mercredi 6 février 2019

Joseph Ponthus - A la ligne / Feuillets d'usine


Editeur : La Table Ronde - Date de parution : janvier 2019 - 293 pages et un coup de cœur !

Il a fait des études et il a rejoint celle qui l’aimait en Bretagne. Avant il travaillait dans le social. Avant car désormais faute d'emploi dans son secteur et pour gagner de l’argent,  il est intérimaire en usine agroalimentaire. Travail précaire de quelques semaines ou plus, la fatigue du corps  qui devient "un atlas de troubles musculo-squelettiques", les horaires décalés, le travail répétitif de celui d’ouvrier. Crevettes puis bulots sur les chaînes de production. Trier, devoir tenir le rythme encore plus vite, subir le bruit et le tonnage imposé, continuer, serrer les dents,  attendre les pauses café-clope minutées. La mission qui se termine, recevoir juste un "au revoir" et commencer dans une autre usine plus précisément un abattoir : pousser des carcasses sur des rails, nettoyer le sang et les viscères. Etre flexible, jongler avec les horaires pour le co-voiturage, accepter les heures supplémentaires sans avoir trop le choix et supporter quelquefois les petites remarques.
Compter, décompter le temps avant de pouvoir rentrer chez soi exténué, vidé.

L’esprit vagabonde, pioche dans la littérature, la poésie ou la chanson tandis que le corps exécute inlassablement les mêmes gestes. Ce quotidien de tant de personnes est magistralement écrit par Joseph Ponthus qui l'a vécu. Un enchaînement de strophes sans ponctuation où les renvois à la ligne soulignent la justesse des mots, la dureté de ce travail, le souffle de la vie malgré tout. Un hymne scandé sans oublier la solidarité entre collègues, l’amour qu’il porte à sa femme, des moments fugaces de bonheur simple passés hors de l’usine et aussi des pointes d’humour comme pour conjurer et éloigner l'emprise de l'usine.

Un magnifique hommage à tous celles et tous ceux dont c’est la vie, les intérimaires des usines, ces personnes trop souvent oubliées et non considérées.
Cet OVNI littéraire est un uppercut par sa puissance, sa singularité et sa beauté douloureuse. Il se lit, se relit et laisse une empreinte durable dans le cœur et dans l’esprit.
Un coup de cœur entier et total ! 

Mais 
A peine rentré
Ivre de fatigue et des quelques verres du retour du
boulot
Tout s'oublie

Devant l'étendu du quotidien
il n' y a plus que l'ivresse du repos
Et des tâches à faire

Un texte 
C'est deux heures
Deux  heures volées au repos au repas à la douche
et à la balade du chien

J'ai tant écrit dans ma tête puis oublié
des phrases parfaites qui figuraient
Qui étaient mon travail

J'ai écrit et volé  deux heures à mon quotidien et à
mon ménage
Des heures à l'usine
Des textes et des heures
Comme autant de baisers voles
Comme autant de bonheur

Et tout ces textes que je n'ai pas écrits

Le billet de Cath qui me connaissant bien savait que ce livre résonnerait en moi.

19 commentaires:

cathulu a dit…

Super contente qu'il te plaise ! Un magnifique billet !
L'auteur va passer à la Grand Librairie, je crois !!!!

Dominique a dit…

mon libraire me l'a fortement recommandé du coup il est sur mon étagère
ce livre me fait penser au roman de Egolf le Seigneur des porcheries

mimi a dit…

Avec ce genre de roman, ça passe ou ça casse; c'est juste une question de moment. Il est dans la sélection des68, donc il passera dans mes mains à un moment ou à un autre. Il faut juste espérer que je sois en condition pour l'apprécier.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Un livre qui m'attire de plus en plus.

Clara et les mots a dit…

@ Cath : un gros coup de coeur. J'ai pleuré, j'ai relu des passages et des pages entières. Merci ma Cath ! Et pour une fois, je vais regarder LGL !

@ Dominique : j'y ai retrouvé par des aspects sur le travail d'ouvrier en usine et la non considération ce qu'avais écrit Franck Magloire dans Ouvrière, et aussi dans le livre de Bérangère Lepetit, Un séjour en France -chronique d'une immersion. Mais ici tout est décuplé par la force des mots, la forme et le rythme et comme ce livre a trouvé des échos en moi , c'est une lecture très marquante pour moi.

@ Mimi : j'espère aussi car c'et un uppercut !

@Alex : il faut le lire Alex !

Jérôme a dit…

Je m'apprête à le lire et tu n'imagines pas à quel point je m'en réjouis !

Clara et les mots a dit…

@ Jérôme : bonne lecture Jérôme, tu verras c'est hyper puissant avec des émotions belles, sensibles ou coup de poing. J'ai hâte de connaître tes ressentis:)

Aifelle a dit…

La forme m'inquiète un peu, mais vu vos deux avis, je ne peux pas laisser passer ce livre. Et je suis contente de voir la littérature française s'intéresser enfin au monde ouvrier.

krol a dit…

Je suis comme Aifelle, la forme m'inquiète aussi, mais je suis tentée, c'est nouveau, et les avis sont bons.

Clara et les mots a dit…

@ Aifelle @ Krol : j'ai été complètement happée par le contenu et la forme si au départ peut surprendre , elle se marrie à merveille avec ce texte. Oui, ça fait du bien de voir que pour ce sujet bien loin du glamour, ce livre récolte des louanges complètement méritées.

Saxaoul a dit…

Il me tente. Je vais essayer d'en lire quelques pages en librairie pour être certaine que cela me correspond.

cune a dit…

Noté, souligné et mis en gras :)

Clara et les mots a dit…

@ Saxaoul : une bonne méthode, en effet et dans ce cas, lis les toutes premières pages

@ Cuné : j'espère bien !

zazy a dit…

Je l'ai déjà noté. J'espère le trouver à la bib très bientôt

Clara et les mots a dit…

@ Zazy : je pense que beaucoup de bibliothèques vont se procurer car il va trouver son lectorat.

Antigone a dit…

Il est fait pour moi. C'est un thème qui m'intéresse beaucoup. Merci pour ce coup de coeur !! ;)

Clara et les mots a dit…

@ Antigone : un coup de coeur partagé avec beaucoup de copinantes lectrices ce qui prouve que ce livre rassemble par sa forme et par son fond. Je suis heureuse !

Géraldine a dit…

Je ne pense pas que le style du texte me conviendra. Je passe !

Clara et les mots a dit…

@ Géraldine : depuis octobre ( avec la reprise du blog), je distribue mes coups de coeur avec parcimonie et celui-là en est un gros!