samedi 30 mai 2015

E.J. Levy - L'amour, en théorie


Éditeur : Rivages - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy - Date de parution : Mai 2015 -286 pages et un livre hérisson !

Ah l'amour,  on croit  souvent à tort avoir tout (ou trop) lu sur sur ce sujet  qui fait chavirer les cœurs. Dans ces nouvelles qui sont des instantanés de vie, Cupidon a déserté sans prévenir gare ou n'a pas daigné se pencher sur certains. Adultères, mensonges, l'envie de passer le reste de sa vie en compagnie de Dieu ou tout simplement l'idée de l'amour qui dans un couple diffère ou est perçue différemment avec le temps qui passe. Et bien entendu, les personnages sont cette moitié du couple qui reste seule mais avec leur environnement proche amis et/ou famille et ce qui fait la vie. Alors comment appliquer la théorie la plus simple (on se rencontre, on apprend à se connaître, on s'aime, on s'installe ensemble et on est heureux pour le restant de ses jours) quand le rêve s'est écroulé.  Ce qui pourrait tourner au pathos ou à la sinistrose aiguë révèle des situations où justement on est surpris et ferré.  Les personnages semblent proches de nous, on les cerne et on arrive à les comprendre.

Ces nouvelles par leur construction, le sens de l'observation et par les réflexions émoustillent l'esprit. Ajoutez-y une écriture ( et donc une traduction fluide) qui est un délice, un humour aiguisé, du pur plaisir !

C'est une chose de reconnaître que la perception joue un rôle dans notre relation aux autres, c'en est une autre de nier la possibilité de la transcendance. "L'amour est une histoire de transcendance, a affirmé Lisa. Dire "Je t'aime", c'est dépasser son narcissisme, tout l'intérêt est de se surpasser,  de dire que c'est toi que j'aime". Mais elle a fini par capituler. Elle savait que ses parents non plus ne connaissaient pas cette sorte d'amour. Elle non plus.

Autrefois, les révélations de sa mère étaient douloureuses - l'infidélité de son père; le divorce imminent; la fois où ( après le départ de June pour la fac) sa mère a donné toutes ses affaires d'enfance à une organisation caritative. " on n'est jeune qu'une fois", avait raisonné sa mère, sous-entendant que June n'aurait plus besoin de ses jouets, mais parfois, June se demande si elle a jamais été jeune."J'envisage d'avoir des enfants", avait dit June dans l'espoir de blesser sa mère. " Mais non", avait rétorqué cette dernière en riant. Et, comme toujours, elle avait raison. June ne s'imagine pas du tout avoir des enfants. Avoir une mère lui suffit.

Les billets de Cathulu, Cuné

10 commentaires:

cathulu a dit…

Il faut absolument découvrir cette auteure ! :)

Clara a dit…

@ cathulu : oui, absolument !

Une Comète a dit…

Je vais craquer ! Après le billet de Cuné déjà et puis Cathulu..et puis le pompon..toi!

Irrégulière a dit…

ça me dit bien ! Je note !

antigone a dit…

Bon et bien je note !

Aifelle a dit…

Que faire, à part noter ??

cuné a dit…

J'aime bien quand on est d'accord toutes les trois ;)

Gambadou a dit…

J'ai toujours du mal avec les nouvelles, l'impression de rester sur ma fin, mais là tu es très tentante

Clara a dit…

@ Une Comète @Irrégulière @ Antigone @ Aifelle : Notez-le les filles !

@ Cuné: moi aussi:)))))

@ Gambadou : justement ici on ne reste pas sur sa faim/fin

Nathalie a dit…

Bien envie de le lire-

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...