lundi 29 juillet 2013

Jean-Christophe Rufin - Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi


Éditeur : Editions Guérin - Date de parution : Mai 2013 - 259 pages qui régalent l'esprit avec un sourire aux lèvres ! 

Pourquoi se lancer à la conquête du chemin de Compostelle? Jean-Christophe Rufin nous livre sa version où aucun acte de foi, aucune recherche mystique ou de se retrouver n'apparaissent. Parti d'Hendaye, au fil des kilomètres l'académicien s'est transformé en un clochard pouilleux et crasseux en empruntant le Chemin du Nord. Dans ce récit version jacquaire, l'auteur raconte ses plus de huit cent kilomètres de marche avec humour ( les erreurs du novice, sa vision des pèlerins), son Chemin. Et c'est là que ce livre est intéressant car parti sans la raison que les gens justifient pour cette marche, il nous dit  : Comment expliquer, à ceux qui ne l'ont pas vécu, que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager? A la confusion et à la multitude des pensées qui ont poussé à prendre la route, il substitue la simple évidence de la marche. On est parti, voilà tout. 

L'auteur explique les bienfaits de la solitude, de cette marche épuisante qui le cheville au corps et de la transformation  intérieure qui s'opère. En découvrant un paysage, il ne me venit pas à l'esprit qu'il pût ressembler à la Corse ni à nul autre lieu  que j'aurais connu. Je voyais tout avec avec une fraîcheur éblouissante et j'accueillais la complexité du monde dans un cerveau redevenu aussi simple que celui d'un reptile ou d'un étourneau. J'étais un être nouveau, allégé de sa mémoire, de ses désirs et  de ses ambitions. Un Home erectus  mais d'une variété particulière : celle qui marche. Minuscule dans l'immensité du Chemin, je n'étais ni moi-même ni un autre, mais seulement une machine à avancer, la plus simple qui se pût concevoir et dont la fin ultime autant que  l'existence éphémère consistaient à mettre un pied devant l'autre. Plus tard, on lit :
Cependant, dans ce qui fut pour moi l'apogée mystique du Chemin, j'ai eu le sentiment de voir la réalité se perdre et me permettre d'apercevoir ce qu'il y au-delà d'elle et qui se diffuse en chacun de ses créatures (..). Jamais le monde ne m'avait paru aussi beau. Et c'est ce que je  recherche dans la marche : un état de plénitude où l'humilité devant la vie est un cadeau.

Les portraits brossés avec humour, ce même humour qu'il applique à lui-même sont des régals. Un récit qui donne envie d'enfiler son sac à dos et de se lancer sur le Chemin ! 

Les billets d'A propos de livresAifelle, Cuné, Keisha, MimipinsonSaxaoul

19 commentaires:

Sandrine a dit…

Mouais... il s'est transformé en clochard pouilleux mais au retour, il faut qu'il le fasse savoir... je ne suis pas fan de Jean-Christophe Rufin...

Gwenaelle a dit…

Compostelle, c'est le "it" pèlerinage en ce moment, comme diraient les journalistes de Elle... ;-)

Clara a dit…

@ Sandrine : en fait on lui a demandé d'écrire ses impressions et il l'a fait. C'est réussi !

@ Gwen : depuis un moment déjà...

Aifelle a dit…

Un bon moment de lecture et un récit sans prétention, c'est déjà pas mal.

Jostein a dit…

J'aime beaucoup l'auteur, j'ai réservé ce livre à la bibliothèque.

Clara a dit…

@ Jostein : une découverte pour moi!

keisha a dit…

Bon, nous sommes d'accord, j'ai tout aimé dans ce bouquin (pas du tout prévu avant son départ)

Clara a dit…

@ Keisha : oui , et son humour m'a plue !

dasola a dit…

Bonjour, pas tentée plus que cela même si j'en ai lu et entendu beaucoup de bien. Bonne journée.

hélène a dit…

Un livre qui me tente beaucoup, je n'en entend que du bien !

Irrégulière a dit…

Malgré ton enthousiasme, ça ne me dit rien. Et pourtant j'aime beaucoup Rufin...

saxaoul a dit…

C'était le premier livre de ma série "voyage" de cet été. J'ai enchaîné ensuite sur une traversée des États-Unis et sur des récits de Globe-trotters. Je voyage depuis chez moi !

mimi a dit…

Juste pour information, il s'agit de Jean-Christophe Rufin, au lieu de Jean Claude......

J'avais aussi bien apprécié ce récit

Galéa sous les galets a dit…

Moi j'ai très envie de le lire, je suis une marcheuse, je reviens de ma montagne ou je n'ai fait que ça...donc j'ai hâte...

Dominique a dit…

je vais prochainement faire un billet, je l'ai lu avec plaisir même si je suis moins enthousiaste que toi

Géraldine a dit…

Avant de prendre mon sac à dos, je prendrais bien ce livre dans les mains !

Fransoaz a dit…

Je ne lis plus Jean Christophe Ruffin -depuis la déception de Globalia. Compostelle ou plutôt le thème de la longue marche m'inspire pourtant.

Clara a dit…

@ Dasola : il me faisait de l'oeil : j'ai cédé, faible je suis !

@ Hélène : oui !!!! Il est à lire !

@ Irrégulière : serait-ce le thème de la marche qui te freine ?

@ Saxaoul : c'est ça qui est génial avec les livres ! On voyage par procuration !

@ Mimi : merci ! Pourquoi Jean-Claude? mystère..

@ Galéa : il est pour toi !

@ Dominique : j'ai aimé son humour à prendre au second degré, son projet initial sans but recherché !

@ Géraldine : avec ou sans sac à dos, 4 kms sur du plat, pas plus pour moi...

fersenette a dit…

Je me précipiterai sur ce roman dès qu'il sera en poche, je m'impatiente !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...