mercredi 9 janvier 2019

Olivia Elkaim - Je suis Jeanne Hébuterne

Editeur : Points - Date de parution : Août 2018 - 216 pages à découvrir.

Décembre 1916, Jeanne Hébuterne s’adonne à la peinture en tant que loisir. Poussée par son frère parti au combat, cette jeune fille de dix-huit ans s’inscrit dans une académie de peinture où elle tombe amoureuse  d'Amedeo Modigliani.

Le peintre sulfureux plus âgé qu’elle l’entraîne dans une autre vie parisienne. Issue d’une famille catholique et bourgeoise, la jeune fille jusque-là rangée découvre les amis peintres de Modigliani mais aussi la misère, la faim, l’alcool. Une vie de bohème sans confort car le peintre est sans le sou.  Elle est son modèle, sa muse et ne peint plus. Jeanne doit s'accommoder des conquêtes (anciennes et nouvelles) du peintre comme de son humeur changeante et de son besoin de liberté.
De cette passion incandescente qui flirte avec la folie, Jeanne tente de s’émanciper des carcans sociétaux et familiaux. Elle met au monde une fille mais l'issue tragique apparait inéluctable et elle l’est.
Le contraste est saisissant entre le récit fiévreux de Jeanne et les lettres de son frère André qui lui ordonne de s'absoudre à cette vie de débauche. Ce frère autoritaire entretient  une relation exclusive et malsaine envers sa soeur.

Dans ce récit sous forme de journal tenu par Jeanne, l’auteure nous amène de l’emprise destructrice de son frère aux confins de cet amour passionnel, violent.
Porté par un souffle enivrant, ce récit se lit d’une traite. C’est fort et ça secoue. Non seulement, on est immergé  dans l'univers de Modigliani mais également dans celui contextuel de l'époque aves des préjugés et des normes. A découvrir ! 

Mon corps se dérobe, mon âme vagabonde entièrement aspirés pour n’exister qu’immobiles et figés sur les tableaux de Modigliani.

Plein d'autres avis sur Babelio et Bibliosurf.

11 commentaires:

Kathel a dit…

J'aime bien les romans qui ont un peintre ou son entourage, pour personnage. Celui-ci semble très fort...

DF a dit…

Un beau souvenir de lecture, rapide et saisissant en effet. Je l'avais lu dans la foulée de "Vers la beauté" de David Foenkinos, qui aborde les mêmes personnages (entre autres).

Fanny a dit…

Pour moi ça a été un réel coup de cœur!
Et hasard hasard, je viens de publier un billet sur Jeanne Hébuterne mais en BD!

zazy a dit…

Ton commentaire très enthousiaste a fait que je l'ai retenu à la bib

Clara et les mots a dit…

@ Kathel : j'ai pensé à toi et à Aifelle à la lecture ce roman !

@ DF : coucou à toi ! Bon et bien je note le Foenkinos. Merci !

@Fanny : oh on fait de la télépathie sur le sujet:)

@ Zazy : super! Merci de ta confiance Zazy, j'espère qu'il te plaira.

Karine a dit…

Ah, ça c'est hyper tentant. J'aime toujours les histoires se déroulant dans le milieu artistique.

Aifelle a dit…

Finalement elle aura vécu toute sa vie sous l'emprise de deux hommes ... pas sûre que ce soit pour moi.

Jérôme a dit…

Contrairement à Kathel je ne suis pas du tout attiré par des thématiques de ce genre.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Une lecture passionnante et trop courte.

Gambadou a dit…

J'aime bien les romans qui nous plongent dans un contexte d'artiste et des faits historiques. Je note tout de suite.

Clara et les mots a dit…

@ Karine : moi qui suis assez hermétique à la peinture, ces lectures me promettent d'approcher ce milieu sous un autre angle.

@ Aifelle : en effet mais pour Modigliani, il aurait pu te plaire.

@ Jérôme : il faut varier (ne pas lire que des histoires d'antihéros américains:), je plaisante bien sur !

@ Alex : c'est vrai qu'il est assez court mais condensé.

@ Gambadou : yes!