lundi 13 février 2012

Steven Millhauseur - Le lanceur de couteaux


Éditeur : Albin Michel - Date de parution : Février 2012 - 305 pages et une écriture merveilleuse!

Douze nouvelles où l’on avance à l’aise et confiant guidé par une écriture raffinée.  Les univers de Steven Millhauseur côtoient une part de mystérieux dans le réel.  Généralement dans les nouvelles, l’auteur met en scène un personnage principal. Ici, le groupe, le « nous » prend volontiers l’habit du narrateur instaurant une atmosphère particulière. Atmosphère renforcée par une certaine intemporalité dans les premières nouvelles. Nous ne pouvons pas dater quand l’action se passe ou approximativement, mais qu’importe ! Steven Millhauseur a balayé ces questions d’ancrage  dans le temps et les lieux pour laisser évoluer ces personnages. Des personnages qui veulent savoir ce que cache le rideau du rêve de l’enfance ou celui du frisson procuré par le spectaculaire.  La peur s’empare des habitants d’une ville où des très jeunes filles s’adonnent à des rites nocturnes étranges, des automates tellement perfectibles d’émotions mettent le public en émoi. Les limites sont repoussées au maximum et le directeur d’un parc d’attraction veut offrir toujours plus à ses visiteurs.

Je reviens sur l’écriture car elle est magnifique ! Des nouvelles travaillées qui nous laissent  le sentiment que le réel peut quelquefois basculer vers des mondes où une part  de magie existe. Impressionnant est le mot qui convient!

Je lève les yeux là-haut où les vastes espaces fendent l'âme comme le fer d'une hache, j'adresse mes adieux aux cieux plein de murmures, ces rue inaccessibles, puis je laisse tomber mon regard vers le bas, vers la terre qui s'élève, vers le lieu du sordide, l'humaine turbulence. 

Les billets de Cuné, Reading in the rain.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...