lundi 26 août 2013

Louise Erdrich - Dans le silence du vent


Éditeur : Albin michel - Date de parution : Août 2013 - Traduit de l'américain par Isabelle Reinharez - 458 pages denses et profondes !

Lors d’une journée de printemps, la mère de Joe partie chercher un dossier pour son travail se fait attendre. A son retour, Géraldine est incapable de parler. Conduite à l’hôpital, son mari et Joe âgé de treize ans apprennent qu’elle a été violée. Choquée, elle s’enferme dans un mutisme et ne veut pas évoquer ce qu’elle a subi ni à la police ni à son mari. Pourtant ce dernier est juge aux affaires indiennes. Son mari qui a foi et confiance en la justice remet l’affaire entre les mains des autorités compétentes. Mais pour Joe rien ne plus être pareil. Sa mère reste cloitrée dans sa chambre et se coupe du monde, de sa famille. Joe est déterminé à mener sa propre enquête.

De l’insouciance conférée par  l’enfance, Joe est projeté dans le monde des adultes. Un monde loin d’être simple surtout que les lois sur le territoire indien sont complexes. Sa quête de vérité et de vengeance se heurte à la notion de justice et aux principes inculqués par son père. Mais pour sa mère, Joe est prêt à tout.

Ce livre au vu du thème aurait pu être très sombre mais Joe le narrateur s’il nous raconte l’effondrement de sa famille, nous fait part également de ses sorties et de ses ballades avec ses amis ainsi que de la solidarité au sein de la communauté indienne. Ses premières bières, son premier mensonge contrebalancent l’ambiance morose qui règne désormais dans sa maison. La douleur, les souffrances éprouvées par sa mère, son père et Joe sont rendues admirablement avec intensité et sobriété comme l’enfance envolée de Joe.

Un roman émouvant où Louise Erdrich amène le lecteur à réfléchir sur la notion de justice. 
Dense, profond, l’auteure brise la gangue de silence et  sa voix s’élève admirablement comme un manifeste pour dénoncer les violences subies par les femmes amérindiennes.
Un livre dirigé magistralement une fois de plus par cette auteure très talentueuse  ! 

Et ces chiffres de la postface qui font froid dans le dos : Un rapport publié en 2009 par Amnesty International , présentait les statistiques suivantes : une femme amérindienne sur trois sera violée au cour de sa vie ( et ce chiffre est certainement supérieur car souvent les femmes amérindiennes ne signalent pas le viols) ; 86 pour cent des viols et des violences sont victimes les femmes sont commis par des hommes non-amérindiens ; peu d’entre eux sont poursuivis en justice.

Lu de cette auteure : La chorale des maîtres bouchers - La malédiction des colombes - Le jeu des ombres

Le billet de Cathulu




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...