jeudi 6 février 2014

Xavier de Moulins - Que ton règne vienne

Éditeur : JC Lattès - Date de parution : Février 2014 - 219 pages et un avis très mitigé...

2013 : Après l'enterrement de son père, Paul craque. Pourtant, il le haïssait. Heureusement, Oscar son ami, son "frère d'enfance"est là pour s'occuper de lui. Des années 1970 aux années 2015, nous visitions les souvenirs de Paul et sa reconstruction.

Fils unique, il admirait la prestance naturelle de son père Jean-Paul un homme sûr de lui et naturellement à l'aise. Ses parents sont l'image du couple uni en apparence. Car il y a les premiers couacs : les soi-disants voyages d'affaires de Jean-Paul pour retrouver ses maîtresses. Jean-Paul un homme qui plaisait aux femmes, qui éblouissait la galerie. Paul a grandi dans l'ombre de ce père. Chez Oscar,  le couple de parents a volé en éclats. La mère de Paul mère supporte de moins en moins les escapades infidèle de son père. Mais elle le pardonne.
Et Paul tombe amoureux fou. Le grand amour pour Ava une hôtesse de l'air, ils auront deux enfants. Son père se montre un grand-père parfait à défaut d'avoir un été un père parfait. Jean-Paul est étrangement toujours présent pour la famille de son fils.
Oscar aide Paul à se relever, à sortir de sa dépression.Son ami homosexuel lui apprend qu'il va se marier et être papa sous peu grâce à Camille " une maman sac à dos."

Dès les premières pages, on sait que Paul et Ana sont séparés et l'auteur laisse planer une sorte de suspense sur ce qui a pu se passer. Un événement grave qui a mis à terre Paul et qui nourrit  la haine qu'il porte à son père. Mais on devine très vite ce qui s'est passé. C'est mon premier bémol.
L'amitié, la reconstruction, le modèle familial, la trahison sont les thèmes de ce roman qui hélas manque manque d'un brin d'originalité (il s'agit de mon deuxième bémol) et ce malgré l'écriture de Xavier de Moulins. Une écriture toujours vive, alerte, ironique qui m'avait séduite dans Ce parfait ciel bleu. 
Pour conclure, un avis très mitigé ...

Dehors, on arrive même à les envier. Ses amies disant à ma mère qu'elle a eu une chance folle de tomber sur un type pareil. En bon architecte, ses plans sont parfaitement au point, leur couple est un magnifique cuirassé. Vu du dehors, la maison, c'est le relais château de la conjugalité.

Le billet de Séverine enthousiaste
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...