vendredi 8 novembre 2013

Goce Smilevski - La liste de Freud


Editeur : Belfond - Traduit du macédonien par Harita Wybrands - Date de parution : Septembre 2013 - 273 pages et un avis mitigé...


1938, Vienne est sur le point d’être envahie par les nazis. Sigmund Freud qui a révolutionné la psychanalyse obtient des visas pour l’Angleterre. Il a le droit d’établir une liste de personnes qu’il souhaite amener avec lui. Au lieu de choisir ses sœurs Pauline, Maria, Rose et Adolphine, il inscrit son médecin, son infirmière, son chien et sa belle-sœur. Adolphine qui a toujours été la plus proche de son frère ne le comprend. Selon Sigmund, elles n’ont rien à craindre. Pourtant, elles seront déportées au Camp de Terezin.

Adolphine est la voix de ce livre. Le début du livre s’ouvre sur elle et ses sœurs déportées mais la suite est le récit de sa vie. Si Sigmund faisait la fierté de leur mère (à huit ans il lisait Shakespeare), Adolphine la cadette subissait les reproches continuels de sa mère en tant qu’enfant non désirée. Sensible et attirée par la peinture, elle fera la connaissance de Klara la sœur de Gustav Klimt qui se bat pour le droit des femmes. Ses sœurs se sont mariées et Sigmund également. Condamnée à rester vivre avec sa mère, Adolphine est le témoin de la vie des autres. Son frère se fait un nom dans la psychanalyse tandis que son amie Klara est internée. La relation si proche qu’elle avait avec Sigmund n’existe plus même s’il lui parle encore de ses recherches. Adolphine plonge peu à peu dans la spirale de la dépression et est internée à son tour.

L'auteur fait apparaître Freud comme un misogyne et certains des points de vue concernant la femme et son rôle dans la société m’ont fait dresser les cheveux sur la tête. L’histoire d’Adolphine est poignante :  une vie faite de sacrifices pour sa famille, de déceptions et d’impuissance tant elle était pieds et mains liés.

La famille, le fait d’être une femme et ses implications, la folie et ses définitions tiennent une place importante dans ce roman. Mais j’ai trouvé inutile les longues pages de pensées freudiennes qui selon moi n’avaient pas leur place.
J’ai eu l’impression que l’auteur a voulu aborder de nombreux thèmes mais sans aller au bout de chacun. Un avis mitigé au final d'autant plus qu'il est difficile de savoir où se situe la part de réalité (même minime) et celle de la fiction car à priori cette liste n' a jamais  existé.

Une lecture dans le cadre de l'opération « On vous lit tout » organisée par  Libfly.




20 commentaires:

cathulu a dit…

Freud et les femmes de sa famille et de manière plus générale, tout un poème!:)

Clara a dit…

@ Cathulu : oui :)!!!

Aifelle a dit…

Il a tout de même reconnu à la fin de sa vie qu'il n'avait rien compris aux femmes ... et leur place dans la société viennoise de l'époque c'était peanuts !!!

Clara a dit…

@ Aifelle : faute avouée est à demi-pardonnée:)!

keisha a dit…

Bon, je peux passer. Mais tu auras lu un roman macédonien! ^_^

Clara a dit…

@ Keisha : oui, à noter dans les tablettes:)!

gambadou a dit…

Bon, je passe alors ....

Galéa sous les galets a dit…

Décidément, les romans qui partent de personnages réels sont souvent assez décevants...dommage parce que c'est tentant quand même...

Les causettes de Célestine a dit…

Avis très mitigé pour ma part aussi... A priori pourtant, le sujet m'intéressait, mais j'ai trouvé l'écriture vraiment trop scolaire, aucune âme.
Célestine :)

luocine a dit…

je pense que ton avis va me suffire , je trouve un peu étrange d'aller fouiller dans la vie des hommes célèbres à la lumière de notre société actuelle .
Et je pense aussi qu'être connu pour des découvertes scientifiques ne fait pas de vous un être remarquable à tout point de vue.
Je pense que l'écrivain voyant que Freud avait choisi de sauver son chien plutôt qu'une soeur a dû être horrifié , nous le sommes aussi mais ça ne fait pas forcément un bon livre.
Je me demande ce que vaut celui sur le fils d'Einstein abandonné dans un HP en Suisse.
Luocine

Alex Mot-à-Mots a dit…

Une liste qui n'a pas l'air renversante.

Anis a dit…

Moi je trouve très intéressant tout cela car on analysé toutes les femmes pendant longtemps et encore aujourd'hui à la lumière de la psychanalyse freudienne, c'est-à-dire souffrant de ne pas avoir de pénis (vous en souffrez vous, le clito ne vous suffit pas ?), et que le personnage avait des côtés assez horribles. Cette liste ne m'étonne pas du tout. Du coup ça donne envie de lire Michel Onfray. je cite Libération : "La charge de Michel Onfray contre Freud et la psychanalyse est très lourde. L’homme serait un triste sire, un truqueur, un menteur, un phallocrate misogyne et homophobe, un conservateur sourd à toute histoire sociale et uniquement soucieux de transformer la sienne, «égotique et narcissique», en légende. La discipline, en tant que thérapie, relèverait d’une «branche de la pensée magique» et soignerait «dans la stricte limite de l’effet placebo». Du coup moi ce livre m'intéresse malgré les défauts que tu signales.

Kathel a dit…

Bah, au moins un livre que je ne me sans pas obligée de noter ! ;-)

Clara a dit…

@ Gambadou: oui tu peux..

@ Galéa : cette liste est purement fictive.. l'indo vient un peu part mais j'ai du eu du mal à trouver des infos.

@ Les causettes de Célestine : peux-tu me donner ton lien?

@ Luocine : à apriori, cette liste est complètement fictive..

@ Alex : oui, heureusement elle n'est pas réelle!

@ Anis : la psychanalyse freudienne et ses principes est de plus en plus décriée, il me semble..

@ kathel : soyons positives, oui !

antigone a dit…

Oh mince pour ta conclusion parce que sinon je trouvais l'idée intéressante... Il est parfois intéressant de connaître l'envers du décor. On passe allègrement donc !

Theoma a dit…

Il s'est planté en beauté sur le sujet féminin. Tant mieux ou dommage pour nous...

zazy a dit…

Je ne pense pas lire ce livre, je ne suis pas intéressée

dasola a dit…

Bonjour Clara, le titre du roman m'attirait bien mais pas ce que tu en dis. Mais cela ne m'étonne pas que Freud ait été un misogyne, c'était l'époque. Bon dimanche.

Clara a dit…

@ Antigone : oui on passe !

@ Theoma : je pense à toutes ces femmes qui avant nous ont été incomprises (et les conséquences qu'elle ont subies)

@ Zazy : je n'aurai pas été vers ce livre si ça n'avait pas été dans le cadre de cette opération ( où on ne choisit pas les livres...)

@ Dasola : je commence à me lasser de ce genre de livres où vérité , fiction sont mélangées..

liliba a dit…

Zut, il me tentait beaucoup...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...