mercredi 16 juillet 2014

Linn Ullmann - Et maintenant il ne faut plus pleurer

Éditeur : Actes Sud - Traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier - Date de parution : Mai 2014 - 403 pages troublantes... 

Jon n'arrive pas écrire son troisième roman, la fin de sa trilogie qu'il voudrait être "un hymne à tout ce qui demeure et à tout ce qui se disloque". Sa femme Siri ne comprend pas que depuis tout ce temps, des mois devenus des années, il n'y soit toujours pas arrivé. A la tête de deux restaurants, Siri pragmatique a décidé pour cet été de faire appel à une jeune fille pour s'occuper de leurs deux filles Liv et Alma même si cette dernière est âgée de douze ans. Comme chaque année, ils se rendent sur le côte norvégienne où habite Jenny la mère de Siri. Une femme froide et distante avec sa fille depuis la mort accidentelle du petit frère de Siri alors qu'elle n'était qu'une enfant.

Siri veut organiser une fête pour les soixante-quinze de sa mère qui s'y oppose. Jenny si proche d'Alma comme si toutes les deux partageaient quelque chose. L'arrivée de Mille jeune fille de vingt ans à la beauté lunaire trouble Jon et Siri. Siri soupçonne son mari d'avoir des relations extra-conjugales alors que Jon fait disparaître scrupuleusement tous ses messages et SMS. En apparence il veut sembler heureux alors que  Siri ne prend plus la peine de donner le change.
Le soir de la réception organisée par Jenny, la disparition de Mille va provoquer des remous en surface à la manière d'un caillou jeté dans l'eau mais aussi et surtout être le catalyseur de tensions, de remords ancrés ou de culpabilités.
Dans ce récit non chronologique, l'auteure capture la psychologie de ses personnages, leurs défauts et les obstacles auxquels ils sont confrontés en suggérant et en créant une ambiance de silence, de non-dits où les remises en question douloureuses, obsédantes surgissent.
Une lecture troublante et entêtante à découvrir !

Siri se força à sourire. Pourquoi pouffes-tu? Oui, elle s'efforçait de travailler sur sa propre impatience. Presque vingt ans dans la restauration et ainsi de suite. Ca ne laissait pas indemne. Et tout, ici, à la maison. Quelque chose sur quoi elle n'arrivait pas à mettre le doigt. Qu'ai-je fait de ma vie, au juste? 

12 commentaires:

cathulu a dit…

Il est dans ma Lal depuis quelques temps, au vu de l'auteure et de la sublime couv', je le surligne à la lecture de ton billet ! :)

keisha a dit…

Sublime couverture, oui, alors si je la vois à la bibli, je suis cuite... (et j'aime le prénom Siri)

Aifelle a dit…

Je vais attendre qu'il arrive à la bibliothèque (très belle couverture en effet).

Laeti a dit…

Beaucoup de personnages, mais l'histoire a l'air pas mal! Je le retiens aussi, pour plus tard. J'aime bien le titre moi :)

antigone a dit…

Pourquoi pas ? Je note.

Clara a dit…

@ Cathulu : le tire m' a attirée ( en ce moment, les titres ont un pouvoir encore plue renforcé d'attirance ou non sur moi..)

@ Keisha : un livre passé inaperçu, hélas..

@ Aifelle : good!

@ Laeti : l'auteure s'attarde sur chaque personnage dons on n'est pas perdu.

@ Antigone : un livre avec une ambiance à part et où le rythme est très beau , je trouve !

Lor rouge a dit…

Noté dans ma LAL déjà, repéré bien sûr parce que je suis toujours attirée par les romans Norvégiens... J'ai d'ailleurs déjà un titre de l'auteur sur ma PAL, faudrait peut-être que je commence par celui là ;0) C'est un détail mais les couvertures d'Actes Sud sont toujours si belles...

Clara a dit…

@ Lor rouge : un détail qui a son importance :)

coinlectureheloise a dit…

Je n'ai pas encore découvert l'univers des roman norvégien, il le faudrait. Ton billet m'a troublé.

Géraldine a dit…

Pas plus tentée que cela, je passe mon tour.

Clara a dit…

@ Héloïse : un roman au charme incontestable...

@ Géraldine : pas de problème !

Céline a dit…

Cette note troublante est bien tentante !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...