vendredi 5 octobre 2012

Erik Larson - Dans le jardin de la bête


Éditeur : Le Cherche Midi - Date de parution : Août 2012 - 549 pages saisissantes! 

1933, Les Etats-Unis n’ont plus d’ambassadeur à Berlin. Le président Roosevelt propose le  poste  à   William Dodd un professeur d’histoire à l’université de Chicago. William E. Dodd n’avait rien du candidat type à un poste diplomatique. Il n’était pas riche. Il n’avait aucun poids politique. Il ne faisait pas partie des amis  de Roosevelt. Mais il parlait l’Allemand et était censé bien connaître le pays. Et voilà comment William Dood, cet  homme aux goûts simples  s’installe à Berlin avec sa famille en juillet de la même année.  Il est loin de s’imaginer ce que les prochains mois lui  réservent.

L’histoire de ce livre a été écrite à partir de documents et William Dodd a bien été diplomate à Berlin de juillet 1933 jusqu’à la fin de l'année 1937, il ne s’agit pas donc en aucun cas d’une œuvre de fiction. Quand en 1933, William Dodd  prend ses fonctions, il pense que son rôle d’ambassadeur se rapproche de celui d’un observateur. Pour lui,  il n’est pas à Berlin pour décider ou pour froisser  l’Allemagne.  D’ailleurs au vu du contexte de l'époque,  les Etats-Unis imaginaient que le  gouvernement d’Hitler ne pouvait être que temporaire. Sous-entendu  sans danger.  Même si des atteintes physiques envers des Juifs ou des Américains sont remontés à l’Ambassade, Dodd préfère les minimiser. Comme beaucoup il pense que les faits sont  exagérés ou qu’il ne s’agit que de malencontreux incidents. En fait, il accepte les versions fournies par les membres du gouvernement nazi. Par contre, George Messersmith, le consul général Américain a tout de suite vu  en Hilter une menace très sérieuse. Martha la fille de Dodd est une jeune fille dont la vie sentimentale n’est pas un long fleuve tranquille. Elle aime sortir, s‘amuser et flirter.  Elle fréquente le dirigeant de la Gestapo puis  elle tombe amoureuse d’un espion russe.  Ni Martha ni son père ont une opinion défavorable du chancelier. Si Dodd n'a pas vu  les changements qui ont  commencé à s’opérer, il lui faudra  plusieurs longs  mois pour comprendre la situation et la dénoncer.  La suite de l’Histoire s’écrit toute seule…

Mon enthousiasme a piqué un peu du nez  à plusieurs reprises à cause de quelques  longueurs ou  par des descriptions selon moi inutiles ( la composition des repas n’est pas pour moi une priorité). La femme de Dodd et son fils sont quasiment absents de ce récit et j’ai trouvé assez étonnant que Dodd laisse une totale liberté à sa fille. 
Malgré ces bémols, ce livre est très intéressant! Erik Larson retrace avec sobriété le schéma et l’ambiance de l’époque tout en donnant le point du vue d’un américain plongé au cœur de l’Allemagne diplomatique. Il décortique ces années en mettant le doigt sur  les inquiétudes, la manipulation, la passivité des autres pays mais surtout il analyse tous les  rouages des changements menés par Hilter. Largement documenté (avec pratiquement deux cent pages d'annexes supplémentaires), ce livre est saisissant par bien des aspects ! 

Du même auteur, j'ai lu  Le diable dans la ville blanche que j'avais trouvé captivant.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...