vendredi 26 octobre 2012

Tim Winton - Respire


Éditeur : Rivages - Date de parution : Septembre 2012 - 303 pages hypnotiques!

Fin des années 60 en Australie. A Sawyer sur la côte ouest, Bruce Picket s’ennuie. Fils unique, ce garçon de onze ans se lie d’amitié avec Loonie d’un an son aîné. Loonie est une tête brulée qui l’entraine jusqu’à l’océan tout proche. Les deux gamins surfent, y passent presque toutes leurs journées. Ils rencontrent Sando, un surfeur expérimenté qui les initie à la technique et leur ouvre un monde.

Raconté par Picket devenu adulte, ce livre nous amène aux années où le surf n’en était qu’à ses débuts.  Loonie et Picket s’amusent au départ dans les rivières. L’apnée, la nage dans des eaux boueuses mais l’appel de l’océan est  un défi. De sa chambre, Picket l’entend rugir les nuits de fortes tempête.  Même s'il la l'interdiction formelle de s'y rendre,  ce garçon assez réservé va désobéir. Premier mensonge d'une longue série. Loonie est son opposé, un garçon au tempérament bien trempé qui n' a peur de rien et dont  personne ne s’occupe vraiment. A la plage, ils remarquent Sando. Un surfeur brillant, solitaire et respecté par tous. Lui et sa femme ne travaillent pas et traînent l’étiquette de hippie par les gens de Sawyer. La trentaine bien entamée, Sando prend  sous son aile les deux garçons. Il leur apprend des techniques et  à se  dépasser. Jeu dangereux  car Picket et Loonie  voient en  Sando  un maître. Leur addiction s’accroît et devient totale, sans limite. Ivres de l’océan, prêts à tout pour  l’adrénaline de la peur,  ils tentent des vagues de plus en plus en hautes avec des prises de risque  importantes  pour se sentir vivants. Tout tend au vertige, au frisson mêlé au plaisir, le flirt  avec le risque. Ces moments que que l'on voudrait  saisir et maintenir dans son poing. Peu à peu, Sando et Loonie rentrent en compétition auprès de Sando, une compétition sans règle où l’amitié devient secondaire. L'adolescence les rattrape et Picket va découvrir la trahison mais aussi l’amour avec la femme de Sando. Je n'en dirai pas plus !

L’océan est un personnage à part entière. Splendide, indomptable, brûlant  et violent comme l’écriture de Tim Winton.  Il se dégage  une intensité forte, hypnotique de ce roman où les rêves deviennent brutalement des désillusions.
Un magnifique roman initiatique ! 

Est-ce que j'étais sérieux?  Est-ce que j'avais la hargne ou est-ce que j'étais juste ordinaire? Je parierais sur ma tête que malgré se grand airs, Loonie en faisait autant. Nous l'ignorions encore mais nous nous étions déjà imaginés dans une vie différente, une société autre, un état qu'aucun garçon innocent, n'a les mots ni l'expérience pour décrire. Nos esprits s'étaient déjà projetés à sa rencontre et nous avions laissé l'ordinaire dans notre sillage.
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...