jeudi 30 avril 2015

Joseph de Marie-Hélène Lafon (billet de Valérie)

Billet de Valérie :

Joseph travaille dans une ferme du Cantal. Dans ce court roman, Marie- Hélène dresse le portrait d’un ouvrier agricole dans le Cantal mais je pense qu’il pourrait tout aussi bien être normand. J’ai en tout cas reconnu en lui des hommes que je côtoie dans mon village. Joseph est plutôt celui qui n’a pas réussi. Son frère a ouvert un restaurant avec sa femme et c’est chez eux que la mère s’installe quand elle devient veuve. Joseph ne parvient pas à fonder une famille, son grand amour se solde par un échec dont il ne se remettra pas vraiment. On suit son parcours, ses déboires avec l’alcool. On est forcément un peu touché par toute cette solitude.

Marie-Hélène Lafon a un talent indéniable pour décrire le quotidien et créer une ambiance. Il ne se passe pas grand-chose dans ce roman, c’est vraiment le portrait d’un certain type d’homme que l’on peut trouver caricatural parce qu’’heureusement, la plupart des ouvriers agricoles se marient et ont des enfants mais qui reflète bel et bien une certaine réalité. Il m’a sans doute manqué une histoire pour vraiment plonger dans ce roman. Dans l’entretien, Marie-Hélène Lafon cite souvent Flaubert et effectivement, on sent qu’il est l’influence principale. J’ai trouvé que la voix de Marie-Christine Barrault s’accordait bien avec le texte mais je me suis demandée, en entendant l’auteure lire un extrait de son roman, si elle n’aurait pas préféré le lire elle-même.

L’avis de Clara.










Un livre audio lu par Marie-Christine Barrault
Date de parution : 18 Mars 2015 Durée : 3h

mercredi 29 avril 2015

Aude Le Corff - L'importun

Editeur : Stock - Date de parution : Avril 2015 - 193 pages et un livre hérisson !

Paris et son tumulte, un deuxième enfant à venir, la narratrice et son conjoint décident de s'installer en Province où ils achètent une maison. Le couple a rencontré les deux filles du propriétaire désireuses de vendre au plus vite. Lui est désormais en maison de retraite. Dans la cave tous ses outils sont restés là comme d'autres meubles.

Auteure de polars, la narratrice prend ses marques dans sa nouvelle habitation. Une maison témoin de l'histoire de la famille qui y a vécu sur trois générations et de la grande Histoire avec des croix gammées creusées dans la pierre. Guy l'ancien propriétaire arrive un jour sans prévenir. Ses filles habitent à l'autre bout de la France et la maison de retraite n'est pas loin. Il se croit toujours chez lui et elle n'ose rien lui dire. Entre la narratrice et le vieil homme une relation étrange se noue. Il descend dans la cave, bricole, se montre bourru au départ. Petit à petit, elle lui pose des question sur la maison, sa famille. Et lui aussi.

Un roman sur les pères, sur leur absence (voulue ou non) et les blessures gravées depuis l'enfance. Un livre où l'Histoire s'insère intelligemment avec son lot de souffrances, de choix imposés. Pas de pathos ou de sensiblerie pour parler des plaies toujours ouvertes ou des cicatrices qui démangent encore.
Un importun qui a résonné et trouvé plusieurs échos en ma personne ....
L'écriture d'Aude Le Corff est sensible mais affirmée. Elle sait manier habilement humour et tendresse.
Un livre devenu hérisson, des poissons d'eau dans les yeux et beaucoup d'émotions !

Ne fréquentez jamais un auteur, il s'emparera de votre vie pour peu qu'elle l'intéresse, et la livrera en pâture à des inconnus. Les écrivains sont des charognards. Mais des charognards fragiles, qui peuvent se laisser dévorer par leurs proies s'il n'y prêtent pas attention et y mettent des sentiments.

Le billet de Charlotte

mardi 28 avril 2015

Un partage merveilleux !

À travers mon blog, je me considère à mon humble niveau comme un relais des livres.
Et puis, il y a des personnes, des passionnés/passionnées qui donnent de leur temps pour animer les bibliothèques de petites communes. Pleines d'entrain, elles ont des idées pour amener les gens à lire et je tiens à leur rendre hommage.

Il y a quelques mois, une personne qui travaille bénévolement dans une bibliothèque dans le Sud-Ouest de la France m'a contactée. Depuis courant 2014, elle et sa collègue suivent mon blog. Leur idée était de mettre en place une table "Clara et les mots" jusqu'à la fin de l'été. Christine et Evelyne se sont lancées dans une initiative titanesque : recenser toutes mes chroniques (depuis le début), vérifier si elles avaient les livres et imprimer mes billets.

Et voici le résultat :


Merci à elles  !  Pour cette table, pour leur passion qu'elles transmettent et pour le temps qu'elles y consacrent!

J'en profite également pour remercier les personnes qui travaillent dans d'autres bibliothèques (Martine à Noyal-Pontivy notamment) et ceux et celles qui m'adressent des mails.

Je suis plus que touchée par cette action qui est un retour merveilleux!
J'ai plein de baume au cœur et ce sentiment de dimension de partage encore plus grand. Merci à tous ces lecteurs et lectrices extraordinaires férus de lectures !

( Et merci à deux amies qui se reconnaîtront car sans elles, ce billet n'aurait pas vu le jour)

lundi 27 avril 2015

Rosa Montero - L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir

Éditeur : Métailié - Traduit de l'espagnol par Myriam Charousse - Date de parution : Janvier 2015 - 175 pages qui m'ont conquise!

En 2011, on propose à Rosa Montero d'écrire une préface pour le journal que Marie Curie a tenu après la mort de son époux.
"J'ai toujours trouvé cette femme fascinante, comme pratiquement tout le monde d'ailleurs, car c'est un personnage hors norme et romantique qui semble plus grand que la vie." Et Rosa Montero se plonge dans la vie de Marie Curie. Elle part de la mort de Pierre Curie pour remonter à l'enfance de Marie puis à sa jeunesse, à ses études. Une femme passionnée par ses recherches, un épouse aimante et une mère. Et être une femme scientifique à son époque signifiait se battre contre bien des préjugés. Avec Pierre, ils travaillaient dans un laboratoire misérable. La reconnaissance par la communauté scientifique sera elle-aussi un combat.

Dans ce livre sur Marie Curie, Rosa Montero s'interroge, parle de la mort de son mari et ce fait elle ne l'imaginait pas en tant qu'auteur. A travers de nombreuses réflexions sur le deuil et la douleur qui l'accompagne, sur la condition féminine,  sur la culpabilité en tant que mère,  sur l'Amour, j'ai découvert la femme Marie Curie, une femme extraordinaire. Une femme à part qui n'a jamais voulu abandonner "son radium". Les extraits du journal de Marie Curie sont plus que touchants.
Passionnant, vivant, audacieux ( des mots ou des thèmes sont précédés d'un hashtag et indexés à la fin du livre), humain, relevé : ce livre m'a tout simplement conquise !

La créativité est précisément ça : une tentative alchimique de transmuer la souffrance en beauté. L'art en général, et la littérature en particulier, sont des armes puissantes contre le Mal et la Douleur. Les romans ne les vainquent pas (ils sont invincibles), mais ils nous consolent de l'effroi. En premier le lieu, parce qu'ils nous unissent au reste  de l'humanité  : la littérature fait de nous une partie du tout et, dans le tout, la douleur individuelle semble faire un peu moins mal.  Mais le sortilège fonctionne aussi parce que, lorsque que la souffrance nous brise la colonne vertébrale, l'art parvient à transformer cette douleur laide et sale en quelque chose de beau. 

On a parlé de ce livre sur beaucoup de blogs mais qu'importe, j'ai voulu ajouté mon petit grain de sel enthousiaste.
Des billets (et des avis divers) :  AifelleCuné, DominiqueKeisha, Krol,  JosteinMaryline, Mior, NadaelValérie

Lu de cette auteure : Belle et sombre - Instructions pour sauver le monde

samedi 25 avril 2015

Vincent Almendros - Un été

Editeur : Édition de Minuit - Date de parution : Janvier 2015 - 95 pages à savourer !

Quelques jours à bord d'un voilier avec son amie, son frère Jean et sa compagne Jeanne. Le narrateur a accepté cette proposition de son frère même si revoir Jeanne sera douloureux car ils étaient auparavant amants. Jean et Jeanne vont faire la connaissance de son amie Lone d'origine scandinave. Tout ce petit monde se donne rendez-vous à Naples pour embarquer en été.

Jean et son frère ne sont pas très proches. Les échanges sont techniques ou anecdotiques. D'emblée, il n'y pas cette chaleur (ou alors feinte) liée au sentiment fraternel. Le soleil, la mer : le cadre est propice à profiter de cette traversée. Jeanne juge Lone. Le narrateur le sait, il l'observe et ne peut s'empêcher de penser qu'elle est toujours aussi belle. Jeanne aussi se sait séduisante et ne fait rien pour s'éloigner de son beau-frère. Un regard, un sourire : la tentation est à portée de main. Très vite, la tension est palpable comme les questions ou le désir. Sur un voilier, la promiscuité peut revêtir différentes facettes.
Et on pressent qu'il va se passer quelque chose entre le narrateur et Jeanne, l'auteur ne nous le cache pas entre faux-semblants troublants, l'envie et l'érotisme. On lit lentement pour savourer ce roman en se demandant ce que Vincent Almendros nous réserve. Et la chute tombe comme un couperet ! L'écriture est merveilleuse, tout ou presque se joue dans les descriptions, les perceptions.
Une écriture précise, non chirurgicale mais où tout est dépeint avec subtilité. Cette fin m'a laissée sans voix. Percutante et calculatrice. 

N'oublie pas les pieds, dit Jeanne qui lui reprit le flacon des mains, et se tourna vers moi, elle me demanda de lui passer de la crème dans le dos. Je m'exécutai, sans rien dire. Si sa peau se constella d'étoiles laiteuses, et je laissai mes mains glisser dessus, son dos était brûlant et de plus en plus luisant à mesure que mes paumes remontaient de chaque côté de le colonne vertébrale. Je sentais sous mes doigts le contact de ses grains de beauté. Je m'y habituais, lentement, comme un aveugle lit le braille.

Les billet de Laure,  Valérie qui ont également aimé. Jérôme et Yves sont déçus.
Un conseil de lecture d'Arnaud (toujours et encore Dialogues:))

jeudi 23 avril 2015

Claudia Piñeiro - Bétibou

Editeur : Actes Sud - Traduit de l'espagnol (Argentine) par Romain Magras - Date Parution : Avril 2015 - 394 pages de plaisir ! 

Nurit Iscar surnommée Bétibou (en référence Betty Boop) est écrivain à succès de polars qui a arrêté d'écrire depuis le flop de son roman il y a trois ans. Le directeur du journal El Tribuno et son ancien amant lui propose d'écrire sur la mort de Pedro Chazarreta dont la femme a été assassinée de la même façon quelques années auparavant. Bien qu'il eut été innocenté à l'époque, le public pense qu'il avait commandité la mort de son épouse. C'est ce que pense également Jaime Brena journaliste chevronné qui vient de voir son poste au journal confié à un tout jeune journaliste. Bétibou hésite, sa chronique sera un ressentis des faits, de l'ambiance et elle va loger au Country un lotissement à la périphérie de Buenos Aires ultra protégé avec ses propres règles intérieures. L'endroit où habitait Pedro Chazarreta.

Ses deux amies la mettent en garde de ne pas  retomber dans les bras de son ancien amant. Mais Bétibou a bien l'attention de s'en tenir à son travail. Avec les deux journalistes, le trio découvre des ramifications à ce décès. Et l'hypothèse du suicide de Pedro Chazarreta est très vite remise en question. Car si au départ Jaime Brena ne veut pas aider son remplaçant, il ne peut s'empêcher de lui donner des renseignements. Lui qui est de la vieille école, il ne comprend pas que le jeune journaliste passe son temps à tout chercher sur Internet. Et on ne s'ennuie pas une seule seconde dans ce roman ! Bien sûr, il y a l'intrigue avec un vrai suspense et les thèmes abordés sont nombreux sans être traités superficiellement.  La presse écrite et son indépendance, la littérature, les différences de classe sociale en Argentine et pour les plus aisés la volonté de se prémunir contre tout danger (et de vivre ensemble dans des espaces standardisés), l'amour, l'amitié, mener à bien vie personnelle et vie professionnelle.

A travers ce portrait de femme où l'ironie mordante (un régal!) côtoie l'humour, entre les réflexions profondes ou légères ( avec des dialogues excellents), les rebondissements, on se délecte ! La fin fait froid dans le dos car il n'y aura pas de coupable sous les verrous mais c'est une autre histoire...
Un roman où rien n'est laissé au hasard et une lecture plaisir ! Et impossible de choisir un extrait.

Un grand merci à Mathilde (de l'équipe des libraires topissimes et chouchous de Dialogues (encore et toujours)) pour ce conseil de lecture !

lundi 20 avril 2015

Arno Geiger - Tout sur Sally

Éditeur : Éditions Gallimard - Traduit de l'allemand (Autriche) par Olivier Le Lay - Date de parution : Avril 2015 - 374 pages qu'on ne lâche pas !

Les vacances en Angleterre d'Alfred et de son épouse Sally sont interrompues lorsqu'ils apprennent qu'ils ont été cambriolés. Alors que Sally digère la nouvelle, Alfred est abattu. Ils rentrent donc à Vienne où la maison a été mise sens dessus dessous. Tandis que Sally s'active, range et  nettoie, Alfred s'enferme dans une léthargie. Alfred et son éternel bas de contention, Alfred qui ne lève pas le petit doigt et se lamente. Sally devra bientôt reprendre son travail de professeur au collège et elle consacre donc ce qui lui reste de vacances à tout remettre en ordre avec un peu d'aide de la part de leurs enfants.

Tous deux ont plus de cinquante ans et sont mariés depuis presque trente ans. Agacée par l'attitude d'Alfred, elle lui envoie des pics (bien ironiques ou mordants) auxquels il ne répond pas.  "Idéaliste et réaliste" conjuguant et assumant les contradictions et les ambiguïtés des facettes de sa personnalité, Sally entame une liaison avec son voisin Erik. Il est marié à Nadja et les deux couples sont amis selon les apparences. Et quand Nadja a des doutes sur la fidélité d'Erik et se confie à Sally, cette dernière ment avec aplomb et soutient Nadja. Cette même Sally qui peut bouillir de rage littéralement envers Alfred et s'attendrir ensuite quand elle le voit rédiger son journal intime. Si son mariage périclite, elle renaît en tant que femme dans les bras d'Erik et se permet de croire que l'avenir sera différent car elle est amoureuse. Mais Erik ne joue pas franc-jeu avec elle. Elle pourrait s'écrouler mais elle ne le fera pas.
Sally  accepte de se regarder avec sa conscience, elle admet ses défauts et ne cache pas son appétit de vivre (dans tous le sens du terme) car elle n'a que cinquante-deux ans.
S'il s'agit d'une femme en proie à des questions sur sa vie (car elle et Alfred sont devenus des petits bourgeois ou presque avec une routine), sur son couple et son intimité, ce n'est pas dans son genre de de pleurnicher.

J'ai aimé que l'auteur nous invite dans son roman en s'adressant au lecteur par le biais du "nous". Il nous rend encore plus proche de Sally, d'Alfred, de ce que l'on croit savoir et de ce que l'on ne préfère ne pas voir car rien n'est tout blanc ou tout noir...
Un roman foisonnant, creusé, intelligent sur les relations dans un couple (et la métamorphose de ces relations avec le temps) ! 
Et si le style peut surprendre au départ, on est très vite ferré et à la fin, on n'a qu'une seule envie : le relire (et donc un très bon travail de traduction)!

Elle s'aperçut d'abord que son point de vue même l'empêchait d'aboutir à une vérité centrale. Elle évoluait dans un territoire bien trop vaste et bien trop complexe : amour, envie, jalousie, angoisse, impatience, appétit de vivre et toutes les illusions conventionnelle. Elle versa quelques instants dans la contrition, se sentit coupable d'être aussi dure avec Alfred. Il avait de quoi faire pitié, elle n'était assurément plus une compagne douce et prévenante, il n'en essayait pas moins de désamorcer les tensions depuis des semaines (ah ? Le faisait-t-il vraiment ?). Et elle ? Elle trouvait son attitude répugnante et n'aurait pas su dire pourquoi. Jusqu'à leur conversation de tout à l'heure, dans le bureau, elle avait presque oublié ce que c'était de mener une discussion qui ne fût pas un bras de fer. Elle se disait : Espérons qu'il ne m'en voudra pas trop pour tous les vilains tours que je lui ai joués ces derniers temps. Et, naturellement, il n'avait pas tort de souligner, voici quelques jours, que je n'étais pas prête à recevoir ce que je réclamais. J'aurais préféré que cela vînt de quelqu'un d'autre. D'Erik. Encore lui, tiens ! Oui, décidément, ça évoquait le plaisir que nous avons à gratter la croûte d'une plaie.

Le billet de Cuné.

vendredi 17 avril 2015

Valérie Clò - La tyrannie des apparences

Éditeur : Buchet-Chastel - Date de parution : Avril 2015 - 158 pages et un livre hérisson !

Thalia reçoit en cadeau pour des dix-huit ses premières injections pour vieillir. Dans ce monde futuriste, la jeunesse est une croix à porter car on ne peut espérer commencer sa vie qu'après cinquante ans. La vieillesse est sublimée et le pouvoir appartient aux personnes marquées par l'âge du temps. Un monde où l'espérance de vie est si élevées que les jeunes attendent de vieillir avec impatience.

Thalia se teint les cheveux en gris et travaille ses toutes petites rides et applique toutes les consignes de ses parents pour vieillir. Mais elle découvre une archive. Un reportage de notre époque où une femme d'une quarantaine d'années veut avoir recours à la chirurgie esthétique pour rajeunir . Déconsidérée à son travail à cause de son âge (elle ne colle plus à l'image de la jeune cadre dynamique), on la pousse vers la porte de la sortie. Contrairement à Thalia, certains jeunes se rebellent contre le système.

Si ce roman débute sur un ton léger, très vite, les réflexions et les questionnements résonnent étrangement avec ceux de notre époque même si les buts recherchés sont inversés. On découvre un monde où les personnes âgées ont peur de la jeunesse et d'être renversés par ces derniers. Très habilement, cette dystopie pointe du doigt les dérives de notre société, la souffrance (et ce qu'elle entraîne dans son sillon) d'être rejeté quand on ne correspond pas à l'image de l'air du temps.
Bien mené avec des pointes incisives, voilà de quoi donner à réfléchir,  et au final un livre hérisson !  

Loïs en est certain maintenant, depuis que les vieux ont pris le pouvoir, ils veulent cacher leur histoire, ils préfèrent oublier cette époque où les jeunes dirigeaient et faisaient les lois. Ils ont tellement peur que ça recommence qu'ils ont organisé la société pour nous maintenir dans l'ignorance. Nous n'avons aucune échappatoire et sommes obligés de suivre le chemin tracé. Les jeunes sont tellement conditionnés qu'ils ne cherchent même plus à comprendre. Ils avancent, aveuglés, et concentrés sur la prochaine ascension, ne sachant pas qu'ils font ainsi le lit du pouvoir en place. Loïs a décidé de ne pas accepter cette pensée unique et de tout faire pour informer les jeunes. Beaucoup trop sont en souffrance, meurent d'ennui, ou de pauvreté. Ils errent ainsi des décennies, pensant qu'il n'y a pas d'autre solution que de suivre le chemin imposé. 

Le billet de Séverine

Lu de cette auteure : Les gosses

jeudi 16 avril 2015

Fannie Flagg - La dernière réunion des filles de la station-service

Éditeur : Le Cherche Midi - Traduit de l'anglais ( Etats-Unis) par Jean-Luc Piningre- Date de parution : Avril 2015 - 461 pages pleines de vitalité ! 

A Point Clear une petit ville de l'Alabama, Sookie Poole âgée cinquante-neuf ans vient de marier ses ses filles en peu de temps. Mais point de repos car elle doit toujours obéir aux caprices sa mère Lenore et réparer ses extravagances. Depuis son enfance, sa mère s'est montrée toujours très et trop exigeante envers elle. Mais la vie de Sookie bascule. En ouvrant le courrier de sa mère, elle découvre qu'elle a été adoptée. Sa mère qui ne cesse de de louer les exploits de la famille Simmons et leur pedigree lui a toujours menti. Elle est née d'une mère au nom polonais et d'un père inconnu dans le Wisconsin et a soixante ans ! Son mari Earle lui conseille de chercher à en savoir plus sur sa mère biologique. Effondrée, se sentant " personne", en colère contre Lenore, Sookie ne sait pas quoi faire.

En parallèle, ce roman raconte l'arrivée de de la famille polonaise Jurdabralinski aux Etats-Unis et comment au fil des années, à force de travail, le père a ouvert une station-service. Mais malade, il doit se soigner et son fil s'engage dans l'armée avec la guerre. Fritzi l'aînée des filles décide qu'avec ses soeurs,  elles peuvent s'occuper de la station-service et c'est un succès. Contaminée par le virus du vol, en pleine guerre, elle devient une WASP et entraîne ses soeurs avec elle.
Tout en suivant les questions légitimes de Sookie, ses différents ressentis (colère, acceptation) par rapport à son adoption et ses recherches, on découvre l'histoire de ces jeunes femmes qui aux Etats-Unis durant la Seconde Guerre mondiale furent les premières guerre à piloter des avions. 

Un roman avec de l'humour, de la tendresse et des personnages aux caractères bien trempés où Fannie Flagg rend un bel hommage à ces femmes pilotes qui auront attendu 1977 pour être officiellement reconnues sous la présidence de Jimmy Carter. Sans oublier la reconstruction de soi, les origines qui peuvent vous réduire à un carcan ou vous ouvrir l'esprit.
Un livre plein de vitalité qui fait du bien, touchant et qui se lit tout seul !

Lu de cette auteure : Miss Alabama et ses petits secrets

mercredi 15 avril 2015

Francesca Melandri - Plus haut que la mer

Éditeur : Gallimard - Date de parution : Février 2015 - Traduit superbement de l'italien par Danièle Valin - 208 pages belle, fortes, sensibles et émouvantes !

Nous sommes à la fin des années 70 en Italie. Paolo et Louisa prennent place à bord du même bateau pour se se rendre une île jamais nommée. Ils en se connaissent pas mais leur but est identique. A la prison de haute sécurité se trouvent le mari de Louisa et le fils de Paolo. Le mari de Louisa un homme violent a commis deux meurtres dont un sur un surveillant de prison tandis que le fils de Paolo, membre actif des brigades rouges, a tué pour ses convictions.

Louisa est une paysanne qui élève seule ses cinq enfants depuis de nombreuse années. Paolo a renoncé à son poste de professeur de philosophie rongé par les actes terroristes de son fils et cette conviction d'avoir sans le vouloir amené son fils sur ce terrain par des idées d'égalité sociale. Il ne peut pas pardonner à son fils ni comprendre ses actes. La visite aux détenus se déroule avec avant ses nombrable contrôles " De la prison spéciale, elle (Luisa) ne percevait que le silence, dense et carnivore comme le souffle d'un prédateur". Ce jour là, seuls Paolo et Louisa sont venus. Le temps change, le mistral se lève et la mer démontée ne permet pas un retour à terre. Paolo et Louisa sont donc contraints de passer la nuit sur l'île. Le gardien Pierfrancesco est désigné pour les surveiller jusqu'au lendemain. Surpris, Paolo et Louisa obéissent  et ne disent pas un mot. Les voilà en compagnie d'un gardien de prison qui vit sur l'île avec femme et enfants. Lui non plus n'est pas très à l'aise. Pierfrancesco est un homme changé par la violence du pouvoir de son travail. Tous dînent chez Pierfrancesco et durant la nuit, Paolo et Louisa vont petit à petit parler des leurs, de ce qu'ils ressentent. Tous deux se comprennent à demi-mots, et un geste, un regard amènent le réconfort mutuel, une douceur.

Francesca Melandri nous fait pénétrer dans un monde à part coupé de tout par la mer. A travers les trois personnages, elle rend compte de vies. Celle des détenus, celle des familles et des victimes, celle des gardiens et de leurs familles. Un roman où l'atmosphère est palpable, la tension laisse place à un répit qui va permettre à chacun de s'alléger d'un poids.
Tout est subtilement décrit et c'est ce qui fait une des forces de ce roman beau, fort, sensible et émouvant ! 

Le billet de Dominique

lundi 13 avril 2015

Alexandre Postel - L'ascendant

Éditeur : Gallimard - Date de parution : Avril 2015 - 125 pages déstabilisantes au plus haut point !

Le narrateur, un jeune homme vendeur de téléphones mobiles, apprend le décès de son père. Le psychiatre lui demande de raconter les événements qui se sont déroulés suite à l'annonce de la mort se son père. Une chronologie de cinq journées qui ont basculé sa vie.

Le narrateur et son père n'étaient pas proches. Bien sûr, le fils lui envoyait un SMS par politesse à l'occasion de son anniversaire et le voyait quelquefois mais rien de plus. Un père retraité ancien fonctionnaire des impôts. Un homme sans histoire visiblement. Les papiers à se procurer, les obsèques à organiser : le fils se rend à la maison paternelle. La maison respire le quotidien de son père et ses habitudes.
Sauf qu'il découvre l'inimaginable et cherche d'abord une explication comme pour disculper son père. Tout ce qu'il croyait sur son père, ses certitudes  s'écroulent comme un château de cartes et lui aussi. Le décès, la terreur  de ce qu'il va vu l'assomment et le paniquent. Il faudrait prévenir la police mais sous le choc, il remet son appel au lendemain. Premier faux pas qui l'entraine dans un engrenage où la logique n'a plus sa place, où il a l'impression d'avoir été piégé par son père. Les questionnements le hantent : qui était son père? que faire? Il faut agir au plus pressé et tenté d'y voir clair pour sortir de ce piège entre la peur, l'anxiété et le désarroi. Mais rien ne se passe comme prévu.

On assiste impuissant à son cauchemar bien réel, partagé entre l'empathie et l'incompréhension la plus totale. C'est déstabilisant au plus haut point, déroutant car les clés qui peuvent amener à un cheminement cohérent sont totalement faussées.
On est bousculé, en proie à tous les doutes et à la colère face à ce père même s'il est mort. La question de savoir comment on aurait procédé à sa place se pose mais demeure insoluble.
Ce roman sur la filiation et sur des vies à jamais gâchées est redoutable et fait froid dans le dos...

J'ai écarté les bras en signe d'impuissance. J'aurais pu pourtant prévenir immédiatement la police. Il était encore temps de faire cesser la situation - terme commode, discret, sur lequel je m'appuyais pour désigner le crime dont je commençais à devenir coupable.

mardi 7 avril 2015

Anne-Laure Bondoux, Jean-Claude Mourlevat - Et je danse, aussi

Éditeur : Fleuve éditions - Date de parution : Mars 2015 - 280 pages dont je me suis régalée !

Un écrivain Pierre-Marie Sotto qui n'écrit plus (entendez-par là que l'inspiration l'a désertée) reconnu pas ses pairs (récompensé par le prix Goncourt quand même) reçoit un paquet de la part d'une lectrice Adeline Parmelan. Le paquet est une grande enveloppe bien épaisse. Forcément, Pierre-Marie imagine  qu'Adeline lui soumet un manuscrit. Par mail, il lui  explique poliment qu'il n'a pas ouvert l'enveloppe et lui propose de la lui renvoyer.

Vu la couverture de ce roman, je m'attendais à de la guimauve ou à un excès de bons sentiments sauf que j'ai eu tout faux ! Et je suis contente de m'être à ce point trompée car je me suis entièrement et totalement régalée de ce roman épistolaire ! J'ai vibré, j'ai été émue, je me suis posée des questions, j'ai aimé les échanges et cette complicité qui a vu le jour via le biais de deux écrans.
Sans se connaître Pierre-Marie et Adeline qui ont plus de vingt ans d'écart, qui vivent à des centaines de kilomètres l'un de l'autre et surtout qui ont des vies différentes vont mentir, douter ou jouer la carte de la franchise. Mais surtout chacun attend le mail de l'autre ou s'inquiète quand les jours passent sans ces messages. Du Pierre-Marie déprimé à l'Adeline pétillante de joie que l'on croit deviner au départ, les personnalités et les accidents de vie apparaissent au fil des pages tout comme les petits bonheurs simples ou des conseils.
Avec de l'humour et une sincère humanité, des mots ou des expressions complices, ces mails semblent crédibles (c'est-dire vraiment écrits) tout comme les personnages avec une trame  qui réserve des surprises !
Bref, je me suis régalée de la première à la dernière page de ce roman qui fait un bien fou ! 

Chère Adeline Mais vous êtes déchaînée, ma parole ! On ne vous tiens plus ! Je me demande si mes conseils rabelaisiens ne sont pas complètement à côté de la plaque, du coup. Je sens le vouloir vidé de l'huile sur un feu ardent, bourré de charbon une locomotive en surchauffe, activé au soufflet une cheminée impétueuse, pressé la pédale d'accélérateur d'heures en surrégime. 
J'ai fait fausse route et je retire tout ce que j'ai dit. Calmez-vous, je vous en conjure ! Pensez à des choses neutres et tièdes : lisez le programme de Bayrou ; regardez un documentaire sur les écureuils ; respirez par le ventre ; rempoter vos pétunias ! Pardon je dis n'importe quoi, je ne sais pas si on rempote des pétunias, j'ai proposé ça au hasard dans mon désarroi. Faites ce que vous voulez, mais calmez-vous, nom de Dieu ! Et doucement sur la bouteille ! 
Pour Mozart et le Requiem, c'est bon, vous pouvez continuer. Pas de contre-indications. Il n'en est pas de même pour moi. Chaque fois que j'ai eu la mauvaise idée d'écrire en écoutant ce genre de musique grandiose, je me suis pris pour un génie et j'ai déchanté en me relisant ensuite dans le silence. C'est comme quand on prend l'avion : c'est l'avion qui vole, pas vous.

Merci à Cathulu et à Cuné qui ont su me convaincre de le lire !

Lu d'Anne-laure Bondoux : Le temps des miracles, de Jean-Claude Mourlevat : Silhouette

dimanche 5 avril 2015

Liza Klausmann-Tiger House

Editeur : JC Lattès - Traduit de l’anglais par Sabine Boulongne - Date de parution : Mars 2015 - 406 pages très bien menées ! 

Les cousines Nick et Helena ont passé tous les étés depuis l'enfance à Tiger House la maison familiale sur l’île de Martha’s Vineyard au large du Cap Cod. Septembre 1945 : la Seconde Guerre mondiale se termine et Hugues le mari de Nick va enfin rentrer. Veuve, Helena est sur le point de remarier avec Avery. Nick et Helena sont deux jeunes femmes qui croient au bonheur et possèdent encore une certaine insouciance. Même si Hugues accompagné de Nick va servir son pays en Floride et qu'Helena va rejoindre Avery à Hollywood, les deux cousines  se promettent de passer encore tous les été ensemble comme avant.

Nick découvre la vie de femme mariée. Hugues est devenu distant depuis la guerre. Elle cherche à devenir une femme d'intérieur irréprochable pour combler son ennui. Avery cherche à réaliser un film sur une actrice qu'il a idolâtrée. Il a menti à Helena en lui faisant croire qu'il avait poste bien placé dans le monde du cinéma mais il court après l'argent.
Dans ce roman non linéaire, on retrouve Nick,  Hugues et leur fille Daisy  en 1959 à Tiger House. Helena et son fils Ed y sont également. Daisy à l'aube de l'adolescence aime jouer au tennis et est très proche de son père. Ed un peu plus jeune qu'elle s'isole souvent. Peu bavard, il observe les gens et son entourage. Sa tante et sa mère se taisent quand elles discutent d'Avery et qu'elles le voit s'approcher. Ce même été, une jeune femme est retrouvée morte par Ed et Helena. Nick aime recevoir, donner des fêtes tandis qu'Helena est toujours plongée dans une certaine tourmente.
L'histoire est racontée par Nick, Daisy, Helena, Hugues et Ed. Chaque récit permet d'avancer dans la trame (on se retrouve au moment où Daisy va bientôt se marier) mais également  d'avoir un point de vue différent sur une même situation vécue. Et les personnalités, les failles apparaissent. Le couple de Nick et Hugues est-il si solide? Nick a t-elle toujours voulu le bien d'Helena et la protéger d'Avery ou alors est-ce pour se donner bonne conscience ? Pourquoi le futur mari de Daisy est-il si proche de Nick? Hugues est-il un mari si parfait, pourquoi Ed fourre  toujours son nez partout et semble savoir bien des choses?

Avec beaucoup de subtilité et de suspense, les éléments du puzzle se mettent en place. L'auteure sait habilement par la biais des cinq récits nous donner des fausses impressions les personnages mais toute la vérité aussi dure ou humiliante qu'elle puisse l'être n'est dévoilée qu'à la fin. Vous l'aurez compris, pas de happy end !
Un premier roman parfaitement construit où Liza Klausmann décortique la psychologie de ses personnages à travers le temps et où l'ambiance est palpable. On ressent  aussi bien la chaleur des étés que la tension entre deux personnes.
Encore une auteure à suivre sans oublier une traduction de qualité! 

- Le mariage est un refuge, dit Helena à voix basse. Tu ne seras plus jamais seule.

vendredi 3 avril 2015

Rachel Corenblit - Quarante tentatives pour trouver l'homme de sa vie

Éditeur : Le Rouergue - Date de parution : Avril 2015 - 189 pages qui se dévorent ! 

Lucie a quitté Pascal il y a trois ans et depuis elle cherche l'homme de sa vie. Cette institutrice, jeune quarantenaire, se lance à la recherche de sa moitié. Au mariage d'une petite cousine (méthode testée depuis de longues générations) où les célibataires sont comme par hasard placés à la même table, de l'émission télé où elle se pâme pour un agriculteur (même si elle déteste la campagne), du site de rencontres au voyage à l'étranger pour célibataires, du supermarché (après tout, les hommes célibataires doivent se nourrir tout comme elle) jusqu'à la piscine, elle poursuit sa quête !

Rien ne lui échappe chez l'individu masculin car elle a ses exigences. Et si Lucie pointe facilement les défauts des autres, le siens ne sont pas épargnés. Sa solitude, son amertume sont également présentes "Etre seule , par moments, c'est du désespoir. (...) Pourquoi c'est toujours aux autres qu'il arrive des histoires? Pourquoi elle est un désert, un bout du monde, un no man's land que personne ne traverse ?. Mais Lucie a du punch à revendre.

Sans tomber dans les excès, Rachel Corenblit use d'humour, de dérision et de cynisme. Et ça fonctionne à merveille !
Un roman avec un regard acéré et aiguisé sur notre société et la solitude...

Là, elle réalise la raison de son mutisme absurde. Il n'est pas beau, le docteur Mayor. Il est parfaitement beau. Il est la quintessence de tous les fantasmes de médecins. La forme la plus aboutie. L'idéal platonicien de la beauté incarnée, le stéthoscope autour du coup en plus. Le modèle que l'on retrouve dupliqué dans les séries américaines ou scénaristes ont bien compris le potentiel d'érotisation du corps médical. Exposer ses problèmes intestinaux va se révéler de l'ordre de l'exploit. 

Le billet enthousiaste de Cathulu

jeudi 2 avril 2015

Mathieu Menegaux - Je me suis tue

Éditeur : Grasset - Date de parution : Avril 2015 - 186 pages et un premier roman qui m'a scotchée et bouleversée ! 

Comment vous parler de ce livre sans en dire de trop? On découvre Claire la narratrice dans sa cellule de la maison d'arrêt des femmes à Fresnes où elle est emprisonnée depuis deux ans. Une femme au début de la quarantaine en couple avec Antoine, un poste de DRH, une vie aisée. Que peut faire une telle femme en prison? Et plus précisément dans un quartier isolé à  l'abri des autres détenues. Forcement ça titille, on sait que ces femmes par leurs crimes (ou leurs faits) sont très mal perçues par les autres détenues. Son procès s'est déroulé et elle attend le verdict. " Je suis entrée dans ce procès sans aucune chance d'en sortir libre". Car même à son avocate, elle n'a pas voulu dire toute la vérité et qu'elle était d'abord une victime. Elle porte son secret  en silence. Mais elle va l'écrire à Antoine pour qu'il sache ce qui s'est  passé " J’écris pour que tu comprennes et que tu cesses de me haïr. Et j’écris pour vous, policiers, citoyens, magistrats, journalistes, prompts à embastiller en prétextant la recherche de la vérité. Vous la voulez, la vérité ? Lisez." 

Antoine et Claire : un couple idéal et heureux. Jusqu'au jour où un événement  se produit. Claire décide de se taire, de l'oublier, de faire comme si de rien de tout cela n'était arrivé. Et elle y arrive tant bien que mal. Sauf qu'elle n'avait pas prévu qu'il pouvait y avoir une conséquence. Une seule, et elle change sa vie et celle d'Antoine. Le bonheur peu à peu se transforme en poison dans le couple. Alors, elle décide de commettre un geste odieux.
Ni la justice, ni les psychiatres qui cherchent à comprendre ce qui a déclenché son acte n'arrivent à percer son fardeau. Claire s'est enfermée dans le mutisme.

Ce roman m'a scotchée, ferrée, bouleversée ! L'auteur dont c'est le premier roman se glisse dans la peau de Claire et on a cette sensation que ce livre a été écrit par une femme. Et on comprend Claire et son choix d'avoir gardé son secret, on ne  peut que la comprendre et ça fait terriblement mal en même temps. En tant que lecteur, on connait toute son histoire et on est poussé dans nos retranchements. Mais une autre vérité surgit. Encore plus terrible.

Cette lecture est impossible à lâcher une fois commencée, elle nous secoue dans tous les sens, nous fait chavirer et laisse une trace indélébile ! 

Nous avons de la chance, nous avons, enfin nous avions, un grand appartement. La salle de bains est loin de la chambre. J'ai hoqueté, pleuré, reniflé pendant de longues minutes. J'aurais voulu tout lui dire. J'aurais dû tout lui dire. Je passe ma vie à me plaindre de ma vie de couple mais au fond, Antoine c'est mon homme, Antoine c'est mon roc. C'est ce qui me frappe chaque fois que je le regarde. Sa stature. Antoine c'est ma moitié. Antoine c'est mon alter ego. Mais je n'y arrivais pas. Je ne pouvais pas le lui dire, j'en étais incapable. Au fond, son regard était le plus important de tous. C'est à lui que je voulais plaire, avec lui que je voulais continuer à vivre.

mercredi 1 avril 2015

Tomas Espedal - Contre la nature (les carnets)

Éditeur : Actes Sud - Traduit superbement du norvégien par Terje Sinding - Date de parution : Février 2015 - 166 très belles pages...

Il a quarante-huit huit ans et fait plus âgé "Dès qu'il a vue,  il a oublié l'âge qu'il avait. Leur rencontre n'avait pas d'âge."

"Nous nous sommes rencontrés à une fête. C'était le réveillon du Nouvel An. Le langage du bonheur et en tout point simple et brutal : elle était la fille la plus belle que j'aie jamais vu.
Le langage du bonheur peut être blessant : à ses yeux, j'étais un homme âgé.
Ou plutôt : nous nous sommes reconnus tout de suite.
La jeune fille et l'homme âgé. Nous avions besoin l'un de l'autre. Nous allions nous aimer.
Comment écrire sur le bonheur ? Que puis-je dire sur le bonheur, si simple et banal, si calme et transparent ? Comme lorsqu'elle était allongé sur le canapé et que je la voyais à peine, tellement j'étais habitué.
(...)
De toute ma vie je n'ai jamais été aussi heureux."

Pourtant, le narrateur a vécu avant cette rencontre, il  a été marié et est père. Mais il vit le grand bonheur, l'amour le plus grand et le plus beau  avec cette fille beaucoup plus jeune que l'on prend pour sa fille.
"Cela se produisait tout le temps.
Nous sortions, quelqu'un nous abordait, voulant faire la connaissance de ma fille.
C'était honteux.
Nous avions honte.
D'où venait ce sentiment de honte ?
Le bonheur était-il honteux? Notre bonheur était honteux, il n'était pas naturel, il était contre nature.
Nous avons cessé de sortir. Nous nous isolions à la maison."
Se protéger du regard des autres pour garder leur amour intact.

Le narrateur nous rappelle que les amours avec des différences d'âges ont toujours existé. Comme Héloïse et Abélard : un amour interdit entre une jeune femme de dix-sept ans et un professeur chargé de son éducation. La passion sera plus forte que tout mais leur relation se terminera dramatiquement. La grande différence d'âge est synonyme de péché et sème l'opprobre. Il faudrait savoir bâillonner les coeurs...

Lorsque son amoureuse le quitte, le temps  le rattrape comme si le bonheur l'avait épargné. Il s'agit d'une d'un homme vieilli qui ne se reconnaît plus. Il s'abandonne, ne cherche pas à lutter.
Un roman écrit avec une grande pudeur et sans faux-semblants.
Est-ce l'auteur qui se cache derrière le narrateur? Peu importe car le résultat est un roman qui prend aux tripes par sa beauté, son universalité et les toutes dernières pages m'ont remplie les yeux de poissons d'eau... 

Je sais maintenant que le bonheur est difficile à décrire ; il vit sa propre vie tranquille et invisible dans l'existence quotidienne de deux personnes qui s'aiment.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...