samedi 5 mars 2016

Pablo Casacuberta - Ici et maintenant

Editeur : Métailié - Traduit de l'espagnol ( Uruguay) par François Gaudry - Date de parution : Février 2016 - 162 pages à lire ! 

Âgé de dix-sept ans, Maximo est un adolescent aimant les sciences et assoiffé d'apprendre sur tout en général. Cultivé, dévoué à la cohérence, il a tendance à  se réfugier dans ses connaissances pour échapper à la réalité. Mal à l'aise dans son corps en plein changement, il arbore d'ailleurs depuis peu quelques poils au menton. Lui et son petit frère qu'il surnomme le nain sont comme chien et chat. Sa mère les élève seule depuis  le départ de leur père il y a plusieurs années. Son oncle paternel Marcos est trop présent chez eux selon Maximo, un oncle qui aime donner son avis sur tout. Comme ce sont les vacances, sa mère l'incite fortement à chercher un emploi. Entre faire preuve d'une certaine maturité et s'échapper un peu de la maison, il postule sans y croire à un emploi de groom à l'hôtel International ( qui n'en a que le nom) et décroche le job. En seulement une journée et une nuit, Maximo sans y être préparé va être confronté  à une série d'événements familiaux et professionnels.

Sur la question de quand devient-on adulte,  Pablo Casacuberta nous livre un beau roman d'apprentissage avec humour et tendresse et beaucoup de nuances. Et on y croit vraiment ! Car avec talent et aisance,  l'auteur se glisse dans le peau de Maximo  : un pied dans l'enfance (et ses souvenirs réconfortants)  et l'autre dans la vie avec ses bonnes ou mauvaises surprises inattendues. Comme dans Scipion, la figure paternelle tient une place importante.
Une réussite sur toute la ligne ! 

Je cédai sur la cravate, car je dus bien finir par accepter que la vie professionnelle exigeait, entre autres choses, de démontrer que l'on était capable de se sacrifier, comme disait maman. La cravate était seulement le signe le plus visible de cette disposition à mourir pour l'entreprise. Bien sûr, ma mère ne le formula pas ainsi, se limitant à remuer  ses lèvres pour dire autre chose tandis que j'imprimais cette tournure à ses mots. J'aimais me servir de leur rumeur pour structurer ma pensée. Non que ma mère ne fut pas un être raisonnable et susceptible de faire des associations pertinentes, mais elle dédaignait les lectures de référence, ma petite passion, et par conséquent ses pensées se dépliaient en l'air sans l'appui d'un exemple, d'une donnée permettant d'épingler tant bien que mal ces fragments isolés et insaisissables.

Les billets de Keisha, Virginie
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...