vendredi 23 mars 2012

Jim Dodge - L'oiseau Canadèche

Éditeur : Cambourakis - Date de parution : 2010 - 119 pages loufoques, irrésistibles et succulentes!

Titou se retrouve orphelin à trois ans. Il n’a qu’au monde un parent :  son grand-père Jake octogénaire qui aime sa dose quotidienne de Vieux Râle d’Agonie (dont il a la recette  « quatre-vingt-dix-sept degrés : un véritable concentré de vapeurs divines » ) et porté sur le jeu. Pepé Jake bataille (de façon plus ou moins légale) et obtient la garde  de son petit-fils. Les années passent, Titou devient un solide jeune homme de vingt-deux ans qui a pour passion les clôtures. 

Avertissement : Si vous êtes allergique à quelques lignes de déjanté,  ce livre n’est pas pour vous...

Et l’oiseau Canadèche dans tout ça, me direz-vous ? On ne se s’impatiente pas car il faut savoir que ce livre c’est un moment de  bonheur ! Rires, émotion et plaisir sont garantis si vous aimez ce qui sort de l’ordinaire.  Titou et son grand-père Jake sont heureux  tous les deux. Si pépé Jake croit au pouvoir de l’Immortalité grâce au  Vieux Râle d’Agonie qu'il raffine, Titou aime les clôtures. Creuser des trous, construire des piquets, aligner du  grillage même si les clôtures ne protègent rien du tout (car ils n’ont pas d’animaux). D’ailleurs, c’est dans un trou qu’il trouve un bébé canard colbert femelle après le passage du sanglier Cloué-Legrouin. Recueillie par Titou et pépé Jake, Canadèche a son caractère. Bien portante, elle ne vole pas et partage l’existence paisible des deux hommes. Mais Cloué-Legrouin n’a pas dit son dernier mot, ni Pépé Jake, ni Titou,  ni Canadèche et moi, je n'en dis pas plus, sauf lisez-le!

J’ai eu des petites étincelles de bonheur dans les yeux durant toute ma lecture parce que cette histoire qui flirte avec le conte  fait du bien ! 
Drôle, irrésistible, succulente et tendre avec une bonne bouffée d’optimiste, ce serait vraiment dommage de s’en priver ! Cerise sur le gâteau, l'auteur nous offre des réflexions pleines de sens sur la vie.

Si les similitudes des deux hommes étaient rares, elles avaient beaucoup de fond : elles reposaient sur l'amour émerveillé qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre, sur une gentillesse qui allait bien au delà de la simple tolérance : un accord du sang qui touchait le cœur de l'un comme de l'autre.

Le billet de Theoma qui recense tous les autres



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...