jeudi 10 mars 2016

Angélique Villeneuve - Nuit de septembre

Editeur : Grasset - Date de parution : Mars 2016 - 155 pages lumineuses et précieuses. 

« Une nuit, ton fils s’est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu l’as trouvé. » J'ai tourné autour de ce livre avec la crainte de recevoir des émotions qui m'auraient alourdie. Comment avais-je pu oublier la générosité et la bienveillance d’Angélique Villeneuve? Avec ce livre, elle donne et elle partage du sincère, du touchant mais aussi du respect, une humilité. La question du pourquoi n’a pas sa place. En employant, le « tu » pour écrire, elle partage avec le lecteur l’après. Le quotidien, les gestes qu’il faut continuer, la vie mais sans son fils.
Assise sur le lit où il a décidé « d’arrêter » ou à son bureau, dans les rues touchant les platanes comme par nécessité, le manque est présent. Les digues cèderont pour laisser place aux pleurs, son corps de mère lui fera sentir sa souffrance « Tu en as pris plein la figure et ta figure, ta couenne, tes os, l’expriment à leur petite manière » alors qu’elle est toujours à la recherche de ce mot qui n’existe pas pour la désigner.
Ecrire, mettre en mots l’absence, l’indicible, le vide mais aussi tout ce que son fils lui a apporté. Ce qui est précieux, ce que ne s’enlève pas.

Ce texte à la portée universelle m’a plus que touchée. Les yeux souvent baignés de poissons d’eau, la beauté, la poésie et la douceur qui s’en dégagent ont fait jaillir d’autres larmes. Parce ce que ce texte est rare, parce qu'il parle avant tout de vie, parce qu'il possède cette luminosité comme celle que l'on voit quand on lève la tête, ces rayons de soleil enrichis par la danse des feuilles des arbres.

Ce livre m’a beaucoup apportée et j'en suis sortie plus forte, je ne peux pas en dire plus.
Une lecture belle et nécessaire. 

À la fin tu as dit, J'ai ce que tu m'as donné. 
Je l'ai. 
Tu as répété ça. Tu as parlé au présent, en ce que parfois le présent ce pique d'annoncer le futur. 
Tu as dit, j'ai un fils.

Les billets d'Antigone, Cathulu, Gwen

Lu de cette auteure : Les Fleurs d'hiver Grand Paradis - Un territoire

Angélique Villeneuve sera ce week-end au salon du livre de Quentin (22) et aux Escales de Binic les 27 et 28 mars.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...