samedi 19 mars 2016

Celeste Ng- Tout ce qu'on ne s'est jamais dit

Editeur : Sonatine - Traduit de l'anglais par Fabrice Pointeau - Date de parution : Mars 2016 - 278 pages subtiles et douloureusement belles. 

Bien que publié chez Sonatine, ce livre n’est pas ni polar ni un thriller. Il s’agit plus à mon sens d’un roman psychologique où la famille est au centre.
« Lydia est morte. Mais ils ne le savent pas encore ». Nous sommes en 1977 dans une petite ville des Etats-Unis. Lydia Lee âgée de seize ans sera retrouvée noyée au fond du lac près de la maison familiale alors qu’elle ne savait pas nager.
Le père James est professeur dans une petite université, sa mère Marilyn est femme au foyer pas vraiment par choix. Ancienne étudiante douée qui rêvait de devenir médecin, sa vie a bifurqué. James est d’origine asiatique et a souffert de sa différence. Et  c’est au tour de ses enfants métissées de subir la même chose. James fait ( et a toujours fait) comme s’il ne voyait rien mais Nath (le frère aîné de Lydia) et Lydia ont accumulé depuis l’enfance des petites remarques, des regards en bais. Un frère et une sœur soudés, unis sans avoir besoin d’en parler.
Lydia donnait à son père l’image d’une adolescente ayant des amis et intégrée (un mot qui compte beaucoup pour James). Sauf qu’il n’en est rien et sur laquelle sa mère a reporté son rêve avorté professionnel.
Autant de  pressions pour Lydia. Elle faisait comme si : simulait des conversation téléphonique avec des prétendues amies pour faire plaisir à son père,  acceptait sans broncher les livres de sciences (toujours les mêmes cadeaux de sa mère).

Celeste Ng analyse admirablement avec subtilité les relations entre les membres de la famille, le poids des non-dits. Elle creuse chaque personnage et nous révèle ses pensées avec des incartades dans le passé ou le futur qui trouvent naturellement leur place. Chaque membre de la famille de Lydia cherche à comprendre encore faudrait-il qu’ils enlèvent leurs œillères.
Un premier roman douloureusement beau sur la non-communication et sur les pressions sociales et familiales,  et si juste sur la différence. Superbe!

Plus tard, lorsqu'ils repenseront à ce dernier soir, les membres de la famille ne se rappelleront presque rien. Tant de choses seront rognées par la tristesse à venir. Nath, rouge d'excitation, parla pendant tout le repas, mais aucun d'entre eux – pas même lui–même se rappellera cette volubilité inhabituelle, ni même un seul mot de ce qu'il aura dit.

Plein d'avis sur Babelio
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...