samedi 19 mai 2012

Don Carpenter - Sale temps pour les braves


Éditeur : Cambourakis - Date de parution : Mars 2012 - 341 pages âpres et terribles!


Abandonné à sa naissance en 1929 en Oregon, Jack Levitt s’enfuit de l’orphelinat à dix-sept ans.A Portland, il traîne avec une bande de gamins.  Ils sont à la recherche de l’argent facile et du bon temps avec les filles et l’alcool. Une soirée dans une maison  dont les propriétaires sont partis en vacances et c’est le début des démêlés avec la justice pour Jack.

Il suffit de lire le prologue  qui revient sur  les parents de Jack pour comprendre que ce livre est à part. D’emblée, l’écriture ferre le lecteur ! Et la suite est une plongée noire, vertigineuse, violente sur les pas de Jack de Portland à Los Angeles en passant par Vegas. Nous sommes dans les années 1940 et Jack est  un volcan, un gamin qui envie la vie facile de ceux qui ont de l’argent. A  Portland avec ses copains, Jack passe beaucoup de temps dans les salles de billard, des endroits où se trouvent également les bons pigeons. Il y fera la connaissance de Billy, un jeune noir très doué au billard venu se gonfler les poches. Un mauvais plan, trop d’alcool et c’est le premier faux pas de Billy qui se retrouve en maison de correction. Placé en isolement, traité comme un chien, sa rage n’en sera que plus grande. Son parcours continue par la prison du comté puis celle de San Quentin en passant par . La justice à double face, l’argent qui permet d’acheter beaucoup de choses, la promiscuité, l’homosexualité, les gangs, la violence souterraine  … Jack y sera confronté mais jamais il ne s'effondrera. Toute la colère qui coule dans ses veines jaillit par ses poings. Derrière les barreaux, il retrouvera Billy.  A sa sortie de prison, l’amour sulfureux et malheureux l’attend. Devenu père, Jack pense enfin retrouver une certaine liberté et intégrer une vie "normale". Mais, quelquefois le destin se montre bien cruel.

Tout au long du roman, on suit l’évolution et les pensées de Jack. L’argent, la justice et la liberté reviennent en toile de fond dans ce livre âpre, cru (attention aux âmes sensibles) et terrible ! Pas de pathos, mais un œil aiguisé sur des personnages à la déroute dès le départ. Jack représente une partie de ses laissés pour compte d’une société qui ont cette rage de vivre dans les tripes. Don Carpenter nous fait ressentir avec la même intensité  l'atmosphère autour d'une table de billard  que celle qui règne dans une cellule de prison. L’écriture renvoie au plus près des émotions. Et il s'agit d'un livre qui colle au lecteur comme une seconde peau !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...