mercredi 24 avril 2013

Gaël Brunet - La battue


Éditeur : Le Rouergue - Date de parution : Mars 2013 - 217 pages et un coup de cœur !

Effectuer une battue : Chasse où les rabatteurs effraient le gibier pour les orienter vers les tireurs. Action d'explorer systématiquement un terrain en groupe afin de retrouver une personne ou des objets.

Olivier vient à contrecœur voir ses parents dans les Alpes. Là où il va vécu, là où il est parti pour Paris. Cinq années se sont écoulées depuis la dernière fois où il a mis les pieds au chalet  en se jurant de ne plus revenir. Mais sa mère l’a convaincue par une lettre, sa mère à qui il ne peut faire aucun reproche sauf celui de vouloir éviter les disputes, les éclats de voie. "Depuis longtemps, ma mère s’est barricadée dans le présent, redoutant de revenir sur notre vie d’avant, d’avoir à se remémorer certains souvenirs qui forment autant de mâchoires intérieures ". Sa compagne Anouk a envie de connaître ses parents sur lesquels il n’a jamais été trop bavard : "En dire le moins possible. Pour ne pas ouvrir une brèche dans le mur que je me suis efforcé de construire, pierre après pierre", mais il a fini par céder. Un père taiseux qui par son silence vous oppresse, vous met mal à l’aise et en deux mots vous envoie valdinguer. Un père qui refuse de répondre aux questions, d’entamer la conversation. Un coup de main dans le vide pour les chasser, un regard noir en tout et pour tout.
Olivier a vécu dans l’ombre de Marc son frère aîné. Skieur émérite et et voué à une grande carrière, la fierté de son père. Pour lui l'avenir était imposé sans avoir le choix avec  la reprise de la petite exploitation familiale. Marc est mort lors d’un accident où son frère était  présent. Olivier a passé son enfance puis son adolescence à faire semblant avec le sentiment de n’avoir pas place dans la famille. Depuis la mort de son frère, son père l’a relégué dans un no man’s land. Même son frère mort est bien plus présent dans la vie de son père que lui. Une battue est prévue au village, Olivier veut y participer pour enfin crever les abcès. Je n'en dirai pas plus sauf que ce  livre a réveillé en moi des souvenirs, l’image d’une personne semblable au père d’Olivier. Les silences, les non-dits qui vous étouffent, le ressenti de n'avoir pas eu sa place aux yeux de ses parents, je les connais trop bien.

Alors, oui, j’ai lu ce livre avec des larmes qui coulaient sur les joues et la gorge serrée. Gaël Brunet sait mettre des mots sur ce qui est presque indicible, décrire une ambiance avec force et sensibilité. Pas de pathos, juste une famille avec ses béquilles et un fils qui veut enfin les balancer pour se libérer et vivre.
Un roman qui vous le comprendrez est plus qu’un coup de cœur ! Maintenant, l'éponge que je suis n'a plus qu'à déverser son trop plein d'émotions...
Et comment ne pas penser à la chanson de Miossec destinée à une mère mais qui colle parfaitement à ce roman :
J'ai côtoyé le pire j'ai fait le nécessaire 
Pour un jour te faire sourire ou tout du moins je l'espère (...) 
Je n'ai jamais osé te le dire
Je n'ai jamais cherché qu'à te plaire
 
Le billet de Jostein et celui de Lucie (magnifique)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...