swift - J'aimerais tellement que tu sois là


Éditeur : Gallimard - Traduit de l'anglais par Robert Davreu - Date de parution : Avril 2013 - 402 pages et une belle lecture ! 

Jack Luxton attend derrière sa fenêtre un fusil posé à côté de lui. Son regard se porte en contrebas sur les caravanes inoccupées en ce mois de novembre de 2006 qu'ils louent avec sa femme Ellie l'été à des vacanciers. Principalement des habitués sur cette île de Wight. Quelques heures plus tôt, Ellie furieuse est partie en voiture. D'habitude,  c'est eux qui partent en vacances au soleil à cette période de l'année mais une lettre arrivée quelques jours plus tôt a changé la donne. Tom le frère cadet de Jack qui le jour de ses dix-huit ans s'était engagé dans l'armée est mort en Irak. Jack a assité aux cérémonie militaires puis aux obsèques sans Ellie qui n'avait pas voulu venir. Pour Jack, les vacances sont à oublier. Il ne peut pas.
Jack un ancien fermier fermier du Devon, un agriculteur qui s'était retrouvé pris à la gorge par les dettes, privé de son outil de travail de ses vaches tuées et brûlées suite à l'épidémie de vache folle. Des années auparavant, sa mère Vera était morte laissant Jack et Tom son frère cadet de huit ans seuls avec leur père. Un homme taiseux, pas facile à vivre. Et puis Tom avait décidé de s'engager dans l'armée, de partir, de fuir. Jack n'avait rien dit, hormis un simple bon courage écrit sur une carte d'anniversaire. Il n'y eut plus que son père et lui engagé dans dans la poursuite de la ferme. Quand leur père s'est suicidé, Tom n'avait répondu au courrier de son frère et ne s'était pas rendu aux obsèques. Ellie qu'il connaissait depuis l'enfance avait été à ses côtés mais pour elle  Tom avait oubliés son frère, sa seule famille désormais. Le père d'Ellie avait rejoint celui  celui de Jack eu de temps après alors que sa mère avait pris la poudre d'escampette des années auparavant. Ellie avait reçu en héritage d'un oncle des caravanes et elle avait une idée celle de réunir les deux fermes et de les vendre. Fini les problèmes financiers et agricoles, ils pouvaient tourner la page et goûter aux-aussi au bonheur. Jack avait accepté et  suivi Ellie sans rien dire. Raccrocher son ancien métier et quitter le Devon mais sans l'oublier. Une victoire pour Ellie qui le voulait à elle toute seule.

Depuis que Tom est mort, il hante Jack. Son décès a déterré tout ce que était enfoui, entassé. Derrière sa fenêtre, Jack replonge dans ses souvenirs et dans ses relations avec son père et Tom. Jamais d'effusion de sentiments, des émotions toujours refoulées et enfouies, courber l'échine et des non dits en guise d'acceptation. Pourquoi étaient-ils devenus deux inconnus chacun menant sa vie ? Il pense à Ellie une meneuse qui a toujours pris des initiatives. Mais leur couple s'est distendu avec les années, ils se sont éloignés sans y faire attention.
Jack cet homme calme est gagné par une sorte de folie, une sorte de vent où les remords, l'attachement à son ancienne vie de fermier tourbillonnent. Il attend qu'Ellie revienne, il faut qu'elle revienne pour lui.

Le poids du passé, celui des morts et d'un monde agricole au bord de l'asphyxie marquent la vie de Jack. Des empreintes au fer rouge indélébiles dont il aimerait s'affranchir. Graham Swift à cet capacité à s'attacher aux détails, à des vies ordinaires brouillées par les événements et à les mettre à nu.
Un roman amer bercé par la nostalgie qui se termine sur l'espoir. Une belle lecture !

Au moment même où Ellie le prenait dans ses bras, le tenait- elle sentait le coton propre -, l'embrassait dans le cou en disant : " Ca va Jacko, ça va". Et qu'est ce que ça voulait dire - uniquement qu'il n'y avait pas de mal à pleurer pour un adulte? Au moment même où les larmes brûlantes jaillissaient - il ne pouvait pas en être autrement - des yeux de Jack Luxton, des yeux gris comme la pierre et, la plupart du temps, froids et sans expression comme ceux de son père. Ma foi, les gens ne sont pas du bétail.






8 commentaires:

Anonyme a dit…

Un livre un peu triste,non? M.

antigone a dit…

Ah tu m'intrigues avec ce titre. Je note !!

Alex Mot-à-Mots a dit…

Pas tentée par la nostalgie en ce moment....

Anne a dit…

Ca m'a l'air bien noir et morbide... pas pour moi, ce roman !

Jérôme a dit…

Je te lis en diagonal parce qu'il est dans ma pal depuis peu. Je pense qu'il a tout pour me plaire^^

keisha a dit…

Mais tu me tentes toujours avec de chouettes romans (calme toi, Lucette)
Tiens hier on m'a parlé de Maine comme étant vraiment très bien (calme toi, Germaine)
Bisous!

Clara a dit…

@ Anonyme : pas triste mais les sillons des remords, des non-dits sont présents et superbement bien décrits !

@ Antigone : un livre dont a peu parlé et c'est dommage !

@ Ann e: non, pas noir ou morbide, mais la mélancolie ( pas la poisseuse) est le lit de ces vies.

@ Jérôme : je le pense aussi!

@ Keisha : en ce moment, y'a du bon !!!!

Géraldine a dit…

L'histoire ne me tente pas trop, mais alors la couv, j'en ferai bien un poster pour mettre chez moi !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...