mardi 3 septembre 2013

Marie-Renée Lavoie - Le syndrome de la vis


Éditeur : XYZ - Date de parution : 2012 - 211 pages rafraîchissantes mais un peu trop légères...

Josée est à bout physiquement et surtout nerveusement car elle ne dort plus. Professeur, ses nuits sont de longues insomnies où son esprit tournicote inlassablement. Elle est sur le point de péter un câble sur la journée.

Voilà un roman rafraîchissant mais qui n'a pas su me convaincre. Si le rythme est entraînant et que j'ai souvent eu le sourire aux lèvres, j'ai trouvé que l'ensemble avait un goût de guimauve. Des personnages haut en couleurs, bienveillants envers Josée, trop d'ailleurs. Sans compter une happy end qui tombe comme un cheveu sur la soupe.
Mais heureusement il y a des passages avec une belle humanité sincère et surtout les expressions québécoises qui sont comme  des bonbons dont on se délecte !

Le problème, c’est de rester endormie. Alors j’attrape L’Île du jour d’avant, d’Umberto Eco, l’un de mes livres de nuit de prédilection – j’ai mis six mois à atteindre la page 51 – et j’essaie, comme chaque jour, de me rappeler de quoi il est question dans ce roman. Pourtant, la fin du chapitre n’est pas loin, au prochain tournant de page, je le sais parce j’ai triché pour m’encourager, mais je ne l’atteindrai pas, la petite peau repliée sur mes yeux se déploie inexorablement, contre ma volonté. C’est l’un des grands paradoxes de ma vie: tant vouloir, au même moment, veiller et dormir.

Les billet de Cathulu  et Karines:) plus enthousiastes que moi.

Et une première participation au challenge proposé par Karine:) et Yueyin consacré au Québec!






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...