mardi 7 février 2012

Michael Cunnigham - Crépuscule


Éditeur : Belfond - Date de parution : Février 2012 - 300 pages et une déception...

Peter et Rebecca Harris sont un couple  new-yorkais sans problème. Peter est galériste et Rebecca est éditrice. Mizzy, le frère de Rebecca vient passer quelques jours chez eux.  Cadet de la fratrie, à vingt-trois ans il est dorloté par Rebecca.

Trois pages dont deux cent ( au moins) sont consacrées au travail de Peter : dénicher un artiste qui pourrait se vendre, l’exposer, les coups de téléphone à passer, les visites à ses clients.  Le tout est agrémenté par de nombreuses questions pseudo métaphysiques existentielles.  Des pages tournées, beaucoup d'ennui et  mes espérances d’accrocher à ce livre se sont concentrées sur l’arrivée de Mizzy. Mais il faut attendre loooongtemps pour qu'il  fasse enfin son apparition. Mizzy est un garçon intelligent et au charme ambigu mais qui ne sait pas quoi faire de sa vie. Elevé par ses sœurs, on lui a toujours passé ses caprices. Rebecca espère qu’il ne replongera pas dans la drogue et il demeure le petit chouchou de la famille.  D'ailleurs, elle le considère plus comme son enfant que comme son frère. En parlant d'enfant, la fille unique de Peter et de Rebecca a déserté la voix de l’université et travaille à Boston comme serveuse dans un bar. Les raisons profondes restent inconnues et tous deux espèrent  que cette crise passera. Voilà le seul petit point noir qui gâche le beau portait de vie aisée de ce couple.
Le quinquagénaire Peter est troublé par la beauté de Mizzy et l’attirance semble réciproque. Et encore une occasion de se poser beaucoup de questions...
La suite m’a laissée dubitative et au final, une seule  pensée : « tout ça pour ça ». L'écriture est sans particularité ou saveur... 

Bref, une déception totale !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...