lundi 2 février 2015

Fanny Chiarello - Dans son propre rôle

Éditeur : Editions de l'Olivier - Date de parution : Janvier 2015 - 236 pages et un juste dosage de luminosité et de mélancolie

Angleterre 1947. Fennella est engagée comme domestique au Wannock Manor. Dans cette demeure aristocratique, son mutisme étonne d'abord mais elle communique en écrivant sur un carnet. Il aura fallu la guerre et un traumatisme pour que sa voix se taise. A quelques kilomètres de là, Jeanette est femme de chambre au Grand Hôtel de Brighton. Le guerre lui a pris son mari et depuis sa rage ne s'est pas éteinte. Toutes les deux ont une passion pour l'opéra.

Jeanette a écrit une lettre où elle exprime tout son admiration à Kathleen Ferrier mais le courrier arrivé par mégarde au Wannock Manor. Fennella y voit un signe et décide de rencontrer Jeanette. Elle se rend à Brighton pour une semaine avec l'espoir de devenir l'amie de Jeanette. Selon elle, l'amour de l'opéra ne pourra que les rapprocher. Mais Jeanette ne comprend pas comment les gens après ces années du guerre peuvent à nouveau vivre. Sa douleur de jeune veuve est une colère sans fin qui l'anime alors que Fennella a connu un amour platonique. Si toutes les deux sont rongées par la solitude, Jeanette refuse de prendre la main que Fennella lui tend. Et pourtant, ces quelques jours vont modifier leur avenir. Dans un pays qui cherche à se reconstruire et qui veut désormais croire à des lendemains meilleurs, elles vont s'émanciper séparément à leur façon.
Rien n'est figé, il suffit quelquefois d'une rencontre et alors l'étincelle jaillit, on peut regarder vers l'avenir sans peur et déployer ses ailes.

Après un début un peu lent, on s'installe dans ce roman porté par l'écriture musicale, aérienne et sensible de Fanny Chiarello. Une lecture qui nous interroge sur les choix de vie, les rencontres qui permettent de donner de l'élan et de renverser l'ordre établi.

Et cette citation très belle, très juste de Kathleen Ferrier : "On peut trouver un formidable espace de liberté, dans son propre rôle. "

Le billet d'Anne

Lu de cette auteure : Une faiblesse de Carlotta Delmont

12 commentaires:

Hélène a dit…

Le thème pourrait me plaire...

Clara a dit…

@ Hélène : oui, il faut se faire son propre avis comme pour tous les livres d'ailleurs !

Aifelle a dit…

Le thème est attirant et ce serait l'occasion de découvrir l'auteure.

Eimelle a dit…

j'avais bien aimé "une faiblesse..." j'ajoute celui-là à ma liste d'envies!

Philisine Cave a dit…

il a l'air intéressant : je pense que je le lirai parce que j'ai envie de fouiller dans l’œuvre de Fanny Chiarello (même si j'ai émis un bémol sur Une faiblesse, j'ai trouvé qu'elle savait dégager une atmosphère dans ce roman et ça, c'est une vraie qualité littéraire)

Alex Mot-à-Mots a dit…

Pas trop envie de mélancolie en ce moment. Mais je le note pour plus tard, sans doute.

keisha a dit…

Kathleen Ferrier... Soupirs...
(tiens, à Nantes j'étais au concert à côté d'un brestois fan d'opéra)

antigone a dit…

Je l'avais noté chez Anne on verra bien... ;)

Clara a dit…

@ Aifelle : il devrait te plaire !

@ Eimelle : et hop !

@ Philisine : je lui reproche un début un peu lent mais cette auteure sait créer à merveille des ambiances !

@ Alex : la fin est heureuse!

@ Keisha : les bretons pont partout...:)

@ Antigone : il y a peu d'avis sur ce livre...

Galéa sous les galets a dit…

rho la la, j'avais été assez peu enthousiaste avec celui de l'année dernière (Carlotta Delmont), et je ne sais pas si je réessaierai, je ne te sens pas assez enthousiaste pour le coup.

Eva Sherlev a dit…

je m'étais beaucoup ennuyée avec son précédent roman, "Une faiblesse de Carlotta Delmont"...du coup, celui-ci ne me tente pas trop

Clara a dit…

@ Galéa : je ne déborde pas d'enthousiasme mais j'ai apprécié.. ce n'est pas un livre qui va me rester en mémoire.

@ Eva ici on se rapproche d'un roman "classique" avec le contexte, l'époque.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...