dimanche 1 décembre 2013

Hélène Frappat - Lady Hunt

Éditeur : Actes Sud - Date de parution : Août 2013 - 318 pages appréciées mais pas plus

Laura Kern fait toujours le même cauchemar où une maison étrange se dessine dans la brume la terrifiant. Coïncidence, elle travaille pour une agence immobilière à Paris qui ne vend que des biens de luxe. Lors d’une visite d’un appartement un phénomène inattendu se produit : un enfant disparaît comme happé par les lieux et réapparaît mystérieusement. Laura vit avec le spectre de la maladie de Huntington héréditaire dont son père était atteint. Qui d’elle ou de sa sœur est atteinte ? Son rêve est-il le premier symptôme de la maladie ?

Des miroirs qui laissent entrevoir un visage, un appartement qui a pris feu et ce petit garçon qui semblait avoir un pouvoir. Laura est comme cernée par des phénomènes qui la dépassent mais dont elle veut connaître l’origine. Il y a la maison récurrente de ses rêves qui lui semble connue et pourtant sa mère vit toujours en Bretagne lui affirme le contraire. Et ce poème de Tennyson un héritage de son père d’origine galloise qui l’obsède. Angoissée, elle décide trouver les clés manquantes et pouvoir mettre fin à la malédiction qui frappe sa famille. A la lisière de la réalité et du surnaturel, Hélène Frappat distille lentement une intrigue des landes de bruyère aux beaux quartiers parisiens.

Une histoire où les maisons et leurs âmes ont une importance comme les silences, les non-dits dans une famille. Hélas il y a quelques longueurs et la relation de Laura avec son patron n’apporte rien à ce livre et surtout notre héroïne semble froide, dénuée de sentiments mais il y a un charme. Inquiétant et troublant mais très agréable à lire. J’ai apprécié ce roman mais de là à en garder un souvenir impérissable il y a un fossé…

Beaucoup, beaucoup de billets sur ce livre qui vont du coup de cœur à la douche froide !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...