vendredi 15 mars 2013

David Vann - Impurs


Éditeur : Gallmeister - Date de parution : Mars 2013 - 279 pages de tension et une claque ! 

Avertissement : les personnes souffrant de tachycardie ou de problèmes cardiaques  sont priées de demander conseil à leur médecin avant cette lecture.

Avant ce livre, j'avais déjà lu  de cet auteur Sukkwan Island. Il faut croire que je suis maso. Donc c’est un fait, je le suis car même si dès les premières pages j'ai ressenti une sorte de malaise (avec symptômes physiques divers: cœur battant à lui seul comme une armée de tambours, gorge sèche), je n'ai pas pu  pas me détacher de cette lecture qui opère comme un magnétisme.

Direction la Californie sous son soleil brûlant d’été. Dans la banlieue de Sacramento, Galen 22 ans vit chez sa mère dans l’ancienne ferme de ses grands-parents  isolée et perdue dans la vallée au milieu d’un verger de noyers. Selon sa mère, il n’y a pas d’argent pour payer des études à l’Université pour Galen. Une excuse pour cette mère possessive car Susie-Q ne veut pas voir s’éloigner son fils et perdre d’une certaine façon son emprise. Tous deux vivent  avec peu alors que la grand-mère-mère de Galen est riche. Atteinte d’Alzheimer et placée en maison de retraite, Susie-Q attentive veille sur sa mère. Tous les jours, elle et Galen vont lui rendre visite. Mais souvent « la mafia » débarque à l’improviste à la vieille ferme. Helen, la sœur de Susie-Q hargneuse, réclamant de l’argent et sa fille Jennifer âgée de 17 ans. Une gamine perverse qui aime s’amuser à des petits jeux malsains sexuels avec comme proie son cousin. Pris au piège dans ce gynécée baigné de rancœurs et de vices,  Galen tourmenté et instable s’attache à revenir aux sources,  à la condition première de l'homme avec un fond de mysticité, de chakras et  méditations à l’appui.

Dans un huis clos étouffant où la tension, l'effroi sont à leur apogée , on se demande d’où viendra le grain de folie en trop qui fera tout basculer. Et David Vann nous inflige une claque ! Mais lentement, car il distille à petites doses les névroses de cette famille  avec cette capacité à détailler une nature presque hostile que la psychologie de ses personnages.  Deux petits bémols à mon goût : une fin qui traîne en peu en longueur et surtout (sans vouloir apparaître coincée), un peu trop de scènes de sexe entre Galen et Jennifer ( détaillées avec travelling, gros plan…).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...