lundi 21 mars 2016

Eric Fottorino - Trois jours avec Norman Jail

Editeur : Gallimard - Date de parution : Février 2016 - 202 pages brillantes ! 

Pour la rédaction de son mémoire, Clara étudiante désire s’entretenir avec Norman Jail afin de lui poser des questions. Auteur d’un seul roman publié à l’âge de vingt ans avant la Seconde Guerre mondiale, le vieil homme vit depuis à la façon d’un ermite au bord de la mer. Il accepte de la recevoir et Clara découvre qu'il n’a jamais cessé d’écrire mais sans jamais soumettre ses manuscrits à un éditeur. Peu à peu, l’écrivain dévoile quelques pans de sa vie privée. C’est un homme également marqué et meurtri par une femme prénommée également Clara à laquelle il était marié. Cette dernière lui aurait subtilisé son deuxième manuscrit (qui selon lui était son grand roman). L'écrivain se montre très loquace au jeu des questions et décrit avec de nombreux détails sa relation à l’écriture. Mais il se contredit également. Où est la réalité dans ses propos ?
Obsédé par l’écriture, ses propos sur la création littéraire sont un régal, comme :
 « Quand ce que j'écris me dérange et me touche, j’appréhende le moment où je vais poursuivre ma besogne. Je suis alors seul à savoir que je manipule un matériau dangereux, et il n’y aura personne pour venir à mon secours si les choses tournent mal. 
- Qu’entendez-nous par « tournent mal »? 
-Si je vais tellement loin dans les mots que ma vie en sera à jamais changée. Chaque écrivain devrait se poser cette question quand il a terminé : pourrai-je continuer à être la même personne quand j’aurai publié « ça » ?"

« Écrire est une perpétuelle naissance. Plus j'écris, plus je m'invente à mes propres yeux. Je m’écris en main propre. Je nais de mon encre et je glisse entre les lignes ma part de nuit. C'est important, la nuit, dans un livre. C'est ce qui échappe, ce qui résiste. Ce que les mots détournent et refusent. En écrivant, vous comprenez ce que la lumière doit aux ombres. Et le passé au mensonge. »

Le récit est narré par Clara et l’auteur lui confie un manuscrit à lire, Or, ce dernier n’est constitué que de premiers chapitres avec trois personnages dont Norman Jail.
Je n’en dirai pas plus sur cet écrit ni sur sa fin qui prend le lecteur au piège.
On pourrait croire que ce roman s’arrête là mais non. Eric Fottorino poursuit l’histoire de Norman Jail et nous offre d'autres belles surprises.

Passionnant,  ce roman aux nombreux tiroirs nous offre de belles réflexions sur l’écriture, le roman, le rapport au réel et c'est brillant !

Le vrai n’est jamais aussi vrai qu’enrobé d’imagination.

Les billet de Le marque-page,  Papillon

Lu de cet auteur : Caresse de rouge - Chevrotine - L'homme qui m'aimait tout bas - Suite à un accident  grave de voyageur 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...