mardi 8 janvier 2013

Quand je n'ai plus de refuge, je vais dans les mots.

Quand je n'ai plus de refuge, je vais dans les mots. J'ai toujours trouvé un abri, là. Un abri creusé par d'autres, que je ne connaîtrai jamais et qui ont œuvré pour d'autres qu'ils ne connaîtront jamais. C'est rassurant, de penser ça. Extrait du livre Profanes de Jeanne Benameur.

13 commentaires:

Anonyme a dit…

J'avais déjà noté le titre. L'attente risque d'être longue avant la lecture.
Mireille, pas anonyme

Clara a dit…

@ Mireille : i faut prendre son temps pour le lire !

antigone a dit…

J'ai hâte de connaître ton avis !! ;)
J'aime l'extrait...

Philisine Cave a dit…

juste magnifique !

Anis a dit…

C'est très beau. Je te souhaite l'année la meilleure possible avec le plus possible de moments de douceur et de tendresse.

cathulu a dit…

Une très jolie citation qui rejoint un peu l'affirmation de Françoise Lefevre : "Les mots sont des anges-gardiens."

Jostein a dit…

J'ai aussi noté cette phrase...

keisha a dit…

C'est géraldine qui a présenté tout le roman, elle est enthousiaste!

Nadael a dit…

Oh je suis en train de le lire et je prends tout mon temps, que c'est beau...

krol a dit…

Déjà lu cette phrase chez Jostein... Magnifique ! Il faut je lise ce dernier roman de Jeanne Benameur ! Absolument !

Leiloona a dit…

Que dire, sinon ♥♥

Géraldine a dit…

Un extrait remarquable parmi tant et tant d'autre. je ne compte pas mes petites croix...

liliba a dit…

J'aime beaucoup cet extrait. Mais je crois bien ne jamais avoir lu cette auteur...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...