vendredi 24 février 2012

Bruce Machart - Le sillage de l'oubli

Éditeur : Gallmeister - Date de parution : Janvier 2012 - 342 pages et une immersion au cœur du Texas.

Texas, 1895. La femme de Vaclav Skala, fermier et propriétaire de cheveux, meurt en mettant au monde leur quatrième fils Karel. Rongé par la douleur, il change d’attitude et devient un homme dur. Les années passent et il transfère sa peine sur Karel en le délaissant. Ses fils travaillent à la ferme et Vaclav agrandit toujours et encore son domaine en pariant sur des courses de chevaux.

Lorsque Guillermo Villasenor s’installe près des terres de Vaclav Skala. il engage un pari avec Vaclav. Pari qui va changer le cours de la famille de Vaclav Skala. L’enjeu est le mariage des trois filles de Guillermo si ce dernier gagne. Karel qui monte un des chevaux perd une course pour la première fois. Le jeune garçon est tombé amoureux de son adversaire, une des filles de Guillermo. Ses frères se retrouvent mariés et Karel s’éloigne des siens, coupe les ponts pour mener sa propre vie de famille.
La narration sur trente ans nous  fait vivre le tourbillon des émotions de cette famille écartelée:  les remords, la haine mais aussi les liens du sang. Des sentiments tus, ensevelis sous la fierté et l’orgueil de ces hommes. Les femmes ne sont pas en reste et souffrent elles-aussi en silence. Comment trouver la paix et le pardon?

Si Bruce Machart nous mène dans un premier roman mené de main de maître, ce livre n’emporte pas cependant entièrement mon adhésion. J’ai trouvé qu’il y avait trop de descriptions sur le travail à la ferme, les chevaux et le deuxième point mais cette fois sur la forme. Il faut avoir une (très) bonne vue : la typologie est vraiment petite…

Le billet de Keisha ( merci!) et plein d'autres dithyrambiques sur Babelio.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...