samedi 3 novembre 2012

Laurie Colwin - Une épouse presque parfaite


Éditeur : Livre de poche - Date de parution : 2007 - 348 pages qui seront vite oubliées...

Polly  est mariée à un avocat, mère deux enfants  et mène une vie aisée. Sa famille les Solo-Miller  a toujours attendu d'elle qu'elle soit parfaite. Désormais confinée dans un rôle  d'épouse-mère modèle, elle a une liaison avec un peintre. Voilà de quoi créer un tsunami dans sa vie.

Polly a été  élevée selon certains  principes d'une famille conservatrice respectée de tous. Un père ancien avocat, deux frères dont l'un devenu avocat, une mère ayant passé sa vie à  l'éducation de ses enfants et aux oeuvres de charité.  Son but était d'être bonne et généreuse, comme sa mère le lui avait souvent rappelé. Et Polly mène une existence dédiée aux autres membres de sa famille : prévoir et anticiper pour que son foyer soit agréable à son mari, élever ses enfants, un travail à mi-temps dont tout monde s'en fiche et être disponible pour sa mère qui en profite.  Car le clan des Solo-Miller se voit  une fois par semaine minimum. Elle est heureuse, aime son mari Henry même si elle semble être transparente aux yeux des autres. Polly ne pensait jamais avoir une liaison, l'acte d'adultère étant réservée à d'autres femmes mais pas à elle. Sa liaison passionnelle  lui donne le sentiments d'exister, d'être quelqu'un d'autre. Tiraillée entre son foyer stable et son amant,  Polly se remet en question.

Laurie Colwin use d'un humour à froid pour épingler toute une classe sociale et ses sacro-saints principes. Si les  questionnements de Polly, ses états d'âme sont très bien rendus et  analysés avec finesse,  j'ai trouvé que les redondances étaient nombreuses et que le récit s'empêtrait. Et malheur, je suis restée sur ma faim. Une écriture agréable mais  au final ce livre sera très vite oublié... 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...