dimanche 18 août 2013

The Hours

Parce qu'en ce moment, il n'y a rien au ciné et que  ça dure depuis juillet, j'ai regardé hier soir The hours, le film dont Cathulu avait parlé récemment . Comment vous parlez de ce petit bijou émouvant et  cruellement beau ( je sais ça devient un de mes expressions favorites) ?

Trois vie de femmes  à  des époques différentes et cette incapacité au bonheur, ce sentiment de frustation, d'échec de rater son existence. De Virginia Woolf en cours d'écriture de Mme Dalloway à une femme mariée, mère de famille dans l'Amérique des années cinquante qui lit justement Mme Dalloway et s'y retrouve à Clarissa éditrice à New-Kork qui s'occupe de Richard, son amour de jeunesse atteint du sida.
On passe d'une de ces femmes à l'autre par des enchaînements de paroles, d'actes qui semblent si naturels (et c'est là une des grandes forces de ce film).
Qu'est-ce que le bonheur, une vie étriquée ou réussie ? Des questions abordées, suggérées en finesse et j'ai J'ai écouté et ré-écouté certains dialogues, certaines phrases. Reliées par un fil intemporel, meme si dès le départ le suicide de Virginia Woolf pense à penser à un film noir, le final débouche sur l'espoir avec des  actrices qui jouent admirablement.

A voir et  à revoir quand le moral n'est pas ses chaussettes car la charge émotionnelle nous  serre la gorge, et bien plus...


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...