jeudi 14 février 2013

Stéphane Carlier - Les gens sont les gens

Éditeur : Le Cherche Midi - Date de parution : Février 2013 - 160 pages et une déception...


Nicole Rivadavia psychanalyste parisienne approchant de la soixantaine n’en peut plus.  De son couple qui n’en est plus un, de ses patients qui se plaignent. Sur un coup de tête, elle décide de rendre visite  à une amie Elisabeth (sous-entendu une ancienne voisine à qui elle n’a jamais donné signe de vie) qui habite désormais à la campagne.

Partir au vert se ressourcer, voilà l’idée de départ de Nicole. Avec Elisabeth, elles décident d'aller marcher . En chemin, son hôte tient à lui présenter une fermière Raymonde. Et c’est ainsi  que Nicole découvre Foufou. Un porcelet de six semaines enfermé pour être engraissé afin de terminer dans les estomacs. Emue par le sort de l’animal et par ses conditions de détention,  Nicole le kidnappe et le ramène  avec elle à Paris. Elle s’en occupe avec amour et  la présence de l’animal va changer sa vie.  

Tout le monde n’est pas sensible au même type d’humour. Ce qui explique peut-être pourquoi je suis restée insensible (et surtout dubitative) suite à cette lecture. J'ai trouvé  que l'histoire partait en vrille totale et dans tous les sens...

Ma comparse Keisha a eu le même ressenti que moi. Comme quoi, en matière d’humour, ça ne passe pas toujours…  Que les défenseurs des animaux se rassurent, Foufou n’est pas mangé (il vécut heureux, cajolé, procurant bien-être autour de lui). 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...