samedi 1 octobre 2011

Stéphane Hoffmann - Les autos tamponneuses

Éditeur : Albin Michel - Date de parution : Août 2011 - 233 pages


Marié depuis plus de quarante à Hélène, Pierre Bailly décide du jour au lendemain de se retirer des  affaires. Lui qui a réussi s’ennuie désormais et veut profiter de la retraite. Il quitte définitivement Paris où il séjournait la semaine pour s’installer dans leur maison de Vannes. Sauf que son épouse Hélène ne voit pas ce retour d’un bon œil.


Stéphane Hoffmann n’a pas froid aux yeux et use d’une plume vraiment féroce! Son personnage Pierre, a prospéré dans le monde des affaires en épousant  Hélène, fille d’un autodidacte ayant construit un petit empire. Sauf que Pierre ne s’amuse plus, il est temps pour lui et selon lui de passer du temps auprès d’Hélène dans leur belle maison du golfe du Morbihan. Mais Hélène n’est pas de cet avis. Hélène ignore Pierre et ne sait pas comment il va s’occuper. Lui non plus d’ailleurs.  Que va t-il faire de sa retraite ? S’acheter un bateau pour quelques promenades, aller au marché  (celui où il faut  être vu par les notables de la bourgeoisie vannetaise), échanger  quelques réflexions dans un club quelconque ? Pierre méprise tous ces gens et l’est autant. Hautain, nombriliste tout comme  son épouse. Ou du moins c’est ce que nous  laisse penser l’auteur. J’ai souri et j’ai jubilé (oui, je sais, je suis méchante) grâce à  cet humour cynique et  affuté, à cette fausse  légèreté et cette autodérision. Aux premiers abords, on pourrait  penser que l’auteur décrit uniquement à coups de canif les habitudes de la bourgeoisie vannetaise. Il y a plus avec  le couple Pierre-Hélène. Un couple qui n'a aucune nouvelle de leurs deux enfants, et d’ailleurs qui ne sait pas s’il a ou non des petits-enfants. La mort  d'Alain leur fils aîné il y a plus de vingt ans semble avoir été acceptée par l'un et par l'autre. Sans surprise, l'auteur nous amène  sur le terrain des émotions enfouies sous une couche épaisse de mondanités (et autres activités) provinciales. 

Ce livre a sans aucun doute secoué le petit monde de Vannes. Pour ma part, j’ai apprécié cette lecture même si j'ai trouvé la trame  sans grande originalité.
  
Le mariage a toujours ressemblé à un tour en autos tamponneuses : c'est inconfortable, on prend des coups,on en donne, on tourne en rond, on ne va nulle part mais, au moins, on n'est pas seul.


Les billets d’Alex, Passion de lecteur, Ys
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...